De la douteuse discrimination raciale positive à l’improbable discrimination sexuelle positive


« Tous ces gens se prennent les pieds
dans le tapis de leurs multiples contradictions
d’habituels donneurs de leçons »

 Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec SĂšvres pour le site SynthĂšse nationale).

MarlĂšne Schiappa.

MarlĂšne Schiappa.

MarlĂšne Schiappa a dĂ©clarĂ© qu’elle approuvait le projet de loi gouvernemental d’expulser les Ă©trangers condamnĂ©s pour violences sexuelles
 Venant d’elle, ça ne vous a pas Ă©tonné ?

Ce qui m’a surpris surtout, c’est que personne dans les mondes politique et mĂ©diatique n’ait fait remarquer que c’est « entre autres » une mesure rĂ©clamĂ©e depuis des dĂ©cennies par cette droite dite extrĂȘme, tant dĂ©criĂ©e par eux-mĂȘmes en gĂ©nĂ©ral et par la secrĂ©taire d’État chargĂ©e de l’égalitĂ© entre les femmes et les hommes, en particulier
 et si, comme cette derniĂšre le dĂ©clare si justement, on ne « voit pas qui pourra honnĂȘtement nous dire qu’un citoyen Ă©tranger qui a violĂ© une femme peut rester sur le territoire sans que cela pose problĂšme », pourquoi un citoyen Ă©tranger qui a agressĂ©, tuĂ©, trafiquĂ© – et s’il a violĂ© un enfant ou un homme, sera-t-il tout aussi « expulsable » ? – sur le territoire national pourrait, lui, rester et bĂ©nĂ©ficier de tous les avantages sociaux et lĂ©gislatifs des citoyens français ? Il y avait la discrimination raciale positive, voici donc la discrimination sexuelle positive
 Rien n’arrĂȘte l’inventivitĂ© de nos politiciens ; c’est souvent Ă  ça qu’on les reconnaĂźt, d’ailleurs !

Comment expliquez-vous un tel silence des mĂ©dias et du monde politique ? Ils sont gĂȘnĂ©s ?

MĂȘme pas ! Ce qu’ils disent, comme ce qu’ils font, est rarement rĂ©flĂ©chi. MĂ©dias et politiciens sont dans l’instant, dans l’incontournable Let’s Tweet Again de notre Ă©poque
 et forcĂ©ment, du coup, ils se prennent dĂ©sormais les pieds dans le tapis de leurs multiples contradictions d’habituels donneurs de leçons
 Ayant sans cesse mis « l’immigré » sur un piĂ©destal d’éternelle et forcĂ©ment victime –  quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse – et lui ayant ainsi confĂ©rĂ© une impunitĂ© aveugle au dĂ©triment du citoyen français, ils se retrouvent dĂ©sormais face Ă  des rĂ©alitĂ©s qu’ils ont toujours niĂ©es, Ă©cartelĂ©s entre le terrorisme de l’islam radical et l’échec de l’assimilation-intĂ©gration telle qu’on nous la vantait dans les annĂ©es 80 du siĂšcle dernier
 Rappelez-vous que les mĂȘmes, ou leurs prĂ©dĂ©cesseurs, assuraient alors que les immigrĂ©s allaient d’abord s’intĂ©grer, puis forcĂ©ment s’assimiler et que penser ou dire le contraire Ă©tait du racisme
 Aujourd’hui, on ne parle plus d’intĂ©gration ou d’assimilation, mais de « vivre ensemble » et bientĂŽt, sans doute, tentera-t-on de nous convaincre qu’il nous faut « vivre comme eux » pour ne pas ĂȘtre suspectĂ©, encore et toujours, de racisme.

MarlĂšne Schiappa, par sa dĂ©claration soutenant la mesure gouvernementale d’expulsion des Ă©trangers dĂ©linquants sexuels, met nĂ©anmoins les pieds dans le plat, vous ne pouvez dire le contraire


Parce que l’époque – ou plutĂŽt serait-il plus juste de dire « l’annĂ©e » – est Ă  la dĂ©nonciation des violences faites aux femmes et que la Mission de recherche droit et justice qui a rĂ©alisĂ© une Ă©tude sur les ordonnances de protection « permettant d’établir l’ñge moyen, l’état civil et la situation de prĂ©caritĂ© des femmes violentĂ©es » a dĂ©voilĂ©, comme l’a rapportĂ© Le Figaro (le 6 novembre 2019), le profil des victimes de violences conjugales : en situation prĂ©caire et souvent d’origine Ă©trangĂšre
 Comme la femme violentĂ©e est actuellement « à la mode » du politiquement correct – soit jusqu’à ce que le sujet finisse par lasser l’opinion publique et qu’un autre ne le remplace pour soutenir l’audimat des mĂ©dias et dĂ©tourner l’attention des rĂ©alitĂ©s de la situation Ă©conomique du pays – cette annonce d’expulsion des Ă©trangers dĂ©linquants sexuels – qui ne peut faire qu’un trĂšs large consensus, rĂ©pĂ©tons-le – ne mange pas de pain. Reste Ă  voir si la loi sera appliquĂ©e
 Qu’adviendra-t-il d’un dĂ©linquant sexuel qui arguera que son pays d’origine est en guerre – rĂ©elle ou supposĂ©e – ou qu’il y encourt Ă  titre personnel un danger pour sa vie en raison de ses mƓurs, de ses engagements ou d’on ne sait quoi encore ? Pour ceux qui seraient curieux de connaĂźtre les « bonnes astuces » des demandeurs d’asile, les vĂ©ritables « kits » mis Ă  la disposition des « demandes d’Asile pour les nuls », je ne peux que leur conseiller mon livre Le roman noir des demandeurs d’asile.(1)

La dĂ©claration de MarlĂšne Schiappa ne serait en fait qu’un effet d’annonce ?

C’est une annonce, attendons les effets


(1) Le roman noir des demandeurs d’asile, Ă©ditions L’Æncre, prĂ©face de Jean-Yves Le Gallou, disponible sur www.francephi.com . Pour commander ce livre, cliquez ici.

Roman noir demandeurs asile