8 octobre 2017

Ardisson et Baffie à leur tour face à Big Brother

Par Philippe Randa

 

Il y a peu, Cyril Hanouna et ses sketches lourdingues autant que vulgaires et surtout bien débiles – mais, que cela plaise ou non, c’est la marque de fabrique de cet animateur, elle réjouit quelques 2 millions de téléspectateurs et personne n’est obligé de se l’infliger – était sanctionné par le CSA pour un canular téléphonique jugé homophobe : 3 semaines sans annonce publicitaire, soit 5 et 6 millions d’euros perdus pour la chaîne C8.

Aujourd’hui, c’est l’émission « Salut les terriens ! » de Thierry Ardisson qui provoque un tollé : Laurent Baffie y tenta de remonter la jupe de la chanteuse Nolwenn Leroy qui ne s’en ait pourtant pas offusqué, expliquant qu’elle « le laisse faire parce que c’est Laurent et c’est (son) ami »… ce qui rappelle une réplique culte du film Le père est une ordure à propos des derniers outrages réservés à une dame : « Ah ! si c’est un ami, alors ! »

Laurent Baffie et  Nolwenn Leroy sur le plateau de "Salut les Terriens".

Laurent Baffie et Nolwenn Leroy sur le plateau de “Salut les Terriens”.

Certains ne l’entendent pourtant pas ainsi : « Geste miso­gyne », pour les uns, « agres­sion sexuelle » pour d’autres… De qui se moquent donc ces télespectateurs-là ? Si Thierry Ardisson a de tout temps fait dans la provocation graveleuse, Laurent Baffie est-il connu pour autre chose que des blagues salaces, des saillies (verbales) outrancières et des gestes déplacés ?

Quel hypocrite peut aujourd’hui s’installer devant son poste de télévision sans savoir ce qui l’attend avec ce duo dont la complicité date de 1991 ?

Ils sont pour le moins méprisables ceux qui, brusquement, dénoncent des spectacles dont le succès dépend avant tout de l’audience qu’ils leurs apportent !

En dehors de tout jugement de valeurs (en l’occurrence déplacés pour de leurs émissions raccoleuses), les déboires de ces icônes télévisuelles sont révélateurs qu’aujourd’hui, même celles-ci ont leur liberté d’expression menacée…

Big Brother contre tous ? C’est peut-être ça, finalement, ce changement qu’on nous a tant annoncé !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Partager :