25 juin 2018

Le 21 juin en Europe

Par Richard Dessens

Le 21 juin, jour le plus long de l’année, est une date hautement symbolique, porteuse de valeurs fondamentales des peuples et de leurs sociétés.

Dans notre passé multimillénaire, l’arrivée de l’été a toujours été saluée par un hymne au Soleil, incarnation de la vie et de l’explosion de la Nature. Ce jour-là des feux immenses sont allumés de villages en villages. Les jeunes hommes rivalisent de courage en sautant par-dessus les brasiers pour impressionner les jeunes filles en fleur. Jour des choix amoureux, jour où la vie resplendit, jour du triomphe des valeurs païennes qui unissent l’Homme à la Nature dans un grand Tout, sous les rayons du Soleil éternel à son apogée. C’est le Solstice d’été, jour où l’individu affirme sa soumission à la grande loi de nature, jour où l’homme n’est rien sans le clan auquel il appartient.

Feu de solstice d'été.

Feu de solstice d’été.

Le christianisme, dans sa lutte farouche et sanglante contre les valeurs païennes, ne peut faire autrement – comme pour toutes les cérémonies naturelles d’ailleurs – que de récupérer les fêtes du Solstice pour les transformer en fêtes de la Saint Jean, en conservant les mêmes rituels, mais pour célébrer et imposer le Dieu unique venu d’ailleurs, à travers des processions derrière la croix chrétienne qui vient de remplacer la roue solaire. Autre civilisation, autres valeurs. L’homme dépend de Dieu à travers l’Église, les valeurs spirituelles se séparent des valeurs temporelles, deux cités cohabitent : la cité des hommes et la cité de Dieu. L’homme commence son émancipation de la Cité par sa soumission au seul Dieu unique et par son mépris progressif de l’ordre naturel et de son clan, de son peuple, dont les impératifs passent au second plan. Le symbole de la vie en mouvement incarnée par la course perpétuelle du Soleil est remplacé par la dévotion à un Dieu figé devenu un espoir de vie meilleure dans l’Au-delà.

La modernité va transformer le moment sacré du 21 juin en l’adaptant aux impératifs de la nouvelle religion de l’individualisme triomphant, rejetant tout lien avec la Nature et avec Dieu, et consacrant les seules valeurs de son idéologie : le rejet de tout lien avec quelque sorte de puissance contraignante, puisque l’Homme est devenu la seule mesure de lui-même. Sorte d’hymne aux velléités individuelles, symbole de leur autonomie débridée, la fête de la musique contemporaine flatte l’illusion de la liberté contenue dans les chimères mortifères de l’individualisme. Cette liberté totale annoncée pour ce jour-là est celle de la beuverie qui fait oublier que l’individualisme n’est qu’une solitude de l’homme. Solitude terrible d’une liberté perdue.

C’est aussi le jour de s’interroger sur la nature de la seule liberté porteuse de la vie. Celle allouée par les lois naturelles qui transcendent la primauté de la communauté sur les intérêts individuels. La fête de la musique, au contraire, diffuse l’idéologie de la mixité, du métissage, du mondialisme, de l’accueil cosmopolite, notions qui seraient incarnées par les vertus de « générosité » de la musique, en plus de mettre en avant de prétendues qualités devenues suprêmes, purement individuelles. Jack Lang, fondateur idéologique de la « fête de la musique » ne s’est d’ailleurs jamais caché de ses intentions réelles, déclarant même le « devoir de métissage », la honte d’être blanc, le reniement des valeurs millénaires européennes, mis en scène dans « sa » fête de la musique manipulatrice.

De la fête du Soleil, symbole de vie de la Nature dont l’homme n’est qu’un élément, on est passé à celle d’un Dieu incarné dans l’homme et dissocié du pouvoir temporel. Puis enfin à une mascarade de la modernité individualiste autour du dieu musical, emblème de toutes les mixités et de tous les renoncements à l’identité des peuples et à leurs valeurs vitales fondamentales.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99