31 décembre 2017

Victoire du bon sens en Italie

Par Philippe Randa

 

En Italie, le projet de loi sur le droit du sol, promu par le gouvernement de centre-gauche, supprimant le droit du sang, vient d’être abandonné : « Les lois ont besoin d’une majorité et pour l’instant il n’y en a pas », a reconnu Luigi Zanda, président du groupe Parti démocrate au Sénat.

Italie : Non au droit du sol !

Italie : Non au droit du sol !

« La réforme visait à modifier la loi actuellement en vigueur, fondée sur le droit du sang (“ius sanguinis”), la nationalité italienne étant transmise par au moins l’un des deux parents. Le droit du sol (“ius soli”) proposé était soumis à des conditions, comme la nécessité qu’un des parents soit présent sur le territoire depuis au moins cinq ans ou que l’enfant accomplisse un cycle scolaire complet en Italie. Son adoption aurait accordé la nationalité italienne à quelque 800 000 enfants nés dans la péninsule », rapporte le quotidien Le Monde.

Certes, l’opinion publique ruait dans les brancards depuis plusieurs mois : face à l’invasion migratoire que la botte italienne subit de plein fouet (600 000 migrants ont submergés ses côtes depuis 2014), on le comprend aisément et l’opposition avait bombardé le sénat italien de plus de 40 000 amendements pour contrecarrer ce que Matteo Renzi, leader du Parti démocrate, a appelé sans peur du ridicule une « loi de civilisation »…

Matteo Salvini, responsable de la Ligue du Nord, se réjouit pour sa part d’« une victoire du bon sens », tandis que Beppe Grillo, leader du M5S, n’a cessé depuis toujours de clamer son refus du droit du sol…

Les Italiens entendent donc rester maître chez eux et l’ont fait savoir ; je ne sais pas vous, mais moi, il y a des moment comme cela où je me sens italien. Passionnément.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99