9 septembre 2016

Élection présidentielle autrichienne : le match retour

Par Lionel Baland

Alors que le deuxième tour des élections présidentielles autrichiennes du 22 mai 2016 a été invalidé et doit être recommencé le 2 octobre 2016, les sondages peinent toujours à départager les deux candidats.

Un mois avant le deuxième tour des élections présidentielles devant opposer une nouvelle fois le candidat patriote Norbert Hofer (FPÖ) au candidat indépendant soutenu par le parti écologiste et membre de celui-ci Alexander Van der Bellen, un sondage réalisé par l’analyste Peter Hajek pour la chaîne de télévision ATV auprès de 700 électeurs, avec une marge d’erreur maximale de 3,7 %, indique que depuis le deuxième tour des élections présidentielles annulé, « la plupart des électeurs ont une image claire et inchangée des candidats. »

L’Autriche a besoin de sécurité : Norbert Hofer président.

L’Autriche a besoin de sécurité : Norbert Hofer président.

Ces derniers sont donnés, comme en mai 2016, au coude-à-coude. Van der Bellen marque avant tout des points auprès des « élites » urbaines et Hofer d’abord dans les campagnes. Van der Bellen est plus populaire parmi les plus jeunes et Hofer parmi les plus âgés. Van der Bellen attire légèrement plus de femmes et Hofer un peu plus d’hommes. Les électeurs ne montrent pas de fatigue électorale : 75 % se disent certains d’aller voter et 83 % en sont plus ou moins certains (lors du premier deuxième tour, la participation a été de 72,7 %). L’étude d’opinion donne Van der Bellen à 51 % et Hofer 49 % alors que des sondages réalisés en août 2016 placent Norbert Hofer en tête.

Les deux candidats sont une nouvelle fois au coude-à-coude et l’élément qui déterminera probablement le plus l’issue du scrutin sera la capacité des candidats à mobiliser leurs électeurs respectifs.

 

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.