26 juin 2019

Droite molle ?

Par Jérémy Silvares Jeronimo

Il n’est pas beau à voir le spectacle qui se joue au sein de LR (Les Républicains). C’est la débandade, la Bérézina, cela me fait penser aux villageois qui fuyaient devant la progression d’Attila. L’effondrement de LR rend tristes certains, heureux d’autres, moi cela me laisse pensif. La défaite fait des ravages, et comme toujours quand le bateau prend feu, les rats sont les premiers à le quitter !

Logo Les Republicains

La nuit même des élections européennes, les républicains demandaient la tête de Laurent Wauquiez et fustigeaient François Xavier Bellamy, qui a pourtant fait, selon moi, la meilleure campagne européenne. Car il faut l’admettre, emmener l’Iliade et l’Odyssée à un débat, c’est plutôt admirable ! (1)

Cela montre la culture profonde de Bellamy ! S’il est vrai qu’il a pu me décevoir sur certains points, il incarne une droite conservatrice que beaucoup attendaient, surtout depuis la campagne de 2007 et la trahison de Nicolas Sarkozy qui a suivi.

Ceux qui ont critiqué la campagne de François Xavier Bellamy comme étant trop ancrée sur le passé ne me surprennent pas ! Nous avons là tous les macron-compatibles de LR, d’une Valérie Pécresse qui se rapproche de plus en plus du centre, à un Geoffroy Didier, le « bobo » de droite à la tête de gendre parfait des beaux quartiers, qui désigne le conservatisme et le passéisme de Bellamy comme étant la raison de la défaite. Bien sûr, Geoffroy Didier aurait préféré une droite plus au centre, pro-immigrationiste, ouverte sur les minorités, travaillant avec LREM (La République en Marche) peut-être ? Nous avons aussi Christian Estrosi qui souhaite s’allier à LREM ou Guillaume Peltier qui veut se rapprocher du centre. (2)

Les seuls qui doivent jubiler en ce moment sont les macronistes car LR est un parti moribond. En fait, ceux qui quittent le bateau s’en contrefichent de la France. Ils représentent une droite molle, une droite « liquide », qui tout comme l’eau peut prendre toutes les formes pour mieux s’intégrer au nouveau pouvoir macroniste en place.

Cet effondrement du parti LR a quelque chose de bon finalement. Face à la déplorable situation dans laquelle la France se trouve, si les « judas » se trahissent tout seuls, tant mieux… Mieux vaut que l’on sache sur qui on peut compter quand la citadelle « France » sera assiégée. Ceux qui trahissent la « droite » montrent qu’ils n’ont pas l’étoffe pour lutter contre l’immigration, l’ensauvagement de la société ou l’islamisation.

La « droite », la vraie, celle que nous attendons tous, celle qui sera un vrai rassemblement de toutes les droites, récupérera les bonnes souches de LR. Quant à ces technocrates qui quittent LR, préoccupés par leurs simples petites carrières, ceux-là me rappellent une phrase de Georges Bernanos que Dominique Venner cite dans Le Cœur Rebelle, ou le premier disait de ses contemporains « qu’ils avaient la tripe molle et le cœur sec ».(3)

Voilà qui résume bien la droite LR aujourd’hui, une droite à la tripe molle et au cœur sec…

Notes

(1) Il a emmené L’Iliade et L’Odyssée durant le débat aux élections européennes, pour plus d’infos, voir le site des Républicains: https://www.republicains.fr/actualites_francois_xavie_bellamy_debat_tetes_liste_europeennes_europe_est_civilisation_20190405

(2) Curieux itinéraire que celui de Guillaume Peltier, il a été membre du Front National Jeunesse, il l’a quitté pour adhérer au Mouvement National Républicain de Bruno Mégret, pour passer ensuite au Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, et finalement rejoindre l’UMP/LR, dans sa frange la plus conservatrice. Aujourd’hui, il souhaite se rapprocher du centre, c’est-à-dire d’Emmanuel Macron. Comme le disait Mathieu Bock-Coté, un peu plus et il va finir à La France Insoumise.

(3) Venner, Dominique (2014), Le Cœur Rebelle, pp. 86, Éditions Pierre Guillaume de Roux, Paris, France.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99