29 juin 2018

Le double discours de Trudeau

Par Rémi Tremblay

Les valeurs incarnées par Justin Trudeau et son gouvernement sont prétendues universelles et le jeune Premier ministre aime utiliser toutes les tribunes qu’on lui offre pour exhorter ses homologues à les adopter, n’hésitant pas à faire la morale, parfois à mots couverts, à ceux qui comme Donald Trump refusent de les épouser. Seulement, dans les faits, Justin Trudeau ne croit pas à cette universalité et ses actions trahissent une hypocrisie impossible à nier.

Ainsi, si l’on prend l’exemple de l’accueil des réfugiés et des immigrants illégaux. De façon plus ou moins subtile, notamment avec son fameux tweet de janvier 2017 #BievenueauCanada, le golden-boy de la politique canadienne a souhaité se distancier de l’Amérique de l’Oncle Sam, qui venait d’élire Donald Trump, et démontrer que le Canada était un pays accueillant, mettant l’accueil de l’étranger au-dessus de la sécurité des siens.

Pourtant si dans ce cas et par la suite, Trudeau n’a pas hésité à faire la leçon aux Américains concernant l’importance d’accueillir l’étranger sans compter, il n’a pas tenu le même discours envers Israël, lorsque Nétanyahou a fait connaître son désir d’expulser plus de 16 000 migrants africains.

Trudeau n’a pas tenu à rappeler l’importance de l’accueil des réfugiés et n’a pas non plus tenté de convaincre son homologue israélien de la richesse que représentaient ces migrants pour Israël. Il a plutôt levé la main pour se porter volontaire pour accueillir ces migrants dont Jérusalem ne voulait pas.

Au niveau de la protection de la frontière, c’est sensiblement la même chose. Depuis plus d’un an, la frontière américano-canadienne est totalement ouverte, du moins dans un sens, et n’importe qui peut la traverser et récolter les avantages sociaux offerts aux nouveaux venus. Question de faire passer la pilule, ceux que l’on appelait auparavant « immigrants illégaux » ont même été rebaptisés « demandeurs d’asile ».

Cette politique démographiquement et économiquement suicidaire se veut un message à Trump, qui a commencé à fermer la très poreuse frontière américano-mexicaine par laquelle des centaines de milliers, voire des millions, de Latinos sont arrivés dans l’Eldorado américain au cours des dernières décennies. On le comprend bien, pour Justin, les frontières des États-Unis et du Canada, mais aussi de l’Europe, se doivent d’être ouvertes au reste du monde et ce sans aucune restriction, au nom de l’amour universel.

Comment donc s’expliquer le fait que le Canada a annoncé dans les derniers jours l’octroi d’une somme de 8,6 millions à la Tunisie pour divers projets, dont la protection des frontières « contre les menaces de terrorisme et de trafic illicite » ? La protection des frontières tunisiennes serait donc une priorité pour les contribuables canadiens, alors que la protection de nos propres frontières serait moralement condamnable.

Alors voilà, ce qui est bon pour l’Occident, ce que les pays comme le nôtre doivent absolument mettre en place n’est pas nécessairement bon pour les autres pays du globe. Nous, nous nous devons de nous élever et de placer les principes généraux d’altruisme au-dessus de nos intérêts particuliers, mais les autres pays n’ont pas à adopter ces valeurs, car ce qui soi-disant nous enrichit les affaiblirait.

Quel aveu !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99