Le dimanche 17 novembre dernier, prĂšs de sept millions de BĂ©larussiens ont renouvelĂ© les 110 siĂšges de la Chambre des reprĂ©sentants. CoincĂ© entre la Russie, la Lituanie, la Lettonie, la Pologne et l’Ukraine, le BĂ©larus – qu’on appelle en France la BiĂ©lorussie – demeure le seul État du continent Ă  ne pas cĂ©der aux injonctions du dĂ©testable Conseil de l’Europe en appliquant toujours l’indispensable peine de mort.

DirigĂ© depuis 1994 par Alexandre Loukachenko, le BĂ©larus et son excellent prĂ©sident auraient dĂ» figurer en bonne place dans le Dictionnaire des populismes sous la coordination d’Olivier Dard, de Christophe Boutin et de FrĂ©dĂ©ric Rouvillois. En effet, une multitude d’articles n’hĂ©sitent jamais Ă  qualifier le modĂšle politique en vigueur Ă  Minsk de « populiste ».

Ces Ă©lections lĂ©gislatives sont anticipĂ©es; elles auraient dĂ» se dĂ©rouler en septembre 2020. La Chambre des reprĂ©sentants est Ă©lue pour quatre ans au scrutin majoritaire uninominal Ă  un tour. Outre la prise en compte des votes blancs et nuls, l’électeur peut aussi choisir le bulletin « Aucun d’entre eux ». Si ce bulletin spĂ©cifique, voire l’abstention, atteint 50 % comme ce fut le cas lors du second tour des lĂ©gislatives françaises de juin 2017, les autoritĂ©s doivent invalider le scrutin.

L’opposition payĂ©e par les officines de Soros et les observateurs de l’AssemblĂ©e parlementaire du Conseil de l’Europe ont Ă©voquĂ© l’impossibilitĂ© pour des opposants de se prĂ©senter. Ils ont critiquĂ© des pressions administratives sur les nombreux fonctionnaires et dĂ©noncĂ© d’éventuelles fraudes massives. Le bidule de Strasbourg qu’il ne faut pas confondre avec l’Union dite europĂ©enne devrait plutĂŽt se pencher sur ces municipalitĂ©s communistes, socialistes, centristes et Les RĂ©publicains de l’Hexagone oĂč le clientĂ©lisme gĂ©nĂ©ralisĂ©, la corruption endĂ©mique, le bourrage des urnes et le taux Ă©levĂ© de votes post mortem sont des habitudes bien installĂ©es. Maints candidats de l’ancien Front national auraient mille anecdotes Ă  raconter sur ce sujet inĂ©puisable


Le BĂ©larus populiste ne plie pas devant la Finance internationale et son principal larbin, les États-Unis d’AmĂ©rique. Le prĂ©sident Alexandre Loukachenko qui entend se reprĂ©senter l’an prochain pour un sixiĂšme mandat consĂ©cutif de cinq ans n’adhĂšre Ă  aucun parti et ne dispose mĂȘme pas de sa propre formation politique. Il bĂ©nĂ©ficie en revanche de l’appui implicite d’une majoritĂ© prĂ©sidentielle qui vient de remporter la totalitĂ© des siĂšges. La participation a augmentĂ© de 2,6 %, d’oĂč une abstention Ă  22,69 %. Les bulletins blancs et nuls s’élĂšvent Ă  0,94 %. Quant au choix « Aucun d’entre eux », il baisse de 1,09 %, soit 8,48 %.

Les grands vainqueurs des lĂ©gislatives restent les candidats indĂ©pendants avec 60,31 % des voix et 89 Ă©lus. Ils perdent cependant cinq siĂšges et 6,70 %. Le Parti communiste du BĂ©larus (10,67 %, en progression de 3,2 %) prend trois siĂšges supplĂ©mentaires, soit un total de onze Ă©lus. De tendance sociale-dĂ©mocrate et en hausse de 3,88 %, le Parti rĂ©publicain du travail et de la justice recueille 6,75 % et six Ă©lus. Variante locale du mouvement nationaliste grand-russe de Vladimir Jirinovski, le Parti libĂ©ral-dĂ©mocrate du BĂ©larus conserve son unique dĂ©putĂ©, mais avec 5,36 %, il progresse de 1,12 %. La gauche nationale incarnĂ©e par le Parti patriotique bĂ©larussien maintient lui aussi ses deux Ă©lus en dĂ©pit d’une faible audience nationale (1,43 %) et un retrait de 0,73 %.

Trois nouvelles formations liĂ©es Ă  la majoritĂ© prĂ©sidentielle informelle ont prĂ©sentĂ© quelques candidats. En dĂ©pit d’un rĂ©sultat national dĂ©cevant (0,89 %), le Parti agraire obtient un Ă©lu. Une formation atypique Ă  l’intitulĂ© original, le Parti socialiste des sports bĂ©larussien, rĂ©colte 0,15 %. Quant au Parti rĂ©publicain d’inspiration eurasiste, il ne rĂ©alise que 0,14 % des suffrages.

Les oppositions nationale-centriste, atlantiste et pro-occidentaliste du Front populaire et des communistes dissidents balayées, la nouvelle assemblée va pouvoir collaborer avec le Conseil de la République. Elle aussi élue pour 4 ans, cette chambre haute compte 56 membres élus par les conseils des représentants locaux des sept oblast (ou régions) dont la capitale et huit membres nommés par le président de la République. Celui-ci, conscient des fragilités géopolitiques et économiques de sa patrie louvoie entre Moscou, Pékin et Bruxelles. Parfois confronté comme au printemps 2017 à une vive contestation sociale, le président Loukachenko qui écoute avec une rare attention ses compatriotes a eu le courage politique de renoncer à certains projets.

MalgrĂ© d’inĂ©vitables dĂ©fauts inhĂ©rents Ă  la nature humaine, Alexandre Loukachenko appartient aux derniers vĂ©ritables grands hommes d’État de la planĂšte. En revanche, ni la France ni l’Europe n’ont cette chance.

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, Ă©crivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "RĂ©flĂ©chir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio LibertĂ©s". Il se dĂ©signe aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archĂ©o-futuriste. Dernier livre paru : "Pour la troisiĂšme voie solidariste. Une autre approche de la question sociale" (Éd. SynthĂšse)

Articles similaires