2 août 2017

De Lannemourine à Séméac…

Par Alexis Arette

En 752 le peuple de Bigorre, à l’appel du moine Missolin, affrontait les Barbares coraniques qui refluaient après leur défaite de Poitiers, pour sauvegarder le fruit de leurs pillages. Ils en firent un massacre au lieu qui depuis porte le nom de Lannemourine.

Je m’en suis souvenu quand j’ai appris que des citoyens de Séméac, obligés de recevoir des immigrés qui fuyaient les barbares plutôt que de les combattre, avaient élevé un mur qui semblait de protestation. Ce qui me donnait à penser cela, c’était une récente statistique ignorée par la presse mainstream, qui nous apprenait que les citoyens français opposés à l’immigration massive, étaient passés de 30 % en 2016 à 60 % en 2017.

Je me trompais : quelques jours après, tous les officiels, la presse et les humanistes se mobilisaient pour nous expliquer qu’en réalité le mur voulait protester non pas contre une immigration-invasion, (dixit Giscard d’Estaing), mais bien contre le peu de moyens pour accueillir convenablement les immigrés.

Ce qui faisait un peu désordre, c’est que ce mur d’accueil avait été qualifié dans un premier temps de « Mur de la Honte », et que le titre était repris par la presse socialiste et centriste paloise, comme s’il allait de soi ! Il est vrai que le propos avait été émis par une suffragette fine comme un marteau-pilon, mais qui, étant communiste, s’y connaissait en murs…

Ce qui est intéressant, c’est de constater qu’entre la véritable gauche et la fausse droite, on pense de même sur le sujet. Cette conjonction s’était réalisée semble-t-il lors de la légalisation du meurtre prénatal. Jusqu’alors une certaine gauche avait une certaine avance avec le culte conjoint de Robespierre et de la guillotine. L’avortement allait permettre d’égaliser les tendances Quand on s’accommode pour tuer, c’est le pacte du sang qui prévaut sur tout le reste.

Que le journal autrefois catholique, L’Éclair mette en caractère gras et majuscule une phrase du communiste Cazenave est très significatif. L’apparenté communiste a écrit : « Construire des murs, pour chasser ses peurs, ce n’est pas une attitude acceptable. »

Bref, si dans d’autres cas ce stratège avait eu la parole, on n’aurait pas construit, puisque ce n’est pas acceptable, ni la grande muraille de Chine, ni l’enceinte de Carcassonne, ni la ligne Maginot, ni le mur de l’Atlantique. L’intelligence de ce stratège me donne un affreux complexe d’infériorité…

L’accord politique de ces gens sur les crématoires de fœtus s’est renforcé depuis par le projet mondialiste du métissage généralisé. C’est ce qu’avait déclaré le général yankee Clark, lors de la guerre pour livrer le Kosovo aux Coraniques. Pour lui, il ne devait plus y avoir en Europe de nation non métissée… Par contre, Lors du Festival des Pyrénées, dînant avec le ministre de la culture du Togo, un magnifique Africain, celui-ci me disait : « Le métissage n’est pas une bonne chose ! Sauf dans le cas d’un très grand amour ! »

On sait comment les Coraniques nous manifestent leur amour. Que notre Président se soit impliqué dans la messe anniversaire de l’égorgement du Père Hamel pour y répéter un peu mieux le fameux « Même pas peur ! », ne fait hélas pas avancer le schmilblick ! Je commencerai à croire au régime lorsque les policiers auront l’autorisation d’ouvrir le feu sur les incendiaires de voitures, les incendiaires du Midi et les trafiquants de drogue ! Autant dire que je vais rester longtemps sur ma faim !

L'hommage d'Emmanuel Macron au Père Hamel.

Cependant, il importe de souligner à ceux qui, comme moi, sont en délicatesse avec l’« Église dite de France », ses curés pédophiles, ses évêques bombardiers et les prélats prêtant leurs Églises aux Imans, le courage de Mgr Dominique Lebrun, qui, devant un parterre d’avor-tueurs officiels, en a lié la pratique à l’esprit de tous les autres crimes ! Et le Père Hamel qui, le couteau sur la gorge, a crié à son meurtrier « Arrière Satan ! », n’a fait que décrire l’état de notre société ! Cette France n’est plus en démocratie, mais en démonocratie.

Et je ne crois pas du tout que la chute de popularité de Monsieur Macron soit le signe d’une réaction vitale. Il ne pouvait qu’en être ainsi avec une majorité de bric et de broc, c’est-à-dire faite de braves gens indignés et de franches crapules. Et il risque de garder longtemps une majorité d’opportunistes, car le mauvais génie de nos institutions, c’est de faire de franches crapules avec de braves gens. Pour l’instant, le Macronisme ressemble au jeu de l’élastique : on remonte très fort une première fois, mais on finit par s’immobiliser au plus bas…

Pour l’instant, personne ne veut ou ne peut couper l’élastique. Les Français, comme les citoyens de Séméac, vont s’humaniser, c’est-à-dire, accepter de ne pas se défendre, pour ne pas encourir la réprobation de la « conscience universelle », fabriquée par les banquiers. Pour l’instant, notre horizon ressemble de plus en plus à un crépuscule où dans le ciel montent l’étoile et le croissant. Mais je pense que ce serait incongru de se souhaiter « Bonne nuit » !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.