17 septembre 2017

Dame Rantanplan à l’assaut de la droite et du centre !

Par Philippe Randa

 

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, se voit déjà « en haut de l’affiche » avec son mouvement « Libres ! », lancé ce week-end à Argenteuil, bien décidée à occuper l’espace politique entre Laurent Wauquiez et les « constructifs ».Libres ! Valérie Pécresse

La nature a certes horreur du vide, mais les ambitieuses bien nées à Neuilly-sur-Seine et encore mieux mariée au président d’Alstom, font parfois sourire.

N’a-t-elle pas été un important soutien de François Fillon avant de soutenir Alain Juppé lors de la joviale campagne des primaires de la droite ? Qu’à cela ne tienne, dame Pécresse –joli minois et cheveux au vent – a des convictions, faute d’arguments : celle, intime, « que rien ne serait pire que de repartir comme avant (ou encore) de servir aux Français la saison 3 de “à droite toute !”, une série dont ils connaissent déjà le scénario, dont ils anticiperont à l’avance les péripéties, une série vue et revue, avec des mots entendus, des réflexes stéréotypés… »

La nouvelle passionaria d’une droite républicaine encore sonnée de ses deux échecs électoraux successifs, a ainsi martelé qu’il faut « rassembler toutes les sensibilités de la droite et du centre… » (« Vaste programme ! » aurait dit le général De Gaulle) et, bien sûr : « refuser toute porosité avec le Front national » : en voilà des idées-qu’elles-sont-neuves, n’est-ce pas ?

Valérie Pécresse fait immanquablement songer à Rantanplan, le célèbre chien le plus bête de l’Ouest dont les tentatives pour sauter dans les bras d’un personnage se soldent inlassablement par des échecs : « Zut, trop court »… « Zut, trop long »…

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.