10 octobre 2013

Ces drôles de politiciens italiens !

Par Philippe Randa

Désormais, devra-t-on dire « heureux comme un politicien en retraite » ?… Non pas pour le montant de leurs pensions pour lesquelles, en général, le terme « privilégié » conviendrait davantage, mais parce que déchargés du poids de leurs responsabilités publi­ques, ils goûteraient un avenir meilleur pour certains… ou en adéqua­tion avec leur conviction pour d’autres ! Bon, en ce qui concerne les Français, ce n’est peut-être pas encore à l’ordre de leurs préoc­cupations (ou de leurs hantises, c’est selon)… En revanche, de l’autre côté des Alpes, Enrico Letta et Giuliano Pisapia donnent l’exemple ! Le premier, ancien président du conseil, n’a pas encore un demi-siècle au compteur ; il abandonnera pourtant son mandat de député après l’été afin de prendre la direction de l’École d’affaires internationales de Sciences Po Paris et a indiqué « qu’il renonce par avance à sa “retraite” d’élu à laquelle ses douze années de parlementaire lui donnent droit. » Stupéfaction dans l’opinion publique, on s’en doute ! Le second, 65 ans, a été élu Maire de Milan en 2011, dans une Cité jusqu’alors très berlusconienne, et à la surprise générale, là encore, a annoncé qu’il ne se représenterait pas « tout simplement parce (qu’il l’avait) dit. » Un homme politique qui ne se goinfre pas de l’argent public et un autre qui tient parole, çà existerait donc ? Véri­fica­tion faite, leurs déclarations respectives n’ont pas été faites un 1er avril ! Ceci aurait pu expliquer cela.