8 février 2017

À chaque génération, les mêmes folies…

Par admin

Le quotidien Libération refuse la démocratie aux USA. Il nie la liberté des peuples d’élire qui ils veulent. Et si, en plus, ces élus appliquent le programme qu’ils ont déclaré, c’est une catastrophe pour les socialistes et autres partis politiques qui en général, s’en moquent.

Marie France Garaud le disait d’ailleurs : « Les programmes politiques ne sont que les inventaires de leurs faillites futures ». C’est dire si cela remonte loin, cette idée de programme construit pour les gogos d’électeurs.

Libération vs Donald Trump.

Libération vs Donald Trump.

« Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent », disait Charles Pasqua. Pourtant, chacun avait l’amour de la France et ne serait pas tombé aussi bas comme ont su le faire les derniers Présidents de la République des 40 dernières années. Aussi loin que l’on regarde dans le rétroviseur, on ne voit personne qui, au fond, avait l’amour de la France chevillée au corps comme celui qu’avait le général Charles de Gaulle, malgré tous les écarts commis en particulier, envers les Français d’Algérie.

Comme à son habitude, l’ineffable Libération reste au niveau des caniveaux gauchistes. Voici un journal qui défend la démocratie, mais insulte les électeurs qui ne votent pas dans le bon sens. Ce n’est pas dit clairement, bien sûr, mais les électeurs américains seraient des idiots, des racistes, de sales petits blancs, et tant pis si une grande partie des électeurs de Donald Trump étaient noirs, hispaniques et asiatiques. Ce qui compte, c’est laisser une empreinte médiatique laissant entrevoir le discours habituel de ces islamo-gauchistes qui est « les heures les plus sombres de notre histoire », auquel vous pouvez ajouter « le ventre encore fécond de la bête immonde ». Tant pis également, si la bête immonde qui sévit aujourd’hui depuis 15 ans sur toute la planète est le radicalisme islamique. Qu’importe si les femmes en islam sont traitées comme des serpillières, vitriolées en Asie, exécutées au sabre ou lapidées en Arabie, pendues en Iran, etc. Femme sous citoyenne, quasi esclave et trop souvent contente par la grâce d’une « religion » qui les encourage pour quelques hassanettes de plus (les bons points pour le paradis).

Ce qui compte pour ces journalistes-là, ce sont les Madonna qui s’érigent chaque jour dans les médias en Sainte Vierge, entre deux soirées sur scène, en démonstrations dégradantes de femelles bonobos en chaleur. Une insulte à la dignité de la femme. Elles montrent et démontrent que leurs discours démocrates ne valent pas plus que leurs exhibitions. Désolé, mais je crois encore que « la femme est l’avenir de l’homme » et ces Madonna et autres artistes, sont indignes.

Libération fait partie de ce paysage qui offense la dignité, la décence et le respect que nous devons aux femmes. Libération arpente les trottoirs à la recherche du gauchiste attardé, le zadiste qui ne vit que de la générosité des contribuables.

Libération se dit démocrate et vomit sur le vote qui a amené Donald Trump au Pouvoir. Parce qu’il n’y croyait pas, n’y pensait même pas. Sa boussole est déglinguée. Elle ne montre plus le Nord, mais l’Est. Elle se tourne vers La Mecque et Libération fait le lien entre deux visions du monde, celui des altermondialistes et celui de la Oumma. Viendra le jour, où cette Oumma fera la peau aux autres mondialistes.

« L’expérience n’est qu’une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte », disait Confucius. L’Histoire des peuples devrait être des lampadaires pour éclairer chaque Nation de son expérience. L’ensemble pourrait être un immense soleil pour éclairer l’humanité. Et pourtant, cette humanité bégaie et répète à chaque génération les mêmes folies, les mêmes erreurs à chaque coin du globe. Nous retrouvons sans arrêt les mêmes Daladier et Chamberlain prêts à se vendre, comme la Du Barry suppliant le bourreau Sanson pour quelques minutes de plus.

L’humanité est responsable. Elle se donne les mêmes dirigeants, les mêmes dictateurs, les mêmes vendus dans les démocraties, et donc les mêmes corrompus de l’Afrique à l’Asie en passant par l’Amérique et l’Europe.

L’Humanité a décidé de ne pas ouvrir les rideaux et faire entrer le soleil. En clair, comme le disait Orwell, « un peuple qui réélit des corrompus, des renégats, n’est pas une victime, il en est le complice. »

Les Américains ont appelé Donald Trump à la Maison Blanche ! L’improbable Trump. Et il fait ce qu’il dit à la surprise du monde entier. Il a tiré les leçons de l’histoire. Qui en France fera de même ? Certes, je pense à Marine Le Pen malgré sa triste et désolante déclaration sur « l’islam compatible avec les lois de la République ». Alors, va pour le Front National puisque nous n’avons rien d’autre. Rien d’autre que cette désolante représentation politique islamophile et tous vendus à peu de chose près, à Bruxelles, au Qatar et à l’Arabie Saoudite…

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.