13 juin 2020

Sur la mort de Guy Bedos

Par Euro Libertes

par Jean-Pierre Hutin

Engagé volontaire dans une unité Parachutiste-Grenadier-Voltigeur ; Campagne 1958 – 1960 ; Fils de Micheline Hutin, déportée-résistante à Ravensbrück et de Pierre Hutin, déporté-Résistant à Büchenwald

Jean-Pierre Hutin.

Jean-Pierre Hutin.

Monsieur Guy Bedos vient de mourir. Certaines âmes humanistes proclament haut et fort « la mort efface tout »… C’est en partie vrai, mais pas totalement.

Il y a soixante ans, Monsieur Guy Bedos a emporté sa patrie algérienne à la semelle de ses souliers, lui permettant par un tour de souplesse dorsale d’échapper à son devoir de citoyen, de faire comme les vingt-quatre mille garçons de France qui ont laissé leur vie sur la terre algérienne de Monsieur Guy Bedos.

Sa désertion lui a permis d’avoir jusqu’à l’âge de quatre-vingt-cinq ans une vie agréable, des enfants, des petits enfants, chance que n’ont pas eue les vingt-quatre mille garçons tombés au champ d’honneur… Pour eux, seule la pourriture de la terre, pas la douceur d’une femme aimée, pas de petite tête blonde à chouchouter.

Démago, on fait pleurer Margot, peut-être !

N’empêche que Monsieur Guy Bedos, fils de la terre algérienne a failli, trahi, déserté au prétexte fallacieux d’un « Je n’ai pas fait cette guerre, pour ne pas être obligé de tuer mes frères algériens ». De qui te moquais-tu chiasseux ? Tu savais très bien que la république socialiste de l’époque et les tribunaux militaires pendant la guerre d’Algérie n’ont jamais fusillé le moindre citoyen insoumis. Il y a eu des réfractaires, chafouins ou sincères, des objecteurs de conscience, des fragiles incapables de tenir un fusil.

La République avait aménagé des échappatoires.

À ceux qui justifiaient du niveau universitaire, notre belle institution offrait la possibilité d’effectuer leur devoir militaire en tant qu’instituteur, belle occasion Monsieur Bedos d’éduquer les  enfants de tes amis algériens.

Il y avait aussi la possibilité de devenir infirmier… Les deux options s’offraient à toi, Monsieur Bedos !

Il y avait l’AMG (assistance médicale gratuite) pour les musulmans… déjà !

Il y avait aussi la possibilité d’être infirmier d’une compagnie de combat, où s’offraient indifféremment les soins des blessés de tes frères de combats ou de tes frères algériens car contrairement à la propagande islamo-communiste, l’Armée Française observait scrupuleusement la charte de la Convention de Genève, à savoir lors d’un accrochage avec l’armée de libération nationale, combattants en uniforme, après les combats, blessés de l’Armée Française ou combattants de l’ALN, l’infirmier de compagnie soignait indifféremment les deux partis.

Enfin Monsieur Bedos, tu aurais pu demander ton affectation dans le SAS (section administrative spéciale) organisme qui aidait les Algériens dans leur tâche de tous les jours, tu n’as même pas eu ce courage ! Seul le déni de servir a été ta préoccupation, d’autres comme toi ont décidé de ne plus servir leur pays, en particulier les communistes à l’exemple du Lieutenant Maillot, déserteur, il a rejoint les maquis de l’ALN, ce geste renégat avait une vertu, Maillot mettait sa vie, sa peau au bout de ses idées, il mourut au combat en phase avec lui-même, toi Monsieur Bedos, tu étais trop délicat pour ce genre d’exercice. Tu fais partie de cette engeance qui en âge de combattre pendant l’occupation allemande de la IIe guerre mondiale avait les réponses toutes trouvées.

Alors Guy on rejoint Londres ? On entre dans la Résistance ?

Vous n’y pensez pas, moi Guy Bedos, tuer des Allemands, ce peuple admirable qui a produit Wagner et Goethe !

Tu as toujours été un délicat avec l’indignation sélective, toi qui embrassais Mitterrand sur la bouche, lui le Garde des sceaux le plus sanglant ayant signé de sa main soixante-douze condamnations à la guillotine, la plupart étant tes frères algériens ! Mais Mitterrand était un puissant, c’est toujours un plaisir pour un courtisan, d’exécuter des tours de souplesse dorsale.

Dieu dans son infinie bonté t’accueillera au Paradis, infinie bonté, mais pas dupe ! Dieu a, dans sa grande sagesse, compartimenté les lieux : « Tu ne seras pas dans le Paradis vulgaire des vingt-quatre mille martyrs morts aux combats en Algérie ».

Non, toi tu auras droit à une section du Paradis réservée à une certaine catégorie d’individus… Tu ne peux pas te tromper, Dieu a fait appel à Nietzsche.

Pour la référence sur le frontispice, tu pourras y lire : « Les voici les petits misérables, ignorants de leur misère, je passe parmi eux et j’en écrase le moins possible, mais le dégoût me ronge le cœur. »

Voilà petit homme, repose en paix, tu es chez toi !

Jean-Pierre Hutin est l’auteur de deux livres aux éditions Dualpha :

Les enfants de Sidi Ferruch de Jean-Pierre Hutin, éditions Dualpha, 206 pages, 25 euros.

Les enfants de Sidi Ferruch de Jean-Pierre Hutin, éditions Dualpha, 206 pages, 25 euros.

Les Enfants de Sidi Ferruch (Chronique de la dernière guerre de l’armée française), 206 pages, 25 euros ; pour commander le livre, cliquez ici.

Bigeard Boys de Jean-Pierre Hutin, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », 254 pages, 29 euros.

Bigeard Boys de Jean-Pierre Hutin, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », 254 pages, 29 euros.

Bigeard Boys (sous la casquette, la démesure) : pour commander le livre, cliquez ici.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99