22 janvier 2017

Joinovici. L’empire souterrain du chiffonnier milliardaire

Par Philippe Randa

 

« Comment faire fortune quand on ne sait ni lire ni écrire ? Facile : il suffit de s’appeler Joseph Joinovici
et de n’avoir aucun scrupule 
»

Voici un pavé dans la mare de l’Occupation et de la Libération comme il commence à en apparaître, maintenant que les passions, toujours funestes à la vérité historique, ne sont plus aussi vives que par le passé.

Joinovici… Son nom se pare de connotations sinistres car il ressuscite lugubrement le temps hideux des fortunes fabuleusement édifiées durant l’Occupation allemande.

Petit ferrailleur et chiffonnier juif et analphabète, Joseph Joinovici n’est qu’un… « petit » en 1940… Cinq ans plus tard, il est à la tête d’une fortune colossale grâce aux trafics les plus louches, les plus éhontés.

Mais il n’est pas le seul pour qui l’Occupation fut une aubaine. Henry Lafont, Pierrot le Fou, le docteur Petiot, dont l’auteur trace des portraits suggestifs, surent aussi tirer parti des « années noires ». Mais eux ne négocièrent pas aussi brillamment que ce « Monsieur Joseph », le virage de la « Libération », car géniale astuce, sentant le vent tourner, le ferrailleur avait soutenu dès 1944 le réseau « Honneur de la Police » ce qui lui permit ensuite de se hisser au sommet de la IVe République naissante…

Ainsi, vêtu de sa défroque patriotique, bardé de faux certificats de Résistance, ce prestidigitateur rusé et matois aurait pu prospérer longtemps. Et pourtant, il allait chuter, victime de la vengeance de ceux que l’on n’attendait pas…

Si certains pensent qu’un livre d’histoire doit forcément être difficile à lire, ils seront détrompés par Joinovici. L’empire souterrain du chiffonnier milliardaire d’Henry Sergg. Le suspense gardé jusqu’à la dernière page, il est écrit comme un thriller, sans jamais céder pourtant aux conventions d’époques.

Oui, la majorité des Français fut sinon favorable, du moins passif vis-à-vis de la collaboration avant de se découvrir résistantialiste… Oui, des Juifs ont offert leurs services aux nazis… Oui, la « Libération » fut aussi celle des pires instincts.

Henry Sergg le montre, le démontre. Il n’hésite pas, en outre, à rendre justice à certains et à poser certaines questions gênantes… auxquelles l’Histoire devra bien, tôt ou tard, apporter les réponses.

Joinovici. L’empire souterrain du chiffonnier milliardaire, Henry Sergg, French Pulp éditions, 300 pages, 18,99 euros.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.