Au Canada, dans le domaine sociĂ©tal, le gouvernement libĂ©ral de Justin Trudeau est en rupture totale avec celle de son prĂ©dĂ©cesseur Stephen Harper. Les rĂ©formes sociĂ©tales notamment pour les transgenres et autres vont bon train, marquant une rupture avec la stratĂ©gie du statu quo d’Harper, mais au niveau gĂ©opolitique, Trudeau continue de s’aligner avec l’OTAN, voyant la Russie de Vladimir Poutine, qu’il avait d’ailleurs menacĂ© avant d’ĂȘtre Ă©lu, comme l’ennemi numĂ©ro 1.

Au sommet de l’OTAN qui a eu lieu Ă  Varsovie, Justin Trudeau confirma donc l’envoi d’une frĂ©gate, de 450 soldats, de six avions de chasse CF-18 qui seront dĂ©ployĂ©s en Lettonie dans le cadre de l’opĂ©ration REASSURANCE, une manƓuvre applaudie par le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’OTAN Jens Stoltenberg.

Depuis que Trudeau est au pouvoir, et plus particuliĂšrement lors de la visite d’Obama Ă  Ottawa plus tĂŽt ce mois-ci, le gouvernement amĂ©ricain met la pression sur son voisin du Nord pour que celui-ci augmente les dĂ©penses militaires malgrĂ© les dĂ©ficits majeurs dans le budget canadien.

Le Canada a depuis avril 2014 un contingent militaire prĂ©sent en Europe centrale et en Europe de l’Est, dont une force aĂ©rienne faisant office de « police de l’air ». Pour les Forces canadiennes, cette police de l’air doit intervenir « lors de toute intrusion dans l’espace aĂ©rien des pays baltes. Cette mission est purement de nature dĂ©fensive et ne constitue pas une rĂ©ponse Ă  une menace prĂ©cise, mais plutĂŽt une composante courante et fondamentale grĂące Ă  laquelle l’OTAN assure la sĂ©curitĂ© de ses membres. »

En Pologne, une force terrestre est prĂ©sente depuis 2014 et, en juin dernier, l’armĂ©e canadienne a pris part aux cĂŽtĂ©s des AmĂ©ricains, des Turcs et des Polonais Ă  l’exercice ANAKONDA visant Ă  mettre Ă  l’épreuve leurs compĂ©tences en matiĂšre d’assauts aĂ©romobiles, d’opĂ©rations de combat urbain et d’autres aspects de la guerre conventionnelle.

Les documents officiels Ă©manant des Forces canadiennes ne parlent jamais de la Russie directement, question de ne pas attiser les tensions, par contre ils sont clairs ; le but est de stopper toute manƓuvre russe jugĂ©e potentiellement hostile.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires