Commencer la nouvelle annĂ©e en CorĂ©e du Nord, vous n’y pensez pas ? C’est pourtant l’aventure que s’est offerte Mathieu Vergez, un Ă©tudiant toulousain de 24 ans, lors du dernier nouvel an. Blogueur sur Le Verger Populaire, il est aussi chanteur de rock. Infos-Toulouse est allĂ© Ă  sa rencontre.

Parti dans le cadre d’un voyage organisĂ© par l’agence de voyage Noko Redstar, derniĂšre agence de voyage francophone Ă  organiser des voyages  en CorĂ©e du Nord, ils Ă©taient une cinquantaine Ă  s’ĂȘtre rendu sur place.

Pourquoi ĂȘtre allĂ© fĂȘter le nouvel an en CorĂ©e du Nord ?

C’était un vĂ©ritable coup de tĂȘte ! Évidemment, en tant qu’aspirant journaliste et passionnĂ© de gĂ©opolitique, la crise diplomatique des missiles entre la CorĂ©e du Nord et les États-Unis ne m’a pas laissĂ© indiffĂ©rent. J’avais vu le reportage d’Alain Soral lorsque lui-mĂȘme y Ă©tait allĂ©, et le portrait qu’il en donnait, Ă  complet contre-courant de l’image que nous avons habituellement de ce pays, m’a donnĂ© envie d’y aller, ne serait-ce que pour voir de mes propres yeux. Lorsque j’ai eu vent que Noko Redstar organisait un voyage de rĂ©veillon Ă  Pyongyang, ouvert Ă  tous, au dĂ©but j’étais quelque peu rĂ©ticent par rapport au prix du voyage et Ă  mes faibles moyens, mais l’occasion Ă©tait bien trop belle pour la laisser passer, et j’ai sautĂ© le pas !

Comment fait-on pour rentrer dans le pays considéré comme le plus fermé du monde ?

Il faut dĂ©marcher auprĂšs du Consulat de CorĂ©e du Nord Ă  Paris pour obtenir un visa. Cette dĂ©marche peut ĂȘtre longue, parce qu’ils sont trĂšs vigilants. Mais pour moi, la dĂ©marche a Ă©tĂ© prise en charge par l’agence, qui s’est occupĂ©e de tout. Comme je pouvais difficilement me dĂ©placer Ă  Paris pour obtenir le visa, j’ai pu bĂ©nĂ©ficier d’un visa mobile que j’ai rĂ©cupĂ©rĂ© lors du transit Ă  PĂ©kin, ce qui n’a pas Ă©tĂ© sans complications
 Un conseil si vous transitez par la Chine pour vous y rendre : un visa chinois, mĂȘme pour transiter, ça n’est pas du luxe ! L’immigration chinoise a Ă©tĂ© trĂšs pointilleuse, et mĂȘme assez pĂ©nible. Les Nord-CorĂ©ens ont aussi Ă©tĂ© pointilleux Ă  notre arrivĂ©e, mais ne nous ont pas bloquĂ©s deux heures Ă  l’aĂ©roport pour scruter le moindre dĂ©tail de nos passeports !

Quel a été le programme de ce voyage ?

Le programme Ă©tait trĂšs chargĂ©, puisqu’il a fallu nous faire voir un maximum de choses en moins d’une semaine ! Nous avons eu les visites touristiques de bases : musĂ©e de la RĂ©volution, musĂ©e de la Guerre, musĂ©e de l’Art, tour du Juche
 Nous avons aussi eu la chance de partir Ă  la rencontre des citoyens nord-corĂ©ens, notamment en allant faire du shopping au grand supermarchĂ© de Pyongyang, en allant Ă  la piscine, Ă  la patinoire, au zoo
 Nous avons Ă©galement eu la chance de visiter la zone dĂ©militarisĂ©e
 Autant vous dire que nous Ă©tions tous assez fatiguĂ©s Ă  la fin des journĂ©es ! Nous avons assistĂ© au feu d’artifice du nouvel an sur la place principale de Pyongyang, au milieu de milliers de Nokos ! Bien entendu, nous sommes restĂ©s en groupe, accompagnĂ©s de guides qui ne nous ont pas lĂąchĂ©s, mais ces derniers n’étaient pas lĂ  pour nous fliquer ! Nous Ă©tions en fait assez libres  de modifier le programme avec eux, et nous avons mĂȘme sympathisĂ©.


Quelles ont été les principales impressions sur ce pays ?

Qu’on en a vraiment une image pourrie par rapport Ă  ce qu’il est vraiment ! Bien entendu, la vie lĂ -bas est trĂšs diffĂ©rente par rapport Ă  ici, c’est le moins que l’on puisse dire. Il faut ĂȘtre capable de remettre en question de notre propre modĂšle pour pouvoir apprĂ©cier. Mais globalement, mes principales impressions se portent sur ce que j’ai pu voir le plus, Ă  savoir les nokos eux-mĂȘmes. Ce sont des gens extrĂȘmement simples, accueillants, gĂ©nĂ©reux et disciplinĂ©s. Comme ils ont Ă©tĂ© Ă©levĂ©s dans des valeurs traditionnelles, ils ne souffrent d’aucune extravagance narcissique ou de nĂ©vrose apparente et sont trĂšs propres sur eux. D’aucun pourrait penser que c’est du lavage de cerveau ou du conditionnement, mais cela donne tout de mĂȘme un peuple assez serein, souriant, bref, qui n’a pas l’air malheureux. C’est mĂȘme assez reposant d’ĂȘtre lĂ -bas Ă  bien des Ă©gards. Personnellement, le retour Ă  la civilisation occidentale a Ă©tĂ© un peu difficile !

Dans les médias, le pays est présenté comme triste, totalitaire, son peuple comme miséreux et dans la famine et son leader impitoyable et sanguinaire. Cette atmosphÚre se ressent-elle vraiment ?

Pas du tout ! Il faut se sortir cette idĂ©e de la tĂȘte ! Comme je l’ai dit, les nokos n’ont pas l’air triste le moins du monde. Je n’ai pas de chiffres, mais Ă  mon avis et de ce que j’ai pu ressentir sur place, nous sommes certainement de plus gros consommateurs d’antidĂ©presseurs qu’eux ! Le peuple n’est absolument pas misĂ©reux, je dirais mĂȘme que sur certains points, ils sont bien mieux lotis que nous
 Imaginez, ils ne savent mĂȘme pas ce qu’est un loyer, vu que leurs logements sont gratuits ! En allant au centre commercial, non seulement j’y ai vu un monde incroyable dans les rayons, mais j’y ai mĂȘme vu des gens sortir avec plusieurs caddies remplis Ă  ras-bord ! Pour la famine et la pĂ©nurie, on repassera
 Pour ce qui est du leader impitoyable et sanguinaire, je dirais que le propre de ses rĂ©gimes socialistes et patriotes, c’est qu’effectivement le leader a les pleins pouvoirs, lĂ -bas il est mĂȘme considĂ©rĂ© comme une quasi-divinitĂ©, mais c’est loin d’ĂȘtre arbitraire, puisque son premier devoir est de servir le peuple. C’est plus cette atmosphĂšre qui se ressent lĂ -bas : que le peuple est choyĂ©. Il suffit de voir la beautĂ© de leur mĂ©tro ! Bien sĂ»r, Ă  partir du moment oĂč l’on n’est pas dĂ©linquant, ou agitateur politique d’opposition, il ne nous arrive rien, mais je ne doute pas que ce soit le cas de l’écrasante majoritĂ© des Nord-CorĂ©ens.

ParticularitĂ© du rĂ©gime, il est Ă  la fois communiste et nationaliste, peux-tu nous expliquer les diffĂ©rences notables avec les autres pays communistes que l’on connaĂźt mieux ?

La diffĂ©rence notable, c’est le Juche, qui est exclusivement corĂ©en. Kim il-Sung, par volontĂ© d’indĂ©pendance par rapport Ă  son voisin et alliĂ© soviĂ©tique, a fondĂ© l’idĂ©ologie du Juche dĂšs les annĂ©es 50, qui garde une forte inspiration marxiste-lĂ©niniste, mais prend une tournure plus humaniste que matĂ©rialiste, et en y intĂ©grant des valeurs traditionnelles, patriotiques, lĂ  oĂč le bolchevisme tendait Ă  faire table rase du passĂ©. Plus que d’ĂȘtre communiste ou socialiste, les CorĂ©ens sont avant tout fiers d’ĂȘtre CorĂ©ens. Et cela se ressent notamment dans le patrimoine bouddhiste qu’ils conservent, la calligraphie, l’imagerie traditionnelle, qui cohabitent avec les Ă©lĂ©ments rappelant le rĂ©gime. La diffĂ©rence avec le communisme bolchevique est affichĂ© jusque dans l’emblĂšme du Parti des Travailleurs, qui reprend le marteau et la faucille, symboles respectifs des ouvriers et des paysans, mais y rajoute le pinceau au centre : les intellectuels. La religion n’y est pas mal vue ou rĂ©primĂ©e, comme cela a pu ĂȘtre le cas en URSS, elle y est acceptĂ©e mĂȘme si elle est loin d’ĂȘtre le centre de leur prĂ©occupation.


De ce que tu as pu voir, comment se passe la vie quotidienne à Pyongyang ?

Les Nokos prennent Ă©normĂ©ment les transports en communs. MĂ©tro, bus, tramway, je crois que mĂȘme les voitures sont collectivisĂ©es ! Je ne saurais pas vraiment en expliquer le fonctionnement, mais apparemment, ils connaissent le covoiturage depuis plus longtemps que nous ! Pour ce qui est des courses, ils ont plusieurs Ă©piceries en plus du grand centre commercial, dans lesquels ils peuvent se procurer des produits alimentaires de bases gratuitement grĂące Ă  leurs tickets de rationnement et acheter le reste grĂące Ă  leur salaire. Ces cinq derniĂšres annĂ©es, Ă©normĂ©ment d’infrastructures de loisirs se sont dĂ©veloppĂ©es. Nous avons pu en visiter quelques uns, comme les thermes et la patinoire, sans compter le parc d’attractions, et tous les centres sportifs. Les Nokos vivent dans des appartements offerts par l’État, dans de grands immeubles. Il paraĂźtrait qu’ils notent sur tableau le tri des dĂ©chets et la consommation Ă©lectrique des locataires, et que le plus Ă©cologique est rĂ©compensĂ©, mais je n’ai pas pu le vĂ©rifier.

Quelle visite t’a le plus marquĂ©, tant positivement que nĂ©gativement ?

Sans aucun doute la zone dĂ©militarisĂ©e. Il faut savoir que les Nokos ne se sentent pas vivre en « CorĂ©e du Nord », d’ailleurs je vous dĂ©conseille de prononcer ce nom, ce serait mal pris. Eux disent vivre en CorĂ©e, tout court. Dans toutes les reprĂ©sentations gĂ©ographiques de leur pays, la CorĂ©e est entiĂšre, le Sud Ă©tant seulement sous occupation amĂ©ricaine. Donc voir cette frontiĂšre de deux kilomĂštres de large, entre les barbelĂ©s, cet immense check-point Charlie encore debout, duquel on peut voir flotter au loin le drapeau sud-corĂ©en, ça a quelque chose d’aussi impressionnant que dĂ©chirant. Il faut imaginer, nous, de vivre dans une France coupĂ©e en deux, les familles sĂ©parĂ©es, ce qui n’est pas sans rappeler l’Allemagne de la Guerre Froide. À noter qu’en CorĂ©e du Nord, on souhaite la rĂ©unification de la CorĂ©e, mais je ne pense pas que ce soit pour demain


Sur leur fonctionnement économique et social, y a-t-il des avancées qui pourraient faire jalouser les Français ?

Je crois que j’en ai dĂ©jĂ  dit suffisamment pour en faire saliver quelques uns ! Personnellement, la seule perspective de ne pas avoir Ă  payer de loyer, et d’avoir accĂšs Ă  de la nourriture gratuite me font regretter de ne pas ĂȘtre Nord-CorĂ©en ! Leur systĂšme Ă©ducatif a l’air fonctionnel puisque tous les nokos sont Ă©duquĂ©s, font beaucoup de sport (aucun obĂšse lĂ -bas), et savent tous jouer d’un instrument de musique (guitare Ă©lectrique, batterie et synthĂ©tiseurs inclus). Bien sĂ»r, il faut tout de mĂȘme rajouter que tout cela est rendu possible lĂ -bas grĂące Ă  leur intransigeance sur la souverainetĂ©, le contrĂŽle de leurs frontiĂšres, et la puissance de leur Ă©tat. Gare donc, aux utopistes ou Ă  ceux qui voudraient s’installer lĂ -bas, car c’est quasiment impossible.

Se sent-on en danger sur place ?

On est tellement bien pris en charge en tant que touriste que c’est plutît l’inverse !

« Kim il-Sung est le hĂ©ro de la RĂ©sistance face Ă  l’envahisseur. MĂȘme De Gaulle n’est pas un Ă©quivalant suffisant. »

Le rĂ©gime des Kim fait-il vraiment l’unanimité ?

Il y a bien, paraĂźt-il, une dissidence au nord du pays. Mais Ă  part eux, le rĂ©gime fait bel et bien l’unanimitĂ©. Cela va mĂȘme au-delĂ , puisque les Kim sont Ă©rigĂ©s au rang de demi-dieux ! Quand nous sommes allĂ©s voir les immenses statues des grands leaders, nous avons bien Ă©tĂ© prĂ©venus dans le bus : « Faites attention Ă  votre attitude, comportez-vous avec respect et solennitĂ©, il s’agit de l’endroit le plus sacrĂ© de la CorĂ©e ». Les Kim sont vus comme des bienfaiteurs. Il faut tout de mĂȘme garder Ă  l’esprit que Kim il-Sung, le fondateur de la dynastie, est le grand hĂ©ros de la RĂ©sistance face Ă  l’envahisseur japonais, et de la Guerre de CorĂ©e contre l’agresseur amĂ©ricain. MĂȘme De Gaulle n’est pas un Ă©quivalant suffisant. Donc on peut dire que cette dynastie est lĂ©gitime, puisque le premier des Kim a Ă©tĂ© l’homme providentiel du pays.


Avez-vous pu visiter les campagnes ? On dit qu’il y a une diffĂ©rence avec la ville, est-elle visible ?

Nous n’avons malheureusement pas pu voir les campagnes autrement qu’à travers les vitres du bus ou du train au retour. Mais du peu que nous avons pu voir, la diffĂ©rence est notable. La campagne nord-corĂ©enne paraĂźt vide, mais la terre est tout de mĂȘme entretenue. Nous y sommes tout de mĂȘme allĂ©s en hiver, donc sans doute pas le meilleur moment pour la voir.

Avec du recul, ce voyage organisé donne évidemment une vision que le régime souhaite donner à ses visiteurs. On prétend souvent que ce sont des figurants que vous croisez dans la rue. Quel est ton sentiment ?

Que si tous les Nokos que l’on a vu dĂ©ambuler dans la rue, ou Ă  la patinoire, ou partout, Ă©taient des figurants, alors il faut absolument que le rĂ©gime nord-corĂ©en aille donner des leçons de mise en scĂšne Ă  Hollywood, parce que c’était bluffant ! Plus sĂ©rieusement, les rues Ă©taient loin d’ĂȘtre vides, tout avait l’air authentique, donc je ne peux pas croire une seconde Ă  quelque chose d’aussi grotesque que la thĂ©orie des figurants. AprĂšs, Ă©videmment qu’une agence de voyage touristique ne va pas nous montrer des choses dĂ©sagrĂ©ables Ă  voir, mais c’est un peu le principe de toute agence touristique, non ?

« En Corée, la propagande se cache pas derriÚre du grand divertissement ou la supposée neutralité objective des grands médias. »

Quelle est la place de la propagande dans la société ? Quelle différence avec la « propagande » anti-nord-coréenne desservie en Occident ?

La propagande est tellement omniprĂ©sente lĂ -bas, que les gens n’y font mĂȘme plus attention ! C’est un peu comme la publicitĂ© chez nous : ça fait partie de leur quotidien. Évidemment, pour des Occidentaux, c’est toujours exotique d’aller Ă  la patinoire et de voir une affiche oĂč sont reprĂ©sentĂ©s les États-Unis sous une pluie de missiles. Il faut imaginer en France toute la publicitĂ© que l’on croise Ă  longueur de journĂ©e remplacĂ©e par des spots ou des affiches Ă  la gloire du gouvernement ou de son idĂ©ologie ! Mais comparĂ©e Ă  la propagande occidentale, je dirais que la vertu nord-corĂ©enne est d’assumer sa propagande. Elle ne se cache pas derriĂšre du grand divertissement ou la supposĂ©e neutralitĂ© objective des grands mĂ©dias.

Pour conclure, le régime nord-coréen est-il un modÚle pour la France ?

MĂȘme s’il y a Ă©videmment des Ă©lĂ©ments inspirants, je n’irais sans doute pas jusque lĂ . Ils ont, eux, une histoire particuliĂšre qui justifie un tel rĂ©gime, que nous n’avons pas. La diffĂ©rence entre nos deux pays est trop brutale. Je connais plus d’un Français Ă  qui le rĂ©gime nord-corĂ©en donnerait des boutons, ne serait-ce que pour l’absence d’Internet ou le culte de la personnalitĂ© des Grands Leaders. Cependant il ne faut pas jeter le bĂ©bĂ© avec l’eau du bain, nous avons Ă©videmment beaucoup Ă  apprendre de l’étude de ce rĂ©gime si particulier et des idĂ©es du Juche. Une politique qui me semble plus proche de nous, tant gĂ©ographiquement que contextuellement, et qui pourrait mieux servir de modĂšle pour nous, est sans doute celle que mĂšne Vladimir Poutine en Russie et Ă  l’international. Prendre Poutine en exemple pour notre pays me paraĂźt plus rĂ©alisable.

Propos recueillis par N.R.

Article paru sur le site Info Toulouse.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99