26 juin 2020

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. Alors que les États-Unis pressent l’Union européenne de se rallier à leur cause dans leur confrontation de plus en plus systématique avec la Chine, les ministres européens des Affaires étrangères tentent d’esquisser une stratégie plus souveraine.

Et ce d’autant qu’« on sent que l’éloignement américain est une tendance de fond qu’il faut regarder en face », résume une source diplomatique européenne qui évoque le « pivot asiatique » entamé sous Barack Obama.

Selon un rapport de l’UE, si la tendance actuelle se maintient, le nombre d’Européens devrait diminuer à partir de 2030, pour retomber à 424 millions en 2070. Ce qui constituerait un recul de 5 % en un demi-siècle. L’UE pourrait ainsi perdre environ 18 % de sa population active d’ici à 2070. Une évolution aux lourdes conséquences économiques, sociales et politiques.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de l’institution, et Thierry Breton, commissaire au Marché intérieur, devraient présenter une série de propositions visant à protéger le bloc contre les entreprises étrangères bénéficiant de subventions. Le but : mettre en place une « réciprocité effective » dans les relations économiques, « sortir de la naïveté » et viser « la résilience et l’autonomie ».

Allemagne. Selon le quotidien Die Welt, qui cite des estimations du ministère des Finances, l’Allemagne pourrait voir bondir de 42 % son écot dans le budget européen sur la période 2021-2027, soit l’équivalent de 13 milliards d’euros supplémentaires aux 31 milliards qu’elle verse déjà chaque année.

Angleterre. Le Royaume-Uni a « formellement » signifié à l’Union européenne son refus de prolonger au-delà de la fin de l’année la période de transition post-Brexit, renforçant les craintes d’une rupture difficile dans leurs échanges.

Après la sortie de l’UE le 31 janvier dernier, Londres a continué d’appliquer les règles européennes et négocie avec Bruxelles les modalités de leur nouvelle relation, notamment concernant leurs échanges commerciaux, sans avancée significative.

Espagne. Le parquet du Tribunal suprême a décidé de prendre en considération de graves accusations pesant sur Juan Carlos, 82 ans, liées à des commissions mirobolantes qu’il aurait touchées de la part de l’Arabie Saoudite pour la construction d’une ligne de train à grande vitesse. On parle de 100 millions de dollars.

Juan Carlos.

Juan Carlos.

Russie. Le président Vladimir Poutine a estimé que les manifestations de ces dernières semaines aux États-Unis contre le racisme et les violences policières étaient l’expression « de profondes crises internes » dans le pays, tout en espérant que celui-ci s’en sorte en se basant sur ses principes démocratiques fondamentaux.

Et d’ajouter : « En fait, nous l’observons depuis longtemps. Depuis l’arrivée au pouvoir du Président actuel, quand il a gagné, et ce de manière tout à fait démocratique. Et la partie perdante a inventé toutes sortes de fictions afin de remettre en doute sa légitimité. »

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99