7 juin 2017

Les rebelles attaquent les forteresses de Theresa May à Londres

Par Euro Libertes

C’est ce que la BBC aurait dû titrer hier et aujourd’hui. C’est cela qu’elle a titré quand les «rebelles» étaient des «Syriens» et que les attaques se produisaient à Damas. N’était-ce pas objectif ? Pourquoi changer maintenant de titre ?

John Pilger qui s’interroge à propos de l’attaque de Manchester souligne, comme nous l’avons fait, que Theresa May était ministre de l’Intérieur quand des ordres ont été donnés pour lever le contrôle et permettre aux Takfiris libyens de quitter la Grande-Bretagne pour aller détruire la Libye. La moitié d’entre eux sont revenus, bien formés, et l’un d’eux a tué 22 personnes à Manchester.

Un retour de bâton de la décision prise par May d’envoyer des terroristes connus comme tels dans les guerres britanniques par personnes interposées. Maintenant, elle dit qu’il y a « trop ​​de tolérance envers l’extrémisme? » Qui les a tolérés?

L’actuel ministre de l’Intérieur, Amber Rudd, ne vaut pas mieux, il a  empêché le candidat indépendant de poser une question sur les ventes d’armes aux commanditaires saoudiens du terrorisme

Augmenter la censure : voilà la réponse typique des dirigeants autoritaires lorsque qu’on tente de discuter ouvertement de leurs accords secrets, et que leur compétence est remise en question, Theresa May a demandé aux firmes d’Internet d’éradiquer les «espaces sûrs» qu’utilise l’extrémisme, suite à l’attaque terroriste du Pont de Londres.

Le Pont de Londres est-il un serveur web? Les «espaces sûrs» sur Internet ont-ils été utilisés pour l’attaquer? Ces «espaces sûrs» ne sont-ils pas aussi ceux qui servent à dévoiler les lucratives affaires d’amour de la Grande-Bretagne et de May avec les fous wahhabites qui financent le terrorisme en Arabie Saoudite et au Qatar?

L’information et la discussion sur la collusion de May avec les commanditaires du terrorisme est officiellement interdite : Le Ministère de l’Intérieur n’a pas le droit de publier de rapport sur le financement du terrorisme car il ciblerait l’Arabie saoudite – On pense que l’enquête se concentre sur l’Arabie saoudite, à qui le Royaume-Uni vient de vendre pour 3.5 billions de livres d’armes.

Ce serait mauvais pour les affaires qu’on désigne publiquement les vraies sources du terrorisme takfiri. Il faudra que quelques dizaines de Britanniques ici et là, à Manchester et à Londres, meurent de temps en temps pour que les actionnaires de BAE Systems et d’autres fabricants d’armes britanniques soient heureux. Jeremy Corbyn changerait probablement cela. Il a demandé un embargo des ventes d’armes à l’Arabie saoudite.

Attaque de Londres: Theresa May dit que «les choses doivent changer» et elle ajoute «Assez est assez». Nous espérons que les électeurs britanniques seront d’accord avec elle. Je pense, en effet, qu’il faut que ça change. Trop c’est trop. Votez pour dégager May. Et pour mettre fin aux bonnes relations de la Grande Bretagne avec les dictatures médiévales de la péninsule arabique.

Un changement de leadership en Grande-Bretagne est tout à fait possible si les jeunes électeurs travaillistes  vont voter en nombre. Les Britanniques qui veulent mettre fin au terrorisme, dont eux-mêmes et d’autres sont victimes, doivent maintenant se mobiliser.

Article paru sur le site VoxNr.

Source

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.