4 mai 2018

Le 3 mai, jour de fête en Pologne

Par Euro Libertes

Par Sébastien Meuwissen
(Sébastien Meuwissen est un journaliste belgo-polonais, basé en Belgique).

Pologne – Ce jeudi 3 mai, la Pologne célèbre la fête de la Constitution. Comme chaque année, Varsovie sera animée de toute part.

Le 3 mai est un jour férié en Pologne. On y commémore la proclamation de la Constitution de 1791. Chaque année, de nombreuses festivités sont organisées dans tout le pays, en particulier dans la capitale, Varsovie. Discours présidentiel, défilés militaires, concerts gratuits, lectures publiques de pièces de théâtre,… Des centaines de Polonais dansent la « Polonaise » (danse nationale traditionnelle réservée aux grands événements) sur la place du château royal.

Proclamation de la Constitution polonaise du 3 mai 1791, par Jan Matejko.

Proclamation de la Constitution polonaise du 3 mai 1791, par Jan Matejko.

On flâne dans les rues, on se retrouve entre amis. L’ambiance est conviviale. Les touristes chanceux qui visitent la capitale à ce moment-là peuvent faire l’expérience d’une atmosphère de joie bienveillante qui va au-delà des clivages politiques. Les festivités vont par ailleurs au-delà des frontières polonaises. Le 3 mai est également fêté par les minorités polonaises de Lituanie, de Biélorussie et d’Ukraine, ainsi que par la diaspora polonaise aux quatre coins du globe.

La Pologne est le premier pays européen – Corse mise à part – à s’être doté d’une Constitution, et le deuxième au niveau mondial, après les États–Unis (1787). Qui, en Europe occidentale, est au courant de ce fait historique ?

Cette Constitution est proclamée à une époque où la Pologne fait l’objet d’importantes convoitises de la part de ses puissants voisins : la Russie, La Prusse et l’Autriche. Quatre ans plus tard, soit en 1795, ceux-ci se partagent le territoire polonais. C’est alors que la Pologne disparaît de la carte du monde pour plus d’un siècle… L’adoption de ce texte législatif se fait donc dans un contexte particulièrement tendu.

Les Polonais ont de bonnes raisons d’être fiers de ce chapitre de leur histoire. L’adoption de la Constitution du 3 mai fait de ce pays un pionnier de la démocratie et de la liberté au niveau européen et mondial. En effet, celle-ci est particulièrement moderne pour son époque. Très inspirée de la Constitution américaine, elle met également à l’honneur des idées héritées des Lumières, notamment le principe de séparation des pouvoirs théorisé par Montesquieu.

Dans son livre Le Roman de la Pologne (Chapitre 13, page 285), l’écrivain franco-polonaise Beata De Robien revient sur cet événement historique.

« La Constitution dite du 3 mai abolit la forme quasi féodale du gouvernement polonais. Désormais, la monarchie sera héréditaire, ce qui mettra fin aux crises de succession et aux intrigues étrangères. Les députés seront élus à la Diète à la majorité et voteront eux-mêmes à la majorité, à la manière du Parlement anglais. Les bourgeois peuvent accéder aux fonctions de l’État, la Pologne n’est plus une république nobiliaire. Les paysans sont protégés par la loi. »

La Pologne devint ainsi une monarchie héréditaire, constitutionnelle et quasi parlementaire.

Cette année, la fête de la Constitution aura une saveur particulière étant donné que la Pologne fête également les 100 ans du recouvrement de son indépendance au lendemain de la première Guerre Mondiale. Il pourrait donc s’agir d’une sorte de grande répétition avant l’immense fête de l’Indépendance qui aura lieu le 11 novembre prochain.

Aujourd’hui, comme au cours de toute son histoire, la Pologne fait l’objet d’attaques en tout genre. Des forces internes et internationales semblent avoir du mal à digérer le fait que le pays ait enfin retrouvé sa souveraineté et son indépendance. Cette commémoration nationale est donc une bonne occasion de rappeler aux élites libérales libertaires européennes et à tous les donneurs de leçon que la Pologne a toujours été à l’avant-garde de la lutte pour la liberté et la démocratie.

Article paru sur le site VPost.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99