L’expĂ©rience, en matiĂšre politique, comme dans la plupart des disciplines, est un atout marquant. Bien souvent, les journalistes Ă©noncent bĂȘtises sur bĂȘtises et sont malheureusement le plus souvent Ă©coutĂ©s par beaucoup, justement parce que, bien Ă  tort, ils sont pris au sĂ©rieux.

LĂ  oĂč quelqu’un de jeune, qui n’a pas d’expĂ©rience donc, se forge un avis en quĂȘtant les informations d’oĂč qu’elles viennent, l’homme mĂ»r, a fortiori la personne ĂągĂ©e, se remĂ©more son passĂ©, riche de souvenirs.

Qui a beaucoup d’expĂ©rience sait que le fait pour un candidat d’ĂȘtre donnĂ© pour favori longtemps avant l’échĂ©ance Ă©lectorale est, le plus souvent, davantage un inconvĂ©nient qu’un avantage. Il finit donc par s’essouffler sur le long terme. De surcroĂźt, dans la sociĂ©tĂ© zapping, marquĂ©e donc par l’immĂ©diatetĂ©, l’omniprĂ©sence du candidat favori dans les mĂ©dias finit par lasser le grand public, Ă  moyen et Ă  long terme, public toujours avide de nouveautĂ©.

VoilĂ  en partie le pourquoi de la dĂ©gringolade de JuppĂ©. Encore une fois, c’était donc prĂ©visible. Peu importe que ce soit Fillon ou un autre : l’importance Ă©tait aux yeux du corps Ă©lectoral qu’un nouvel homme que celui qui, en quelque sorte lui Ă©tait imposĂ©, advienne.

Mais il est aussi une autre raison quant Ă  l’échec d’Alain JuppĂ©. Il est d’ordre stratĂ©gique. Alain JuppĂ©, on s’en souvient, a effectuĂ© une campagne de second tour de prĂ©sidentielle, alors mĂȘme qu’il postulait pour la primaire de la droite (beaucoup) et du centre (un peu). Dans de telles conditions, pas surprenant que JuppĂ© ait eu la cote chez tant de Français alors mĂȘme que la majoritĂ© d’entre eux n’ont pas votĂ©.

L’électorat qui a votĂ© lors de cette primaire attendait lui, un discours de droite (beaucoup) et du centre (un peu). C’est trĂšs exactement ce que François Fillon lui a offert.

D’oĂč sa victoire.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Delbauvre

Philippe Delbauvre a suivi quatre Dea (Ă©nergĂ©tisme, science de l'ingĂ©nieur, philosophie, thĂ©ologie). Il s'apprĂȘte Ă  entamer sa seconde thĂšse. Opposant au nouvel ordre mondial, il est essayiste, responsable du site L.v.c.i (les villes contre l'islamisation) et collaborateur rĂ©gulier Ă  EurolibertĂ©s. Pour dĂ©couvrir son blog : http://philippedelbauvre.blogspot.fr/

Articles similaires