Le Brexit devait immanquablement prĂ©cipiter la Grande-Bretagne dans le chaos ; ne nous l’a-t-on dit et rĂ©pĂ©tĂ©, des mois durant, n’est-ce pas ? Quel mĂ©dia europĂ©en d’importance n’a-t-il pas sonnĂ© le tocsin pour nous persuader que si nos voisins d’Outre-manche quittaient l’Union europĂ©enne, on allait voir ce qu’on allait voir


Les célÚbres écureuils de Hyde Park.

Les célÚbres écureuils de Hyde Park.

Si les Anglais ne sont pas encore physiquement sortis de l’Europe – ça prend quelque temps, tout de mĂȘme ! – le sort en est dĂ©sormais jetĂ© et je me demandais quelle nation en dĂ©shĂ©rence j’allais dĂ©couvrir le week-end dernier.

Si pĂ©ril en la demeure il y a, il est en tout cas bien caché  et les autochtones n’ont toujours rien perdu de leur flegme lĂ©gendaire.

Je m’y rendais pour la premiĂšre fois – mieux vaut tard que jamais ! – et ce n’est pas dĂ©sarroi et misĂšre que j’ai trouvĂ©s, mais
 propreté !

Ça fait sourire ? Peut-ĂȘtre
 Toutefois, arrivant du Paris d’Anne Hidalgo, la diffĂ©rence est frappante : non seulement les rues de Londres sont propres, les façades des bĂątiments impeccablement entretenues, mais les panneaux publicitaires y sont particuliĂšrement
 discrets !

Ce qui m’a aussi surpris ? Les Ă©cureuils de Hyde Park, bien sĂ»r
 qui Ă©voluent en toute tranquillitĂ© au milieu des promeneurs, tous plus quĂ©mandeurs de friandises les uns que les autres
 Pourquoi ai-je pensĂ© qu’en France, avec une certaine faune pourtant qualifiĂ©e d’humaine, la chose ne serait guĂšre envisageable ?

J’ai donc cherchĂ© les signes avant-coureurs des malheurs post-Brexit
 en vain ! Ce que m’a confirmĂ© le chauffeur Uber qui me reconduisit lundi matin Ă  la gare St Pancras prendre l’Eurostar
 D’aprĂšs lui, il n’y aurait que les continentaux pour imaginer cela.

« Pas tous ! », ai-je corrigé.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires