Certains policiers suisses sont pour des citoyens armés, certains sont contre.

Les arguments de ceux qui sont favorables Ă  l’idĂ©e de citoyens armĂ©s sont simples:

– En cas de problĂšme grave, il vaut mieux avoir une personne de plus dans son camp.
– La police fait tout ce qu’elle peut, mais elle ne peut pas ĂȘtre partout, surtout quand le danger est imminent et que tout se dĂ©cide en quelques secondes.

Quand on partait de bon matin
 Quand on partait sur les chemins
 A bicyclette


Quand on partait de bon matin

Quand on partait sur les chemins

A bicyclette


Les arguments de ceux qui sont opposés:

– Des gens mal formĂ©s se mettraient Ă  tirer Ă  tout va, sans se prĂ©occuper des rĂšgles d’engagement d’une arme dans une confrontation lĂ©tale.
– Des gens mal formĂ©s se mettraient eux-mĂȘmes plus en danger avec une arme que sans.
– Comment distinguer les gentils des mĂ©chants, si tous sont armĂ©s ?

Facile de leur répondre:

– Un permis de port d’arme va avec une formation, non sur le maniement de l’arme, mais sur la justification de son utilisation – savoir quand on peut (on doit) tirer et quand il ne faut pas.
– Le soit disant danger envers soi-mĂȘme ou ses proche est une stupiditĂ© vite balayĂ©e. La Suisse est le 3e pays du monde en matiĂšre de possession d’armes (derriĂšre les USA.et le YĂ©men), nous devrions dĂ©jĂ  tous ĂȘtre morts !
– Enfin, le tri entre les gentils et les mĂ©chants ne devrait pas poser de problĂšme Ă  un policier un tant soi peu lui mĂȘme formĂ©.

Tous les vrais experts, comme le professeur Bernard Wicht ou le directeur d’Interpol le disent: le port d’arme citoyen sauve des vies.

aeticle paru sur le site Les Observateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.