Le plus Ă©tonnant avec François Marchand, ce n’est pas qu’il est ait Ă©crit jadis un premier roman extrĂȘmement dĂ©rangeant pour la bien-pensance, c’est qu’il ait pĂ» rĂ©cidiver une
 sixiĂšme fois !

François Marchand.

François Marchand.

Car Nager dans les dollars (Le Rocher) est Ă  peine moins idĂ©ologiquement incorrect que ses prĂ©cĂ©dents livres
 AprĂšs nous avoir entraĂźnĂ© dans l’univers « j’m’enfoutiste » de la (trĂšs) Haute Fonction publique (L’Imposteur), celui du petit patronat obligĂ© par dĂ©sespoir de s’acoquiner avec une CGT des plus cynique (Plan social, Grand Prix LittĂ©raire du Web Cultura du roman français), l’enfer familial (Un week-end en famille), le complotisme anti-vĂ©libs dans Paris (Cycle mortel)
 et surtout Enfilades, un recueil de nouvelles dont le sarcasme le dispute au politiquement ultra-incorrect, l’auteur s’en prend aux grandes multinationales oĂč l’on peut dĂ©tourner 15 millions d’euro (18 avec le change) sans dĂ©ranger plus que cela leurs anonymes dirigeants, mais tout de mĂȘme attiser la convoitise d’un banlieusard, modeste employĂ© d’une sociĂ©tĂ© de recouvrement, qui voit lĂ  l’occasion de « changer sa vie »  et Ă  François Marchand, celle de ridiculiser les comportements d’humanoĂŻdes qui sont, hĂ©las ! nos contemporains.

« Il semblerait qu’il y ait dans cette sociĂ©tĂ© beaucoup de pognon accumulĂ© par les gĂ©nĂ©rations prĂ©cĂ©dentes qu’il s’agit maintenant de rĂ©partir entre les rentiers d’aujourd’hui », constate avec dĂ©pit son hĂ©ros en regardant le portait de son arriĂšre-grand-pĂšre Émile, mort Ă  Verdun.

Ce roman nous entraĂźne de la banlieue (pourrie) parisienne, via les Tours (inhumaines) qu’on suppose ĂȘtre celles du quartier de la DĂ©fense, jusqu’au fin fond de l’Alabama oĂč la sainte trinitĂ© est « Bible, arme Ă  feu et drapeau »  « Et pas d’éoliennes. C’est rare ça. »

L’auteur jure que pour une fois, il a tĂąchĂ© d’ĂȘtre modĂ©rĂ©. C’est raté !
 Mais on ne va pas s’en plaindre ! Oh que non !

Nager dans les dollars de Francois Marchand (Le Rocher).

Nager dans les dollars de Francois Marchand (Le Rocher)

 

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99