par Olivier Bault.

À Khabarovsk, la plus grosse ville de l’ExtrĂȘme-Orient russe avec plus de 600 000 habitants, une action de sensibilisation contre l’avortement a Ă©tĂ© conduite dans une des maternitĂ©s de la ville avec la participation des gynĂ©cologues-obstĂ©triciens, des sages-femmes et des psychologues de l’hĂŽpital. Les femmes enceintes souhaitant avorter se sont vu remettre des sachets dans lesquels se trouvaient des lettres qui leur Ă©taient spĂ©cialement adressĂ©es.

Ces lettres contenaient des paroles de soutien et décrivaient des histoires vraies de mÚres qui avaient, elles aussi, envisagé de se débarrasser de leur enfant, mais qui y avaient renoncé.

Ce type d’actions est conduit depuis plusieurs annĂ©es dans diffĂ©rentes rĂ©gions de Russie afin de tenter de dissuader les femmes d’avorter.

À l’époque de l’Union soviĂ©tique, un peu comme dans la France d’aujourd’hui, l’avortement avait Ă©tĂ© complĂštement banalisĂ© et Ă©tait traitĂ© comme un moyen de contraception, et les taux d’avortements sont restĂ©s trĂšs Ă©levĂ©s dans les anciennes rĂ©publiques soviĂ©tiques.

Les avortements sont encore autorisĂ©s en Russie mais, entre autres grĂące Ă  ce type d’actions, leur nombre est en diminution constante. S’il y en avait encore plus de 2 millions par an au dĂ©but des annĂ©es 2000, il y en a moins de 600 000 aujourd’hui, pour 146 millions d’habitants et environ 1,7 million de naissances par an, mais c’est justement dans la partie asiatique du pays que l’on avorte le plus.

L’Église orthodoxe russe a de son cĂŽtĂ© lancĂ© en juin dernier une discussion publique en faveur d’une loi sur la protection de la vie humaine dĂšs la conception qui interdirait l’avortement dans tous les cas de figure mis Ă  part les situations oĂč la grossesse met en danger la vie de la femme enceinte.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99