Le teint du Danois lambda est « peau de cochon » dĂ©clare la journalisteChristine Cordsen. Sa carriĂšre de journaliste expĂ©rimentĂ©e s’est poursuivie dans des quotidiens nationaux comme Politiken et Jyllands Posten. Promue journaliste politique Ă  DR (Danmarks Radio, la chaĂźne nationale de tĂ©lĂ©vision), elle a exprimĂ© il y a quelques jours, dans une dĂ©claration hostile au Parti du Peuple Danois (Dansk Folkeparti), que la couleur de peau des Danois Ă©tait celle de la peau du cochon.

Parti du Peuple Danois.

Parti du Peuple Danois.

Nous l’avons compris, ce glissement sĂ©mantique lui permet d’assimiler les Danois Ă  des porcs : la couleur est lĂ , le reste suit. Le procĂ©dĂ© rhĂ©torique est un classique.

Cette forme de racisme antiblanc aux relents d’islamo-gauchisme n’est pas inhabituelle en France. Nous en avons une belle illustration avec Houria Bouteldja traitant les Français ethniques de « souchiens ». Le blanc n’est apparemment pas une couleur aux yeux de la police de la pensĂ©e.

« Le teint scandinave » Ă©tait jusqu’à prĂ©sent en France une expression laudative utilisĂ©e dans les publicitĂ©s pour produits cosmĂ©tiques : « Le teint frais et la beautĂ© healthy qui nous font tant rĂȘver ». À en croire Christine Cordsen, les Français n’ont plus aucune raison de rĂȘver du teint scandinave.

La journaliste vedette de l’establishment mĂ©diatique danois est indubitablement blanche et, je m’en suis assurĂ©, sans la moindre nuance de couleur cochon. En stigmatisant ses concitoyens, elle se range paradoxalement dans la classe porcine.

Haine de soi, « goĂ»t de la servitude » que dĂ©nonçait Albert Camus en son temps, masochisme Ă©rigĂ© en sport national dans la mĂ©diasphĂšre mainstream et l’intelligentsia de France : ce trait est caractĂ©ristique de l’idĂ©ologie française dominante. Il n’y a donc rien de paradoxal chez Christine Cordsen.

Sa dĂ©claration n’est pas passĂ©e inaperçue. Le journal en ligne Den korte Avis (traduisons Nouvelles BrĂšves) correspond Ă  Boulevard Voltaire sur la Toile. Cet organe de presse honnĂȘte et trĂšs bien informĂ©, dirigĂ© par Karin Jespersen et Ralph Pittelokw, a naturellement Ă©pinglĂ© la dĂ©claration raciste de Christine Cordsen, cette derniĂšre entraĂźnant de vives rĂ©actions populaires.

Ellle s’est dĂ©fendue le lendemain sur un ton mineur en expliquant que c’était une simple « hardiesse linguistique ». Tout le problĂšme est de savoir – mais la question est bien sĂ»r rhĂ©torique – si elle aurait eu la « hardiesse linguistique », dans une optique semblable, de traiter les noirs de babouins.

En rĂ©alitĂ©, ce dĂ©rapage freudien trahit l’idĂ©ologie rampante qui imprĂšgne le microcosme mĂ©diatique danois.

L’excuse un peu lĂ©gĂšre de Christine Cordsen n’arrange pas l’affaire, bien au contraire. Elle aurait pu regretter une rĂ©flexion dont la gravitĂ© Ă©gale la stupiditĂ©, mais qui est loin d’ĂȘtre innocente. Elle manque au devoir d’objectivitĂ© et d’honnĂȘtetĂ© qui devrait ĂȘtre la marque distinctive d’un organe de presse national largement subventionnĂ© par l’impĂŽt.

Mais rassurons-la : elle ne risque guÚre son poste de journaliste politique à Danmarks Radio, la plupart de ses confrÚres bien-pensants de la presse mainstream seront toujours présents pour la soutenir.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99