Ce devrait ĂȘtre une bonne chose que l’éducation prenne de l’importance dans l’actualitĂ© et le dĂ©bat public, d’autant plus que depuis quelques annĂ©es, depuis l’implantation de la rĂ©forme scolaire amorcĂ©e au dĂ©but du millĂ©naire par la pĂ©quiste Pauline Marois, le nivellement par le bas affecte le niveau des jeunes diplĂŽmĂ©s, comme cela est aussi le cas en France. Mais, ce n’est pas la quĂȘte d’excellence ou la façon de rehausser le niveau qui fait parler, c’est l’école comme vecteur de promotion de valeurs. L’éducation dans son aspect sociĂ©tal, dans son aspect mĂ©tapolitique.

ecole Montreal

Consciente que l’école n’était pas neutre en soi, la Coalition avenir QuĂ©bec avait annoncĂ© vouloir abolir le cours d’Éthique et culture religieuse, un cours faisant la promotion du multiculturalisme et du relativisme, qui avait remplacĂ© le cours de catĂ©chĂšse qui Ă©tait jusqu’à la fin du siĂšcle dernier la norme dans les Ă©coles publiques et privĂ©es quĂ©bĂ©coises. Mais, sans vraiment en expliquer la raison, le ministre de l’Éducation Ă©carta ce projet ; les petits QuĂ©bĂ©cois continueront de subir l’endoctrinement sur les bancs de l’école.

Le cours sur la sexualitĂ©, vertement dĂ©noncĂ©, ne sera pas non plus aboli, alors qu’il devient obligatoire cette annĂ©e Ă  partir de la maternelle. MalgrĂ© les mises en garde de certains mĂ©decins, notamment le docteur Raymond Ayas, et les protestations des parents, Legault va de l’avant et a mĂȘme averti au dĂ©but du mois que non, il n’y aurait pas de passe-droit, les Ă©lĂšves ne pourraient pas s’y soustraire, ils devront tous parler de sexualitĂ© et ce, dĂšs l’ñge de 5 ans !

Le gouvernement a donc dĂ©cidĂ© de ne pas s’investir dans ces luttes, ce qui est difficile Ă  s’expliquer, Ă©tant donnĂ© les positions antĂ©rieures de Legault et les promesses Ă©lectorales qu’il avait faites.

Par contre, Ă  gauche, l’éducation reste prioritaire et demeure un terrain de bataille important. La militante communautaire Amel Zaazaa souhaite d’ailleurs s’impliquer pour que le « racisme systĂ©mique », une lubie consistant Ă  dire qu’un systĂšme non-raciste dĂ©savantage certaines minoritĂ©s et est donc de facto insidieusement raciste, soit enseignĂ© dans les Ă©coles quĂ©bĂ©coises. Les jeunes quĂ©bĂ©cois qui ne connaissent plus leur histoire savent tout sur l’esclavage, l’apartheid, Nelson Mandela, Anne Frank et Martin Luther King, mais de plus, ils devraient apprendre cette thĂ©orie loufoque qui avait Ă©tĂ© dĂ©savouĂ©e par le grand public, il y a de cela pas trĂšs longtemps. Lorsque le gouvernement libĂ©ral avait voulu lancer une commission sur la question, les protestations du peuple quĂ©bĂ©cois avaient Ă©tĂ© telles qu’il avait dĂ» reculer. Les QuĂ©bĂ©cois ne veulent rien savoir de cette nouvelle thĂ©orie culpabilisatrice sans fondement ; ils ne veulent pas non plus voir leurs enfants endoctrinĂ©s par ses adeptes.

Le seul point sur lequel Legault semble vouloir rĂ©sister est la question de l’interdiction des signes religieux pour les enseignants. Mais, lĂ  aussi, il reste mi-figue, mi-raisin. Les enseignantes qui portaient dĂ©jĂ  le voile, pourraient continuer de le porter, l’interdiction ne toucherait que les nouvelles recrues.

On assiste donc Ă  une dĂ©mission de la « droite » dans le champ de l’éducation, alors que la gauche sociĂ©tale a bien compris qu’il s’agissait d’un enjeu crucial. Legault pourrait tenter au minimum de rendre l’école « neutre » et centrĂ©e sur les apprentissages, mais non, mĂȘme pas. Sa vision est comptable : rĂ©parer des bĂątiments, construire des gymnases, etc. Les contenus pourtant primordiaux sont quant Ă  eux secondaires Ă  ses yeux.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires