Les dĂ©tracteurs de l’enseignement public en France recourent souvent Ă  la comparaison entre les effectifs de l’Éducation nationale et le nombre total de soldats de l’ArmĂ©e rouge soviĂ©tique ou de l’ArmĂ©e populaire de libĂ©ration chinoise. La crise sanitaire du coronavirus a au moins le mĂ©rite de montrer une rĂ©alitĂ© qui a peu de rapport avec cette assertion nĂ©o-libĂ©rale stupide et mensongĂšre.

L’obligation scolaire de 3 Ă  16 ans ne vise pas Ă  stimuler la curiositĂ© ou la transmission organisĂ©e des connaissances. Son objectif principal contribue au systĂšme gĂ©nĂ©ral de garderie hexagonale. Sinon comment comprendre la levĂ©e progressive du confinement des crĂšches, des Ă©coles maternelles et primaires, des collĂšges et des lycĂ©es Ă  compter du 11 mai prochain alors que les universitĂ©s, les restaurants, les hĂŽtels, les salles de spectacle resteront fermĂ©s ? Renvoyer les gamins en cours libĂšre leurs parents du « poids » de la garde et les rend Ă  nouveau disponibles pour la reprise du travail. Les classes rouvertes, aucun parent ne pourra plus invoquer la garde des gosses.

La rĂ©ouverture prochaine des Ă©tablissements scolaires suscite de multiples interrogations. Maints bĂątiments prĂ©sentent des couloirs Ă©troits et des salles de cours exiguĂ«s. Le nombre d’élĂšves par classe Ă©tant relativement Ă©levĂ©, en particulier au lycĂ©e, la « distanciation sociale » sera difficile Ă  faire respecter. Par ailleurs, est-il envisagĂ© de relancer le transport scolaire avec des bus surchargĂ©s en raison des regroupements Ă©ducatifs successifs ou plutĂŽt d’inciter le transport individuel avec pour consĂ©quence environnementale un mauvais bilan carbone ?

Lors de son intervention toujours aussi filandreuse, le locataire de l’ÉlysĂ©e a Ă©voquĂ© la lutte contre les inĂ©galitĂ©s. Il est vrai que de nombreux Ă©lĂšves vivant en zones rurales ou en banlieues ne disposent ni d’ordinateur personnel, ni de connexion Internet efficace. Le ministĂšre de l’Éducation nationale estime dĂ©jĂ  Ă  10 % le taux national moyen de « dĂ©crocheurs » depuis la fermeture des Ă©coles. Ce manque d’anticipation tant matĂ©rielle que pratique ainsi que le flou majeur ne doivent surtout pas pĂ©naliser les Ă©lĂšves et leurs familles. Une rentrĂ©e fin mai, ou en septembre, voire le 4 janvier 2021, aurait Ă©tĂ© plus satisfaisante. Et la fameuse « continuitĂ© pĂ©dagogique » et le respect des programmes dans tout ça ?

MalgrĂ© la falsification concertĂ©e des donnĂ©es et leur interprĂ©tation fallacieuse, le niveau scolaire moyen s’effondre gĂ©nĂ©ration aprĂšs gĂ©nĂ©ration. Du brevet des collĂšges aux diplĂŽmes universitaires, la valeur effective de ces titres s’apparente de plus en plus Ă  l’émission de la fausse monnaie. En quarante ans de rĂ©formes et de contre-rĂ©formes qui placent l’« apprenant » et leurs « gĂ©niteurs » au centre du « systĂšme », l’école s’est changĂ©e en abattoir des savoirs. La solide culture classique, manuelle, physique et intellectuelle, n’existe plus, remplacĂ©e par un gavage insupportable de conformisme et d’exemples frelatĂ©s (Greta, Lucie Aubrac, etc.). On remarquera qu’une haute figure fĂ©minine, amie du genre masculin, Mme Claude, n’est jamais mentionnĂ©e.

Le confinement prĂ©sente l’avantage de rompre avec le carcan scolaire carcĂ©ral. Il se rĂ©alise grĂące au covid-19 une « sociĂ©tĂ© sans Ă©cole », soit une « dĂ©scolarisation » de la sociĂ©tĂ© autant Ă  l’« école Ă  la maison » qu’à l’enseignement vraiment libre hors contrat. Il serait aussi temps de permettre Ă  l’un des deux parents de bĂ©nĂ©ficier d’un « revenu maternel (ou paternel) », d’un « salaire parental » ou d’une « allocation familiale » d’un montant mensuel assez Ă©levĂ©. En contrepartie, son dĂ©tenteur devrait libĂ©rer un emploi, ce qui ferait baisser le chĂŽmage.

Ouvrir le 11 mai risque de provoquer une seconde vague de contamination. Les Ă©coles, les collĂšges et les lycĂ©es de France doivent rester fermĂ©s le plus longtemps possible. La santĂ© physique et morale des enfants et des adolescents de l’Hexagone n’a pas de prix en thĂ©orie. Le gouvernement en faillite en fait une variable d’ajustement comptable et Ă©conomique dans une imprĂ©paration et un amateurisme qui freinent l’excellence.

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, Ă©crivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "RĂ©flĂ©chir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio LibertĂ©s". Il se dĂ©signe aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archĂ©o-futuriste. Dernier livre paru : "Pour la troisiĂšme voie solidariste. Une autre approche de la question sociale" (Éd. SynthĂšse)

Articles similaires