« Le grand remplacement de notre peuple s’accompagne et prĂ©tend se justifier par le grand remplacement de notre histoire », Ă©crivait dans ses mĂ©moires Jean-Marie Le Pen.

Aujourd’hui plus que jamais, nos nations ont besoin de hĂ©ros, et ironiquement, le culte des hĂ©ros, le respect pour les grands personnages de notre histoire ont disparu de l’enseignement de l’histoire, du moins ici au Canada français. Hormis un ou deux noms d’explorateurs ou de pionniers, rares sont les jeunes QuĂ©bĂ©cois qui peuvent nommer ne serait-ce qu’un hĂ©ros de leur trame nationale. Et malheureusement, je doute que ce soit une maladie limitĂ©e au QuĂ©bec.

Les noms de Spiderman ou de Batman, ou bien ceux de Martin Luther King et Nelson Mandela seront prononcĂ©s avant ceux de Jeanne Mance ou de Dollard des Ormeaux, deux noms que la plupart des MillĂ©niaux n’ont probablement jamais entendus.

Un peuple a besoin de ses hĂ©ros, parce qu’au-delĂ  de tous les discours sur les qualitĂ©s que nous devons avoir pour affronter l’avenir, les hĂ©ros eux les ont incarnĂ©s et montrent par leur exemple la marche Ă  suivre. Ils furent des hommes et des femmes d’action et sont passĂ©s Ă  l’histoire, en s’élevant au-dessus de la masse de leurs contemporains.

L’histoire en ce sens est un peu injuste, mais derriĂšre chaque grand homme, il y en a des dizaines, des centaines d’autres qui ont dĂ©montrĂ© le mĂȘme courage et qui ont agi avec les mĂȘmes valeurs. Certes ces gens ne passent pas nĂ©cessairement Ă  l’histoire, leur nom n’est pas reconnu par les gĂ©nĂ©rations futures, mais ils ont fait eux aussi en sorte que nous existions aujourd’hui. DerriĂšre Montcalm, des milliers de soldats se sont battus avec courage et abnĂ©gation. DerriĂšre Champlain, ce sont des dizaines de pionniers qui risquĂšrent tout et y laissĂšrent parfois leur vie pour l’aventure de l’AmĂ©rique. C’est d’ailleurs pour reconnaĂźtre ces hĂ©ros anonymes que la plupart des pays du monde europĂ©en honorent le « soldat inconnu », celui qui sans gloire donna sa vie Ă  une cause qui le dĂ©passait.

Ceci Ă©tant dit, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas connaĂźtre et honorer nos hĂ©ros, surtout en cette pĂ©riode trouble oĂč l’histoire est devenue un champ de bataille incroyable. D’un cĂŽtĂ© on dĂ©boulonne nos statues, on efface nos symboles, on censure des pans de notre passĂ© et de l’autre on tente de nous en imposer une qui est relativement simple et qui peut se rĂ©sumer en une phrase : « Les Occidentaux sont responsables de tous les maux, de la nuit des temps jusqu’à ce jour. »

VoilĂ  ce que les universitĂ©s enseignent en employant des mots en apparence plus savants et voilĂ  ce que les politiciens de la trempe de Justin Trudeau vĂ©hiculent dans leurs discours larmoyants. Tout aujourd’hui est prĂ©texte Ă  dĂ©moniser l’homme europĂ©en.

Le but de ce travestissement, de ce rĂ©visionnisme est Ă©videmment, comme nombre d’analystes lucides l’ont Ă©crit, de nous faire baisser les bras face Ă  l’immigration-invasion. Coupables, nous devons rĂ©paration aux autres peuples ; c’est la moindre des choses de les accueillir Ă  bras grands ouverts.

Il y a 60 ans, avant que le rĂ©visionnisme bien-pensant ne prenne les proportions qu’il Ă©pouse dĂ©sormais, le chanoine Lionel Groulx, lui-mĂȘme historien, Ă©crivait : « PhĂ©nomĂšne, hĂ©las, d’un peuple dĂ©cadent que cet acharnement Ă  salir son lit et Ă  dĂ©truire sa propre histoire. »

Que dirait-il aujourd’hui ? Pourrait-il seulement s’exprimer sans risquer l’opprobre ?

Pourtant, notre histoire, nous devons en ĂȘtre fiers et la connaĂźtre.

L’acadĂ©micien Abel Bonnard Ă©crivait que « c’est dans la fiertĂ© de sa propre histoire qu’une grande nation prend son Ă©lan, pour se porter dans l’avenir. Un peuple va mourir quand il ne vit plus avec ses morts. Ces morts ne sont pas des os dans un cimetiĂšre ; ce sont des Ăąmes radieuses dans un foyer qui ne s’éteint pas. Ce sont des exemples de travail, de courage, de valeur, et c’est en les suivant que nous nous engageons Ă  notre tour dans cette hiĂ©rarchie magnifique qui va des honnĂȘtes gens aux hĂ©ros ».

Ce n’est malheureusement pas l’éducation nationale, qui a laissĂ© tomber l’enseignement rigoureux de l’histoire, qui la transmettra Ă  nos descendants. Ce rĂŽle incombe plus que jamais aux premiers Ă©ducateurs des enfants, les parents. Ceux-ci doivent impĂ©rativement connaĂźtre notre histoire et la transmettre pour qu’elle survive et puisse nous inspirer en ces temps sombres oĂč les modĂšles manquent cruellement.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires