Les avancĂ©es de la mĂ©decine n’ont pas de limites et tendent naturellement vers une Ă©ternitĂ© objective de la vie humaine. La cryogĂ©nie dĂ©jĂ  promet des rĂ©surrections futures et maintenant, on annonce l’immortalitĂ© pour la fin du siĂšcle avec Ray Kurzweil, le « Grand Manitou du Futur » chez Google. Bill Gates se joint Ă  ces prospectives futuristes glaçantes.

L'euthanasie : challenge égoïste et marchand ou conviction idéologique ?

L’euthanasie : challenge Ă©goĂŻste et marchand ou conviction idĂ©ologique ?

Il semble impossible d’arrĂȘter la science surtout lorsque la philosophie moderne a fait de l’homme une sorte de Dieu intouchable et sacralisĂ©. La science a tournĂ© la tĂȘte Ă  l’Homme au point de le croire au-dessus de la Nature, pareil Ă  un dieu
 ou Ă  un robot.

Les « droits de l’Homme » ont parachevĂ© cette construction inquiĂ©tante en judiciarisant la condition de l’Homme-Dieu et en faisant de l’individualisme un synonyme du sacre humain.

Dans ce contexte s’est dĂ©veloppĂ©e, ou accentuĂ©e, la question de l’euthanasie, au centre mĂȘme de la rĂ©flexion philosophique de l’Homme-Dieu. L’individualisme rend l’homme maĂźtre absolu de lui-mĂȘme, mais fait aussi de la vie humaine une sacralisation ontologique intouchable. En outre, la question d’une manifestation effective de la volontĂ© humaine complique encore la problĂ©matique de l’euthanasie. Autant de contradictions au sein mĂȘme de la rĂ©flexion humaniste post-moderne, sur le fond aussi bien que sur la mise en Ɠuvre d’une euthanasie en proie Ă  toutes les interprĂ©tations.

Mais c’est surtout depuis quelques annĂ©es que l’euthanasie devient un rĂ©el problĂšme de sociĂ©tĂ©, amenant Ă  en chercher les causes nouvelles. L’euthanasie a toujours existĂ© dans nos hĂŽpitaux de maniĂšre discrĂšte et en nombre limitĂ© sans que son effectivitĂ© ait remuĂ© les consciences sensibles de nos temps modernes.

Jusqu’à une pĂ©riode assez rĂ©cente l’espĂ©rance de vie tournait autour de 70 ans (en 1963, 66 ans pour les hommes, 74 ans pour les femmes). On en est, cinquante ans plus tard Ă  85 ans pour les femmes et 80 ans pour les hommes. Le nombre de centenaires est de 21000 en 2019 (vingt fois plus qu’en 1970) et serait de 250000 en 2060 (INED). La soif des records Ă  tout prix est insatiable. Les progrĂšs de la mĂ©decine pour le troisiĂšme et le quatriĂšme Ăąge permettent de maintenir en vie des centaines de milliers d’individus, dans des conditions par ailleurs parfois prĂ©caires voire inhumaines, qui relancent justement la question de l’euthanasie en posant la question de savoir si l’on doit vivre sous cachets, traitements divers, grabataires parfois, en limite aussi de maltraitance mĂȘme involontaire, Ă  tout prix, dans le seul but de battre des records de longĂ©vitĂ© et de rallonger artificiellement la vie raisonnable de l’homme.

C’est l’obstination et l’emballement de la mĂ©decine dans son idĂ©al « hippocratique » qui ravive en rĂ©alitĂ© le problĂšme de l’euthanasie qui devient de plus en plus la solution pour arrĂȘter une science qui s’affole au point de maintenir en vie l’impossible raisonnable au nom des prĂ©tendus grands principes de l’homme sacralisĂ© vouĂ© Ă  l’immortalitĂ©. Challenge Ă©goĂŻste et marchand ou conviction idĂ©ologique ? Les deux rĂ©ponses font frĂ©mir Ă©galement. On peut se poser la question au-delĂ  du dĂ©bat de fond sur l’euthanasie. Les rĂ©alitĂ©s humaines, la droite raison, le respect des contraintes naturelles dans certaines limites, n’ont-ils pas Ă©tĂ© oubliĂ©s, au-delĂ  de « comitĂ©s d’éthiques » dĂ©shumanisĂ©s oĂč les motivations politiques et technocratiques dominent sous des apparences bienveillantes et modĂ©rĂ©es.

En outre, et tout est liĂ©, le vieillissement des populations, occidentales notamment mais plus seulement, dĂ» principalement Ă  la mĂ©decine, contribue largement Ă  l’explosion dĂ©mographique qui accable la Terre dans des proportions devenues dĂ©jĂ  insupportables. Un vieillissement Ă  quelles conditions, Ă  quel prix ? L’acharnement thĂ©rapeutique, pourtant Ă©voquĂ© dans les micro-lois rĂ©centes sur l’euthanasie, comporte un coĂ»t faramineux en plus qu’il dĂ©grade souvent la dignitĂ© humaine et qu’il veut conforter les hommes dans leur destin d’éternitĂ©. Les « maisons de retraite » et autres EHPAD sont des business dans lesquels les personnes ĂągĂ©es sont souvent beaucoup moins bien traitĂ©es qu’on se plaĂźt Ă  le ressasser comme pour cacher sa honte et l’abandon des Anciens en se donnant bonne conscience.

La surpopulation entretenue dans un optimisme bĂ©at, liĂ©e aux progrĂšs d’une science inconsciente et autonome, soutenue par des droits de l’Homme qui ont sacralisĂ© la personne contre la Nature et ses Ă©quilibres, amĂšne Ă  de nouvelles problĂ©matiques qui vont bouleverser notre futur immĂ©diat. Parmi celles-ci, l’euthanasie dont le traitement est Ă©troitement mĂȘlĂ© Ă  des considĂ©rations idĂ©ologico-philosophiques dominantes dans nos sociĂ©tĂ©s. Le problĂšme est encore une fois trĂšs politique bien plus que prĂ©tendument moral ou humain. Ce que l’on voudrait faire croire.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires