La derriĂšre (en date) enquĂȘte de l’IFOP, commandĂ©e par la Fondation Jean-JaurĂšs et intitulĂ©e « Les EuropĂ©ens et la question des migrants », sur le ressentis de nos compatriotes face Ă  la crise migratoire, est particuliĂšrement pĂ©remptoire : cette derniĂšre n’est « plus perçue comme temporaire »  Qu’on se le dise,  rĂ©fugiĂ©s, migrants, clandestins, etc., qu’importe leur dĂ©nomination, sont lĂ  pour longtemps, sinon pour toujours.

On se doute que le « panel reprĂ©sentatif de la population », sĂ©lectionnĂ© comme on se l’imagine aisĂ©ment avec tout le soin nĂ©cessaire, a Ă©tĂ© interpellĂ© comme il se doit par « l’ajout de nouvelles questions pour ‘dĂ©gager des pistes permettant l’intĂ©gration”, comme le rĂ©sume ChloĂ© Morin, directrice de l’Observatoire de l’opinion du think tank », ainsi que nous le rĂ©vĂšle Le Monde qui titre « Les Français ont pris conscience de la nĂ©cessitĂ© d’intĂ©grer les migrants. »

(©  Leparisien) Les Français sont hostiles à l'arrivée des migrants.

© Leparisien.

Si l’IFOP et Le Monde nous le disent, n’est-ce pas
 et qu’importe si ce n’est pas l’envie de quelques millions d’électeurs, soit au minimum 1 sur 3 Ă  la derniĂšre Ă©lection prĂ©sidentielle, rappelons-le
 Et qu’importe aussi les contradictions, puisque, toujours selon Le Monde, d’une part « la ligne de dĂ©marcation entre les “pros” et les “anti”-migrants reste immuable. Entre septembre 2015 et septembre 2017, 63 % des personnes interrogĂ©es restent convaincues que “notre pays compte assez d’étrangers” » et d’autre part « la reprĂ©sentation des migrants reste anxiogĂšne en France (
) le lien fait entre terrorisme et migration par 79 % des personnes sondĂ©es est antĂ©rieur aux attentats. »

Autrefois, on apprenait de professeurs Ă©rudits, d’observateurs attentifs, de tĂ©moins privilĂ©giĂ©s ; aujourd’hui, rien ne vaut un sondage pour forger les convictions
 Surtout si ledit sondage, par la formulation des questions, le choix du public sĂ©lectionnĂ© et la qualitĂ© de celui qui le paie, ne semble avoir d’autre but, Ă  l’évidence, que la manipulation.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires