À la demande d’AgnĂšs Buzyn, la ministre de la SantĂ©, l’HAS (La Haute AutoritĂ© de SantĂ©) doit remettre son avis le 28 juin 2019 pour permettre au gouvernement de trancher sur la question du remboursement par l’Assurance Maladie de l’homĂ©opathie.

Homeopathie

Un collectif MonHomeoMonChoix fait actuellement circuler une pétition pour défendre cette pratique.

Trois laboratoires sont concernĂ©s : Boiron, Lehning et Weleda ; l’avis de la HAS s’appuie sur l’étude de 1 200 mĂ©dicaments homĂ©opathiques. Il y a deux enjeux : le premier mĂ©dical, le second Ă©conomique.

FondĂ©e Ă  la fin du XVIIIe siĂšcle par le mĂ©decin allemand Samuel Hahnemann, l’homĂ©opathie repose sur deux idĂ©es. La premiĂšre est de soigner le mal par le mal (ce qu’on appelle la thĂ©orie des semblables). On peut rapprocher cette idĂ©e de la mithridatisation qui prĂ©conise d’ingĂ©rer des doses progressives d’un toxique pour dĂ©velopper une rĂ©sistance. La dĂ©sensibilisation aux venins utilise ce principe. On peut mĂȘme y voir une certaine analogie avec la vaccination qui stimule la production d’anticorps Ă  partir d’un virus inactivĂ©.

Dans L’Organon de l’art de guĂ©rir, publiĂ© en 1810, Hahnemann dĂ©veloppe ses thĂ©ories qui rencontrent d’autant plus d’écho qu’à la mĂȘme Ă©poque, Edward Jenner dĂ©couvre le principe de la vaccination. LĂ  oĂč Hahnemann devient franchement spĂ©culatif, c’est qu’il affirme un autre postulat : celui des fameuses dilutions. Selon lui, en diluant, re-diluant et sur-re-diluant les substances, on renforcerait leur pouvoir thĂ©rapeutique, ce qu’il appelle « potentialisation ».

L’unitĂ© de base de sa dilution est le CH (ou centĂ©simal hahnemannien), qui est Ă©gal Ă  la dilution d’un volume v d’une substance dans un volume de 99 v d’alcool ou d’eau. On aboutit ainsi Ă  1/100 de v. Ensuite, on reprend cette dilution de 100 pour la re-diluer encore une fois par 100. Le volume v est alors diluĂ© 10 000 fois. Et ainsi de suite. Une dilution de 6 CH signifiera que le volume v est maintenant diluĂ© de 100 puissance 6, soit
 mille milliards de fois !

MathĂ©matiquement, la formule gĂ©nĂ©rale est nCH = 1/(100 puissance n) Sachant que l’homĂ©opathie n’hĂ©site pas Ă  aller jusqu’à 30 CH, on imagine ce qu’il reste du principe actif initial !

C’est supposer qu’une seule goutte de quelque chose que l’on verserait à Paris dans la seine soit capable d’activer le contenu d’un verre d’eau que l’on puiserait au milieu de l’Atlantique


Quant Ă  la fameuse « mĂ©moire de l’eau », hypothĂšse du chercheur mĂ©decin immunologue, Jacques Benveniste, ses rĂ©sultats n’ont jamais pu ĂȘtre reproduits.

Pour Hahnemann, la substance subsistait sous la forme d’une « force spirituelle dĂ©matĂ©rialisĂ©e ».

Pour l’un des premiers essais cliniques eut lieu en 1835 Ă  Nuremberg, Wilhelm von Hoven, le directeur des hĂŽpitaux de la ville, et Johann Jacob Reuter, le mĂ©decin homĂ©opathe de la ville, formĂšrent deux groupes alĂ©atoirement et donnĂšrent de l’eau distillĂ©e aux uns et de l’eau salĂ©e diluĂ©e Ă  30 CH aux autres. Seuls 16 % des participants disaient avoir ressenti des sensations dues Ă  l’ingestion de sel.

Le Conseil mĂ©dical australien (NHMRC) s’est penchĂ© sur toute la littĂ©rature existante et a recensĂ© 57 mĂ©ta-Ă©tudes publiĂ©es entre 1997 et 2013 et recouvrant 176 Ă©tudes sur l’action homĂ©opathique rĂ©alisĂ©es sur 61 maladies ou problĂšmes de santĂ©. Les effets de l’homĂ©opathie n’ont pas Ă©tĂ© diffĂ©rents d’un placebo pour tous les problĂšmes de santĂ© Ă©tudiĂ©s.

Quant aux 496 publications proposĂ©es par les dĂ©fenseurs de l’homĂ©opathie, 447 ne remplissaient pas les critĂšres requis, Ă©taient sans rapport ou dĂ©jĂ  incluses dans le corpus Ă©tudiĂ© par le NHMRC.

Sur les 49 articles restants, 48 ne satisfaisaient pas aux critĂšres de rigueur requis et prĂ©sentaient des erreurs. Une seule Ă©tude portant sur les infections des voies respiratoires, mais sur un faible nombre de patients, suggĂ©rait que l’homĂ©opathie avait Ă©tĂ© efficace. Le NHMRC conclut qu’il n’existe aucune preuve satisfaisante de l’efficacitĂ© de l’homĂ©opathie.

À l’avantage indiscutable de cette pratique, qui Ă  dĂ©faut de rĂ©sultats est du moins sans danger (ceci expliquant sans doute cela), une plus grande Ă©coute des mĂ©decins qui s’en rĂ©clament et l’opposent Ă  une mĂ©decine conventionnelle trop coupĂ©e des patients. Une grande Ă©tude longitudinale baptisĂ©e « EPI3 » et ayant suivi quelques milliers de patients de 825 mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes sur un an a montrĂ© que les mĂ©decins homĂ©opathes prescrivaient beaucoup moins de traitements actifs que les praticiens de la mĂ©decine conventionnelle, pour un rĂ©sultat thĂ©rapeutique similaire.

La facultĂ© de mĂ©decine de Lille a suspendu sa formation et ses diplĂŽmes d’homĂ©opathie, mais on compte encore en France une quinzaine de facultĂ©s de mĂ©decine les proposant et quelque 5 000 mĂ©decins homĂ©opathes.

Le second enjeu est Ă©conomique : les mĂ©dicaments homĂ©opathiques contrairement aux allopathiques ne sont pas soumis Ă  l’autorisation de mise sur le marchĂ© et ne sont donc contraints Ă  aucun essai thĂ©rapeutique prĂ©alable.

NĂ©anmoins leur « force spirituelle dĂ©matĂ©rialisĂ©e » est aujourd’hui remboursĂ©e Ă  hauteur de 30 %. En 2017, le remboursement de l’homĂ©opathie reste nĂ©anmoins mesurĂ©, il a reprĂ©sentĂ© 129,6 millions d’euros sur un total de 19,9 milliards pour l’ensemble des mĂ©dicaments remboursĂ©s. Selon le laboratoire Boiron, plus de 1 000 emplois seraient menacĂ©s en en cas de dĂ©remboursement des mĂ©dicaments homĂ©opathiques.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99