« Roi immortel des siĂšcles, Seigneur JĂ©sus-Christ, notre Dieu et Sauveur ! En cette annĂ©e jubilaire du 1050e anniversaire du baptĂȘme de la Pologne, en ce jubilĂ© extraordinaire de la MisĂ©ricorde, nous, Polonais, nous nous tenons devant Toi, avec nos autoritĂ©s spirituelles et laĂŻques, pour reconnaĂźtre Ton rĂšgne, nous soumettre Ă  Ta loi, Te consacrer notre patrie et tout notre peuple. »

C’est avec ces mots que commençait l’Acte d’accueil de JĂ©sus-Christ comme Roi et Seigneur lu pendant l’adoration du Saint-Sacrement aprĂšs une messe samedi 19 novembre au sanctuaire de la MisĂ©ricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, qui a attirĂ© prĂšs de cent mille fidĂšles et qui s’est dĂ©roulĂ©e en prĂ©sence du prĂ©sident Andrzej Duda et de deux ministres du gouvernement de Beata Szydlo. Ce mĂȘme acte a ensuite Ă©tĂ© lu dimanche dans toutes les Ă©glises de Pologne et c’est toute la Pologne catholique qui a renouvelĂ© son serment ce week-end pour le 1050e anniversaire de son baptĂȘme.

« Notre rĂŽle n’est pas de dĂ©clarer le Christ Roi, mais de reconnaĂźtre Son rĂšgne et se soumettre Ă  Sa Loi, Lui confier notre patrie et tout notre peuple, nous-mĂȘmes et nos familles », a dit Mgr Andrzej Czaja pendant l’homĂ©lie de samedi. « Nous voulons que ce soit un pas significatif vers la restauration de la place qui revient Ă  JĂ©sus dans notre vie privĂ©e, professionnelle et sociale », ont Ă©crit les Ă©vĂȘques dans leur lettre pastorale. Cet acte, qualifiĂ© de maniĂšre non officielle d’intronisation, Ă©tait au dĂ©part une initiative partie de la base, de mouvements qui se rĂ©fĂšrent aux apparitions de la servante du Seigneur Rozalia Celakowna (1901-1944), en cours de bĂ©atification. Dans ces apparitions, JĂ©sus a dit Ă  la mystique : « La Pologne peut ĂȘtre sauvĂ©e si elle me reconnaĂźt comme son Roi et Seigneur dans son ensemble, par intronisation, pas seulement dans les diffĂ©rentes parties du pays mais dans tout l’État avec le gouvernement Ă  sa tĂȘte ». Dans ses notes, Rozalia Celakowna a Ă©galement Ă©crit : « Ne survivront que les États oĂč le Christ rĂ©gnera. Si vous voulez sauver le monde, il faut procĂ©der Ă  l’Intronisation du SacrĂ©-CƓur de JĂ©sus dans tous les États et nations du monde ».

Cracovie : troisiÚme CongrÚs social chrétien.

Cracovie : troisiÚme CongrÚs social chrétien.

La veille Ă  Cracovie se dĂ©roulait le troisiĂšme CongrĂšs social chrĂ©tien auquel participait notamment Bernard Antony, prĂ©sident de l’AGRIF, venu parler de deux siĂšcles de rĂ©sistance en France. Le dĂ©putĂ© europĂ©en Marek Jurek y a quant Ă  lui Ă©voquĂ© l’Intronisation du lendemain comme accomplissement des vƓux de la nation.

Un autre vƓu de la nation polonaise Ă©tait accompli le 11 novembre dernier avec la messe d’inauguration du Temple de la Providence divine, imposante Ă©glise situĂ©e dans le quartier varsovien de Wilanow. PrĂ©vue au dĂ©part par la DiĂšte polonaise de la fin du XVIIIe siĂšcle en remerciement de l’adoption de la Constitution du 3 mai 1791, la construction avait Ă©tĂ© interrompue par le troisiĂšme partage de la Pologne en 1795. PlanifiĂ©e Ă  nouveau aprĂšs l’indĂ©pendance en 1918, la construction avait cette fois achoppĂ© sur la DeuxiĂšme guerre mondiale suivie de la pĂ©riode communiste sous occupation soviĂ©tique. Ce n’est qu’avec l’indĂ©pendance une nouvelle fois retrouvĂ©e en 1989 que le projet a pu ĂȘtre relancĂ© par le primat de Pologne et, cette fois, menĂ© Ă  bien.

Article d’Olivier Baul paru dans le quotidien PrĂ©sent.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.