Le Centre de prĂ©vention de la radicalisation quĂ©bĂ©cois qui a Ă©tĂ© mis en place pour lutter contre le terrorisme, mais qui finalement ne se concentre que sur la « montĂ©e de l’extrĂȘme-droite » peine Ă  payer ses employĂ©s, et pourtant parvient tout de mĂȘme Ă  dĂ©penser les deniers publics dans des projets farfelus.

Son dernier projet en date, lancĂ© rĂ©cemment en grande pompe Ă  MontrĂ©al, une bande dessinĂ©e, Ils sont parmi nous, qui vise Ă  dĂ©noncer l’extrĂȘme-droite et ceux qui parlent de Grand remplacement. On n’apporte Ă©videmment aucun dĂ©menti ou aucun argument, on se contente de quelques sophismes, d’associations douteuses et de caricatures grotesques visant Ă  diaboliser ceux, plus nombreux jour aprĂšs jour, qui constatent le changement dĂ©mographique en cours et qui ont le malheur de ne pas s’en rĂ©jouir publiquement.

L’histoire, si on peut appeler ça une histoire, met en parallĂšle plusieurs types d’extrĂ©mistes de droite, des « radicalisĂ©s », qui sont d’une bĂȘtise et mĂ©chancetĂ© ahurissantes et qui ne retrouvent leur humanitĂ© que lorsqu’ils finissent par embrasser la diversitĂ© Ă  bras ouverts.

Il y a d’abord le chef de file de ces radicalisĂ©s, le vil et lĂąche Skinoff, qui, apprend-on, est un vilain nĂ©onazi allemand. Comme quoi les stĂ©rĂ©otypes ethniques ont la vie dure dans ce qu’Obertone appelle « l’Amicale de la Diversité ». Il y a ensuite ses sbires qui ne rĂȘvent que de guerre raciale et qui passent leur temps Ă  tabasser gratuitement des minoritĂ©s qu’ils considĂšrent, Ă  cause de lunettes spĂ©ciales qui leur sont imposĂ©es, ĂȘtre des extraterrestres venus envahir le QuĂ©bec. Non seulement ce genre d’agressions n’existe que dans l’esprit tortueux de ceux qui ont Ă©crit cette bande dessinĂ©e, mais le fait que ceux-ci rejettent l’immigration de masse Ă  cause de lunettes spĂ©ciales, donc d’une vision altĂ©rĂ©e, est d’un ridicule total.

On retrouve aussi un jeune homme qui appuie Donald Trump, et qui, arborant le slogan « Make America Freak Again », en vient rapidement Ă  commettre une tuerie de masse. On peut imaginer que nos voisins du sud n’aimeront pas que l’argent des contribuables quĂ©bĂ©cois serve Ă  diaboliser et ridiculiser leur prĂ©sident tout en prĂ©sentant ceux qui l’ont Ă©lu comme des tueurs en puissance.

Mais fort heureusement, tous ces vils personnages finissent par apprendre les joies de la diversitĂ©, nonobstant le fait que dans la vraie vie ceux qui vivent la diversitĂ© dans leur quotidien soient les plus enclins Ă  la rejeter – il est toujours plus facile d’aimer les autres peuples lorsqu’on ne les cĂŽtoie pas et qu’on ne les connaisse que par mĂ©dias interposĂ©s.

ArrivĂ© en prison, une prison uniquement peuplĂ©e d’étrangers – n’est-ce pas pour avoir soulignĂ© ce fait que Jean-Marie Le Pen fut rĂ©cemment poursuivi ? – un skinhead apprendra Ă  aimer les Ă©trangers qui lui fournissent gentiment de la drogue malgrĂ© son passĂ© raciste. Un autre lĂąchera tout en attendant un enfant mĂ©tis, alors qu’une fidĂšle de l’Allemand Skinoff finira dans un couple lesbien avec la journaliste noire qu’elle devait « traquer ». Il ne reste au final plus qu’un radicalisĂ©, un jeune qui ne se sent pas Ă  sa place dans ce grand rien qu’est la sociĂ©tĂ© multiculturelle moderne, mais au moins, on se rassure, il est apeurĂ©, il tremble, abandonnĂ© de tous et isolĂ©.

La seule chose positive Ă  dire sur cette caricature mal rĂ©ussie qu’on prĂ©sente comme un chef-d’Ɠuvre est qu’elle est accessible en ligne gratuitement. AprĂšs l’avoir payĂ©e avec nos taxes, nous n’avons pas Ă  la repayer une seconde fois.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires