par Emmanuel Leroy

(PrĂ©sident de l’association humanitaire Urgence Enfants du Donbass)

Depuis bientĂŽt trois ans que je vais rĂ©guliĂšrement dans cette rĂ©gion en guerre apporter avec mes amis un maigre secours aux enfants du Donbass victimes de la guerre de conquĂȘte de l’OTAN, j’observe une sociĂ©tĂ© en profonde mutation, arc-boutĂ©e sur la volontĂ© inĂ©branlable de ne pas cĂ©der un pouce de terrain face aux hommes de la junte de Kiev et rĂ©sistant victorieusement Ă  tous les assauts tel un fameux village gaulois encerclĂ© par les sĂ©ides d’un nouvel empire marchand.

Emmanuel Leroy au milieu d'enfants a 1 km de la ligne de front.

Emmanuel Leroy au milieu d’enfants a 1 km de la ligne de front.

De mai 2015 lors de ma premiĂšre visite jusqu’à la derniĂšre en aoĂ»t 2017, j’ai vu la rĂ©publique de Donetsk restaurer ses routes, relever ses ruines, remplacer les milliers de vitrines brisĂ©es et changer les conduites d’eau ou de gaz perforĂ©es par les bombes et offrir aujourd’hui le spectacle d’une capitale pimpante, fleurie et avenante oĂč il ferait bon vivre si l’on n’entendait tous les jours tomber les obus sur la ligne de front situĂ©e Ă  moins de 4 km du centre-ville et si l’on ne voyait la mort faucher presque chaque jour son tribut macabre de civils ou de miliciens.

J’y ai vu l’ancien Mc Do© de la place LĂ©nine transformĂ© en Don’Mak© et cesser du jour au lendemain d’envoyer l’argent de la jeunesse de Donetsk alimenter les comptes en banque de cette multinationale de la malbouffe. J’y ai vu les banques fermĂ©es et les panneaux publicitaires dĂ©barrassĂ©s des images agressives de vamps dĂ©nudĂ©es vantant n’importe quelle marchandise frelatĂ©e. J’ai vu une sociĂ©tĂ© civile tout entiĂšre derriĂšre son armĂ©e de volontaires, jusqu’à voir un pĂšre s’engager dans le mĂȘme bataillon oĂč le fils a perdu la vie au combat le mois prĂ©cĂ©dent.

J’ai vu des femmes engagĂ©es dans les forces spĂ©ciales dĂ©penser le temps prĂ©cieux de leurs permissions pour nous accompagner dans des maraudes prĂšs de la ligne de front pour apporter de la nourriture et des douceurs aux babouchkas et aux enfants qui vivent dans des maisons dĂ©labrĂ©es ou dans des bunkers souterrains datant de la guerre froide.

Maraude avec Léna des forces spéciales.

Maraude avec Léna des forces spéciales.

J’ai vu des volontaires venus de Russie, des deux AmĂ©riques, de France, de Serbie, d’ArmĂ©nie, de GĂ©orgie, d’Allemagne ou d’Italie et d’autres parties du monde encore pour offrir leur vie dans cet affrontement total qui oppose deux conceptions du monde parfaitement antagonistes et irrĂ©ductibles l’une Ă  l’autre et que l’on peut rĂ©sumer dans la lutte Ă©ternelle entre Carthage et Rome, entre les puissances de la mer et celles de la terre, et au-delĂ  entre le monde fluide de l’argent et le monde oĂč les choses qui sont sacrĂ©es ne s’achĂštent pas.

Je suis en train d’achever la lecture du livre en hommage au Donbass de Zakhar PrilĂ©pine, cet auteur russe, cĂ©lĂšbre dans son pays, et que j’ai eu le plaisir de rencontrer au Salon du livre russe Ă  Paris en fĂ©vrier dernier. Nous sommes d’ailleurs convenus de rĂ©aliser ensemble une mission humanitaire Ă  Donetsk ces prochaines semaines.

La lecture de ce livre que je vous recommande chaudement pour comprendre comment et pourquoi cette rĂ©bellion du Donbass contre Kiev et ses donneurs d’ordres occidentaux a pris chair, donne un Ă©clairage particuliĂšrement intĂ©ressant Ă  tout ce que j’ai pu observer moi-mĂȘme sur le terrain depuis bientĂŽt trois ans.

Monastère.

Monastère.

Ce qui ressort de maniĂšre trĂšs claire de cet ouvrage Ă©tonnant, et fort bien Ă©crit par ailleurs, est que cette sĂ©dition a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par des hommes qui n’avaient aucun intĂ©rĂȘt matĂ©riel Ă  la faire et qui, au contraire, avaient tout Ă  perdre, et d’abord leur vie, en refusant les ukases de Kiev.

L’entrĂ©e en rĂ©bellion n’a pas Ă©tĂ© faite, ou suscitĂ©e, par les oligarques du Donbass ; bien au contraire, ces derniers ont tout fait pour la saboter et ils Ă©taient prĂȘts Ă  s’entendre avec leurs homologues de Kiev ou de Kharkov pour sauvegarder leurs intĂ©rĂȘts et leurs rentes. Non, cette rĂ©volution a Ă©tĂ© faite par des insurgĂ©s venus du peuple, mineurs et paysans, encadrĂ©s par des gens de la classe moyenne – Alexandre Zakharchenko, le prĂ©sident de la RĂ©publique Populaire de Donetsk Ă©tait Ă©lectromĂ©canicien avant le dĂ©but de la guerre – alors que les bourgeois de Donetsk, hauts fonctionnaires et dirigeants d’entreprise, ont quittĂ© le Donbass pour Kiev ou la Russie dĂšs les premiers coups de feu pour sauver leur peau et leurs comptes en banques, bien convaincus que sans eux, personne ne serait capable Ă  Donetsk et Ă  Lugansk de remettre l’économie et l’administration en marche.

Et c’est lĂ  que le miracle s’accomplit, car les rebelles du Donbass, confrontĂ©s Ă  une guerre d’agression trĂšs violente entre 2014 et 2015, puis Ă  une guerre d’usure et Ă  un blocus sans faille depuis lors, ont non seulement rĂ©ussi Ă  stopper les assauts des troupes de Kiev et de leurs alliĂ©s de l’OTAN, mais ils ont surtout rĂ©ussi Ă  remettre sur pied des circuits commerciaux, des usines fermĂ©es depuis des lustres ou dĂ©truites pendant la guerre, des administrations indispensables Ă  la vie quotidienne (hĂŽpitaux et santĂ©, services des eaux, du gaz, de l’électricitĂ©, des transports, de l’entretien des routes, des Ă©coles, des universitĂ©s
).

Abri anti-atomique.

Abri anti-atomique.

Tout cela fonctionne mais, et c’est cela qui est vĂ©ritablement rĂ©volutionnaire, pas sur des principes libĂ©raux et pas non plus sur des principes socialistes, mĂȘme si un grand nombre d’entreprises ou de commerces abandonnĂ©s par les oligarques ont Ă©tĂ© nationalisĂ©s. Le Donbass est en train de montrer au monde que le profit n’est pas le destin d’un peuple et qu’une sociĂ©tĂ©, mĂȘme en guerre, peut s’épanouir sans lutte des classes, dĂšs lors que les prĂ©varicateurs et les banquiers sont hors du jeu.

Dans le livre de Zakhar PrilĂ©pine, ce dernier qui se dĂ©crierait volontiers comme un patriote socialiste, relate ses nombreuses rencontres avec le PrĂ©sident Zakharchenko, qui se verrait lui plutĂŽt comme un monarchiste, ce qui intrigue manifestement PrilĂ©pine qui ne s’attendait pas Ă  cette rĂ©ponse et, ce qui est extraordinaire, c’est que cette mayonnaise improbable est en train de prendre sur ces terres noires du Donbass.

À Donetsk aujourd’hui, un prĂ©sident de la RĂ©publique nostalgique du temps des tsars est aux cĂŽtĂ©s d’un patriote socialiste qui a fleuretĂ© avec le national-bolchevisme et ils luttent tous deux contre un SystĂšme qui a Ă©rigĂ© l’argent en valeur suprĂȘme. Le point nodal de leur combat est la recherche du bien commun pour les populations slaves du Donbass et non pas la recherche des privilĂšges ou des avantages pour quelques-uns, que ce soient des boyards ou une nomenklatura quelconque.

Plus prĂ©cisĂ©ment encore, et le livre de PrilĂ©pine le montre trĂšs bien, se dessine dans le Donbass une nouvelle philosophie politique oĂč la solidaritĂ© l’emporte sur l’égoĂŻsme.

La puissance rĂ©galienne qu’incarne Alexandre Zakharchenko est en mesure de rĂ©tablir les Ă©quilibres et de rĂ©parer les injustices : un exemple parmi des dizaines : des conseillers lui ayant fait remarquer que les prix du marchĂ© central de Donetsk avaient tendance Ă  s’envoler, Zakharchenko est allĂ© voir le directeur et lui a demandĂ© de faire baisser les prix. Devant le refus de ce dernier, il lui a alors annoncĂ© qu’il Ă©tait mutĂ© sur un autre poste, et le lendemain, le directeur s’est retrouvĂ© en premiĂšre ligne sur le front et revĂȘtu de l’uniforme ad hoc pour mĂ©diter sur les dangers de s’opposer Ă  l’autoritĂ© rĂ©galienne lorsque celle-ci veut protĂ©ger les intĂ©rĂȘts du peuple.

La « punition » devait durer trois mois, mais comme le directeur Ă©tait pĂšre de famille nombreuse, grĂące Ă  la magnanimitĂ© du PrĂ©sident, elle fut ramenĂ©e Ă  un mois. Quoi qu’il en soit, dĂšs le lendemain, les prix sur le marchĂ© avaient baissĂ© de maniĂšre substantielle, et tous les autres marchĂ©s de la capitale s’étaient alignĂ©s.

Abri anti-atomique.

Abri anti-atomique.

Mais alors me direz-vous, le solidarisme, qu’est-ce que c’est ? Eh bien c’est cela ! L’exact contraire de l’atomisation des individus que l’on observe dans toutes les sociĂ©tĂ©s occidentales afin de les laisser sans dĂ©fense contre la « main invisible » du marchĂ©.

Tout est fait dans le Donbass pour protĂ©ger une communautĂ©, un peuple – sans considĂ©ration raciale –, sans chercher Ă  privilĂ©gier une catĂ©gorie plutĂŽt qu’une autre. À la diffĂ©rence de la RĂ©volution française qui fut une rĂ©volution bourgeoise qui mit les boutiquiers au pouvoir Ă  la place de l’aristocratie, la rĂ©volution du Donbass est une authentique rĂ©volution populaire qui s’est dĂ©barrassĂ©e de ses oligarques et qui est en train, sous nos yeux, de crĂ©er un modĂšle pour le monde de demain. J’y suis d’ailleurs Ă  nouveau invitĂ© en mai prochain pour assister au 4e anniversaire de l’indĂ©pendance de la RĂ©publique de Donetsk et j’irai avec plaisir saluer son PrĂ©sident et le fĂ©liciter pour le travail accompli.

Il serait temps que les partisans sincĂšres de l’EuromaĂŻdan, ceux qui ont cru mettre un terme Ă  la corruption en Ukraine, ouvrent les yeux pour se demander s’ils ne se sont pas trompĂ©s de camp et cessent enfin cette guerre voulue par les Anglo-Saxons contre leurs frĂšres slaves du Donbass.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99