S’il fut un temps oĂč « Labourage et pĂąturage (Ă©taient) les deux mamelles de la France » (Sully, 1560-1641), l’époque actuelle se veut celle oĂč « culpabilisation et hygiĂ©nisme sont les deux fourches caudines du politiquement correct. »

Le Conseil d’État vient de dĂ©bouter les cigarettiers de leurs actions contre l’obligation du paquet neutre, arguant que « cette interdiction ne s’étend pas aux marques nominatives et Ă  la dĂ©nomination commerciale qui y est associĂ©e, ce qui permet aux acheteurs d’identifier avec certitude les produits concernĂ©s. »

Bien Ă©videmment, une telle mesure ne pourra, comme l’a immĂ©diatement fait remarquer la ConfĂ©dĂ©ration des buralistes, que dĂ©graver les conditions de travail des buralistes et renforcer le marchĂ© parallĂšle


Mais au-delĂ  de l’augmentation prĂ©visible du trafic de cigarettes et de la fermeture annoncĂ©e de nombreux bureaux de tabac dans notre pays, ceux qui salivent dĂ©jĂ  de cette nouvelle mesure coercitive sont les partisans de la dĂ©pĂ©nalisation du cannabis
 dont la possession, l’achat et la culture, s’ils restent encore illĂ©gaux, sont dĂ©jĂ  tolĂ©rĂ©s et rĂ©glementĂ©s au Pays-Bas, Portugal, Espagne et RĂ©publique tchĂšque pour ne citer que les pays d’Europe


Les consĂ©quences du « principe de prĂ©caution » mis en avant par la ministre de la SantĂ© Marisol Touraine pourrait donc s’avĂ©rer bien pire pour la santĂ© que les dĂ©gĂąts occasionnĂ©s jusqu’alors par le tabagisme traditionnel
 Ă  l’évidence !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.