par Paul Vermeulen.

Si je vous dis qu’elle est SuĂ©doise, qu’elle est engagĂ©e, qu’elle a 16 ans et mobilise les foules, vous pensez bien Ă©videmment Ă  Greta Thunberg. Eh bien vous avez tout faux car si elle s’occupe d’écologie, elle s’intĂ©resse avant tout Ă  son pays, la SuĂšde, Ă  son devenir, Ă  sa dĂ©fense contre l’immigration sauvage et Ă  la lutte contre l’UE. Elle s’appelle Izabella Nilsson Jarvandi. Ses discours, elle les prononce contre la migration de masse et les politiques familiales actuelles qui conduisent au « gĂ©nocide du peuple suĂ©dois ». En raison de son Ăąge et de sa politique, Jarvandi a Ă©tĂ© surnommĂ©e « l’anti-Greta Thunberg ». Mais qui est cette jeune et jolie adolescente au nom si peu scandinave ?

NĂ© le 25 novembre 2003 d’un pĂšre iranien et d’une mĂšre suĂ©doise, elle a grandi dans une banlieue Ă  forte criminalitĂ© Ă  Göteborg. Lors de ses Ă©tudes, elle a Ă©tĂ© confrontĂ©e trĂšs tĂŽt au politiquement correct Ă  travers le cas de viols en milieu scolaire oĂč des enseignants refusaient de dĂ©noncer les criminels par peur de s’en prendre Ă  certains Ă©lĂšves Ă©trangers (il ne faut pas oublier qu’en SuĂšde, les viols et agressions sexuelles ont quadruplĂ© en dix ans).

Dans ce contexte, elle s’est dite d’accord avec le prĂ©sident hongrois OrbĂĄn, appelant notamment au renouveau des familles chrĂ©tiennes, dĂ©nonçant la colonisation idĂ©ologique de la thĂ©orie du genre. Izabella ferraille contre un dĂ©sastre bien plus grand que le rĂ©chauffement climatique : le dĂ©sastre anthropologique et culturel qui menace la SuĂšde. « On ne me rĂ©duira jamais au silence et je ne pardonnerai jamais aux politiques tout le mal qu’ils ont fait Ă  ma chĂšre SuĂšde [
]. Je suis convaincue que les dieux veillent et je sais que les traĂźtres seront un jour jugĂ©s sĂ©vĂšrement », fulmine Izabella en prenant la parole dans les rues des citĂ©s scandinaves.

Insécurité et immigration

Pour mieux comprendre sa colĂšre, il faut savoir qu’en 2014 et 2015, la SuĂšde est le pays d’Europe qui a accueilli le plus grand nombre de demandeurs d’asile et de rĂ©fugiĂ©s par habitant jamais enregistrĂ© dans un pays de l’OCDE (principalement du Moyen-Orient et d’Afrique). 16 % de sa population est nĂ©e Ă  l’étranger
 Cette immigration a fatalement entraĂźnĂ© un accroissement de la dĂ©linquance. Ainsi le taux d’homicides se situe aujourd’hui au-dessus de la moyenne europĂ©enne. En 2017, sur les 112 hommes et adolescents jugĂ©s coupable de viol en rĂ©union, 82 étaient nĂ©s ailleurs que dans le pays et, parmi ceux nĂ©s en SuĂšde, seuls 13 avaient deux parents suĂ©dois. Dans un rapport de 2018, la police suĂ©doise signalait : « Les suspects d’actes criminels commis par d’importants groupes de dĂ©linquants sont, pour la plupart, des individus de nationalitĂ© Ă©trangĂšre [
]. AprĂšs la rĂ©introduction de tests pour dĂ©terminer l’ñge des migrants, 78 % des individus qui y ont Ă©tĂ© soumis se sont rĂ©vĂ©lĂ©s ĂȘtre des adultes. »

RĂ©sultat, aux Ă©lections de 2018, les sociaux-dĂ©mocrates sont descendus sous les 30 % pour la premiĂšre fois depuis plus de cent ans alors que la formation nationaliste les DĂ©mocrates de SuĂšde frĂŽlait la barre des 20 %. Cette rĂ©volte que l’on sent grandir dans cette vieille nation, Izabella Nilsson Jarvandi en est le symbole et le fer de lance. Elle qui a soutenu les Gilets jaunes indiquait il y a quelques mois dans un de ses tweets : « MĂȘme si les SuĂ©dois ne manifestent pas de la mĂȘme maniĂšre que les Français, il faut ĂȘtre conscient que l’État actuel, en mettant en colĂšre les fils et les filles des Vikings, se prĂ©pare dans un avenir proche Ă  une forte rĂ©bellion. »

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99