Qui connait encore Pierre Benoit ? Il fut un romancier au succĂšs considĂ©rable durant l’entre-deux et jusqu’à sa disparition en 1962 ; il est bel et bien, dĂ©sormais, un Ă©crivain « passĂ© de mode », sans que sa rĂ©putation d’« homme de droite, nationaliste et rĂ©actionnaire » n’en soit en rien responsable : c’est malheureusement le cas, aussi cruel qu’injuste, de nombre d’écrivains, aussi talentueux fĂ»rent-ils.

Pierre Benoit, membre de l'Académie française, dont les romans d'aventures, au premier rang desquels "L'Atlantide", ont connu un succÚs considérable dans la premiÚre moitié du XXe siÚcle.

Pierre Benoit, membre de l’AcadĂ©mie française, dont les romans d’aventures, au premier rang desquels « L’Atlantide », ont connu un succĂšs considĂ©rable dans la premiĂšre moitiĂ© du XXe siĂšcle.

Je suis pour ma part un lecteur enthousiaste de ses romans qui me transporte dans une époque aussi révolue que fascinante. Une époque aux antipodes de la nÎtre


Nous subissons depuis plusieurs semaines une hystĂ©rique campagne de dĂ©lation sur le harcĂšlement sexuel. Chaque jour, est dĂ©noncĂ© un nouveau « porc », prĂ©tendu ou supposé 

Il me semble alors opportun de rappeler quelles Ă©taient les mƓurs de la grande majoritĂ© de nos concitoyens entre la fin du XIXe siĂšcle et jusqu’à la mitan du XXe, telles que si justement dĂ©crites par Pierre Benoit.

Dans un certain milieu social – celui qu’on donnait alors en exemple –, les relations sociales ou amoureuses trouvaient leurs assises, autant que leurs justifications, dans une solide Ă©ducation, faite de respect mutuel entre personne de sexes diffĂ©rents


On peut certes se moquer de l’« éducation bourgeoise » en vigueur avant Mai 68, rire des strictes contingences de vocabulaire, de politesse, d’obligations qu’un sexe se devait de respecter envers l’autre, mais leurs disparitions, tant souhaitĂ©es par les chiennes de garde du fĂ©minisme, n’ont finalement abouties qu’à donner libre au cours aux pratiques abjectes de certains mĂąles envers un sexe qu’ils considĂšrent tellement faible qu’ils peuvent tout s’autoriser


C’est oublier que l’amour n’est jamais aussi libre que lorsqu’il est Ă©duqué ; Pierre Benoit est de ceux qui l’ont si bien Ă©crit. Peut-ĂȘtre serait-il souhaitable de le relire Ă  nouveau.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires