À droite, aprĂšs leur bĂ©rĂ©zina prĂ©sidentielle et dĂ©rouillĂ©e lĂ©gislative, les RĂ©publicains s’offrent pas moins de 5 universitĂ©s d’été ; une pour chacune de leurs tendances Ă  couteaux tirĂ©s : Sarkozystes au Touquet, JuppĂ©istes Ă  Arcachon, Fillonistes Ă  La Baule, Wauquiezistes Ă  Lyon et « Constructifs » sans doute Ă  Nice selon les rumeurs


Au Front national, pas d’universitĂ©s d’étĂ©, mais des vacances pour tous, un peu gĂąchĂ©es nĂ©anmoins par les dĂ©clarations du Maire de BĂ©ziers Robert MĂ©nard qui tacle son actuelle direction avec des questions de stratĂ©gies que tout le monde se poserait, mais que lui seul aurait le courage de poser sur la place publique ; les intĂ©ressĂ©es ont sĂ»rement apprĂ©ciĂ©s.

Ô Staline, je ne vois pas venir Trotsky


Ô Staline, je ne vois pas venir Trotsky


À gauche, ce week-end, «Ô Staline, je ne vois pas venir Trotsky
 », a pleurnichĂ© Paul Laurent, secrĂ©taire des derniers nostalgiques de la faucille et du marteau : Jean-Luc MĂ©lenchon n’a effectivement envoyĂ© aucun reprĂ©sentant de La France Insoumise Ă  Angers oĂč prĂšs d’un millier (encore !) de rougeauds camarades dĂ©ploraient que Le Grand Soir tarde toujours Ă  survenir


Quant Ă  Benoit Hamon, tout nouveau leader maximo du Mouvement du 1er juillet, il tiendra les 9 et 10 septembre prochain un « sĂ©minaire de direction » : bonne occasion pour les Ă©clopĂ©s la Belle Alliance populaire de venir lui demander oĂč sont passĂ©s les 15,2 millions d’euros qu’a coĂ»tĂ© son naufrage Ă©lectoral d’avril dernier ; et de lui rappeler l’ardoise de 200 000 euros que ses Ă©quipes ont contractĂ© auprĂšs d’Europe-Écologie-Les-Verts : « Ce n’est pas une question financiĂšre, juste un truc politique pour nous emmerder ! », d’aprĂšs RĂ©gis Juanico, mandataire financier de BenoĂźt Hamon. On veut bien le croire.

Si l’union fait la force, l’avenir de l’homo politicus d’opposition au nouveau locataire de l’ÉlysĂ©e semble quelque peu contrariĂ© en cette fin d’étĂ©.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.