C’est bien connu, dans les dictatures, c’est le rĂšgne du parti unique. Des Ă©lections oĂč seul un parti peut se prĂ©senter viendront donner un vernis dĂ©mocratique Ă  l’exercice du Pouvoir. Dans les dĂ©mocraties, ce sont plusieurs partis qui s’affrontent, mais dans bien des cas, il ne s’agit que d’une illusion, les diffĂ©rents partis prĂ©sentant des programmes semblables, voire interchangeables.

Lorsque quelqu’un sort de la ligne de Parti, il se voit expulser. Ainsi, on prĂ©serve l’illusion et on s’assure que tout le monde dit sensiblement la mĂȘme chose, peu importe son Ă©tiquette partisane.

Au QuĂ©bec, on en a rĂ©cemment eu la preuve : deux candidats, presque trois, ont Ă©tĂ© expulsĂ©s du Parti quĂ©bĂ©cois pour avoir osĂ© faire des commentaires politiquement incorrects sur l’Islam. Ironiquement, plusieurs candidats soupçonnĂ©s de corruption ou de conflits d’intĂ©rĂȘts n’ont quant Ă  eux pas eu Ă  s’inquiĂ©ter : ils ont bien leur place dans le grand jeu politique. Ce qui n’est pas le cas de ceux qui remettent en cause le beau narratif du vivre-ensemble harmonieux.

Dans l’échelle officielle des valeurs, l’intĂ©gritĂ© n’est pas aussi importante que l’adhĂ©sion Ă  la pensĂ©e unique.

La premiĂšre candidate Ă  devoir renoncer Ă  se prĂ©senter fut Muguette PaillĂ©. En mai dernier, celle qui devait reprĂ©senter le parti souverainiste aux Ă©lections de l’automne avait dĂ» retirer sa candidature aprĂšs qu’un site liĂ© Ă  la mouvance anti-fa a publiĂ© des commentaires que Mme PaillĂ© avait aimĂ©s sur les rĂ©seaux sociaux. Bien connue en Mauricie, la femme, une populiste dans laquelle se reconnaissent de nombreux de ses concitoyens, avait dĂ» abandonner son combat politique pour quelques « like » ! PlutĂŽt que de dĂ©fendre sa candidate, le Parti quĂ©bĂ©cois avait honteusement montrĂ© la porte Ă  la dame.

Plus rĂ©cemment, suite Ă  des rĂ©vĂ©lations du mĂȘme site antifasciste, le Parti quĂ©bĂ©cois a expulsĂ© son candidat des Bois-Francs Pierre Marcotte. Dans ce cas-ci, le cas est grave, « dĂ©goĂ»tant » selon le chef pĂ©quiste Jean-François LisĂ©e, M. Marcotte aurait lui-mĂȘme Ă©crit sur les rĂ©seaux sociaux des commentaires sur l’Islam il y a quelques annĂ©es, notamment que « L’islam est dangereux. Point. Il faut interdire cette religion comme on interdit les pitbulls ».

La sĂ©rie noire s’est arrĂȘtĂ©e Ă  Michelle Blanc, qui, bien qu’ayant elle aussi dĂ©noncĂ© certaines dĂ©rives de l’Islam, n’a pas Ă©tĂ© expulsĂ©e. On peut fort bien imaginer que c’est parce qu’elle possĂšde un atout de taille : Michelle Blanc est une transsexuelle et donc, fait automatiquement partie du camp du bien.

Le leader syndical Bernard « Rambo » Gauthier a, Ă  raison, dĂ©noncĂ© ces expulsions dĂ©clarant que « TOUS les partis politiques Ă  l’AssemblĂ©e nationale prĂ©sentement sont une menace pour notre nation et notre territoire ».

Il est vrai que tous les partis professent un mĂȘme amour de la diversitĂ© et du vivre-ensemble. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, les partis quĂ©bĂ©cois parlent d’une seule et mĂȘme voix.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires