Le maire de BĂ©ziers Robert MĂ©nard Ă©tait l’invitĂ© de Salut les Terriens, Ă©mission animĂ©e par Thierry Ardisson
 Il fut immĂ©diatement l’objet d’attaques haineuses et quitta le plateau quand on le compara Ă  « Adolf » en lui prĂ©disant la mĂȘme renommĂ©e


Thierry Ardisson voulut le rattraper, mais en vain, et se vengea en le traitant de « grosse tĂȘte de con » sur son tĂ©lĂ©phone
 Message rendu public par l’intĂ©ressĂ© qui tweeta : « toujours aussi classe, @T­_Ardisson. »

La rĂ©action furieuse de l’animateur est Ă©tonnante : il s’attendait donc Ă  ce que son invitĂ© subisse son lynchage sans broncher, dans le seul espoir sans doute qu’on veuille bien dire deux mots de son dernier livre (AbĂ©cĂ©daire de la France qui ne veut pas mourir, Éditions Pierre Guillaume de Roux) et qu’il soit prĂȘt pour cela Ă  avaler tous les crachats


La prĂ©sence de Robert MĂ©nard Ă  une telle Ă©mission est tout aussi Ă©tonnante, lui qui connaĂźt pourtant les mĂ©dias, ayant Ă©tĂ© secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral, 23 ans durant, de Reporters sans frontiĂšres qu’il avait co-fondĂ©) : Ă  nouveau, comme pour son Rendez-vous de BĂ©ziers des droites au printemps dernier dont l’échec Ă©tait prĂ©visible, peut-on envisager une telle naĂŻveté ? Ou fut-il trahi par quelqu’un Ă  qui il accordait quelque confiance, oubliant qu’on ne se maintient pas dans les mĂ©dias mainstream sans donner rĂ©guliĂšrement des gages de soumission Ă  la bien-pensance
 Thierry Ardisson comme tant d’autres, mĂȘme si plus talentueux, ne peux s’en dispenser. Un seul Éric Zemmour est tolĂ©rĂ© et encore, peut-ĂȘtre simplement pour donner le change.

Plus intĂ©ressant dans l’émission fut sans doute le constat rendu public qu’une majoritĂ© de Français se dĂ©tourne dĂ©sormais des mĂ©dias traditionnels, jugeant leurs journalistes malhonnĂȘtes, si ce n’est incompĂ©tents, l’un n’empĂȘchant pas l’autre
 pour trouver informations et surtout rĂ©information dans les mĂ©dias alternatifs dont le succĂšs est grandissant : Boulevard voltaire (site crĂ©Ă© par Robert MĂ©nard), groupe LibertĂ©s (TVLibertĂ©s, Radio LibertĂ©s, EurolibertĂ©s), PrĂ©sent bien sĂ»r et tant d’autres encore que la longueur de cet article ne permet pas de citer


S’il fut une Ă©poque oĂč ĂȘtre reçu sur les plateaux de la tĂ©lĂ©vision française Ă©tait nĂ©cessaire (telle la fameuse – et honnĂȘte – Heure de VĂ©ritĂ©s en 1984 qui servit, incontestablement, de tremplin Ă  Jean-Marie Le Pen), c’en est fini aujourd’hui. Cela se passe ailleurs. Ne leur en dĂ©plaise !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.