En France, pour détruire toute union des droites, nous avons le front Républicain, en Espagne ils ont le « cordon Sanitaire ». Sauf que, contrairement à la France, cela risque de ne pas fonctionner pour les prochaines élections nationales du 28 avril 2019.

ArrivĂ© au pouvoir par un tour de passe-passe, l’actuel Premier ministre, Pedro SĂĄnchez, n’a pas l’air d’avoir le gabarit pour gouverner une si grande nation comme l’Espagne. Il n’a ni l’appui du Parlement, ni l’appui du peuple espagnol, ni mĂȘme celui des indĂ©pendantistes catalans. Cette impopularitĂ© l’a obligĂ© Ă  convoquer des Ă©lections nationales pour le 28 avril prochain. Et ces Ă©lections sont intĂ©ressantes pour deux raisons : la premiĂšre, c’est le fait que la droite, le PP (Parti Populaire, droite conservatrice) et le parti Ciudadanos (centre droit) vont sĂ»rement s’unir et les derniers sondages indiquent quÂŽils pourraient obtenir le pouvoir ; la seconde raison, c’est que le parti Vox, de droite radicale populiste, risque de faire un beau score, de 18 Ă  20 dĂ©putĂ©s(1). Et c’est ce dernier parti qui nous intĂ©resse.

Et pour cause, ce tout jeune parti fait fureur en Espagne, et les Ă©lections en Andalousie le montrent. Cela faisait 36 ans que la gauche gouvernait cette rĂ©gion. La corruption et le clientĂ©lisme de la gauche ont eu raison d’eux, ce qui a permis au PP et au parti Ciudadanos de gagner 47 siĂšges au parlement rĂ©gional. Ce n’était pas assez pour gouverner, car le parlement d’Andalousie a 109 siĂšges, il fallait donc nĂ©gocier
 avec le parti Vox.(2)

Et c’est ce que la droite a fait ! Le PP et le parti Ciudadanos ont acceptĂ© une partie des 37 demandes Ă©mises par le parti Vox comme condition pour que celui-ci accepte d’appuyer les deux partis de droite. Certaines de ces demandes comme la lutte contre l’immigration illĂ©gale, la dĂ©fense de la tauromachie, de la chasse et, pays catholique oblige, la Semaine sainte(3), font partie de l’épine dorsale de l’idĂ©ologie sociale conservatrice du parti Vox.

Comme nous dit un article(4) du journal espagnol ABC, l’objectif du Vox est clair, « [
] son objectif est de devenir une piĂšce maĂźtresse Ă  l’heure d’accepter des pactes pour gouverner. »(5)

Ce parti a d’ailleurs Ă©tĂ© crĂ©Ă© par des sociaux conservateurs fin 2013 pour « [
] rĂ©cupĂ©rer les voix des Ă©lecteurs déçus du PP » et dont le manifeste de 2014 affirme que le Parti Vox prĂ©tend « [
] lutter pour la dĂ©fense de l’unitĂ© de la nation espagnole, retrouver la place internationale, rĂ©gĂ©nĂ©rer la politique, en finir avec les autonomies, crĂ©er un pouvoir judiciaire indĂ©pendant et promouvoir la culture de la vie et de la famille. »(6)

Bien sĂ»r, si l’union des droites en Andalousie a fait grincer des dents, une possible union entre les droites au niveau national fait peur, surtout Ă  l’extrĂȘme gauche. Pablo IglĂ©sias(7) a appelĂ© Ă  faire un cordon sanitaire contre le fascisme. Mais contrairement Ă  la France, cette tactique n’est pas en train de fonctionner. Ni en Andalousie, ni au niveau national. La droite veut gouverner, mĂȘme si cela implique de s’allier au parti Vox !

De quoi inquiĂ©ter les bien-pensants, surtout face Ă  un parti qui veut fermer les frontiĂšres, la suspension de l’espace Schengen, expulser les immigrĂ©s en situation illĂ©gale ou ayant commis des crimes, et fermer les mosquĂ©es radicales. Le leader du parti Vox, Santiago Abascal, se voit comme un chevalier de la Reconquista, une Reconquista qu’il souhaite souffler dans l’ñme des Espagnols.(8)

Au moins, au pays des Rois TrĂšs catholiques, contrairement Ă  la France, le dĂ©nommĂ© Rassemblement des Droites n’est pas une impossibilitĂ©, mais une rĂ©alitĂ© en devenir. Et en France ? Comme toujours, notre droite conservatrice prĂ©fĂšre ĂȘtre une « gauche un peu plus Ă  droite ». On l’a vu par le passĂ©, espĂ©rons ne pas le voir aux prochaines Ă©lections prĂ©sidentielles en 2022. Un rassemblement de la droite populaire et de la droite bourgeoise est nĂ©cessaire(9). Dans le cas contraire ce serait un choix qui pourrait coĂ»ter cher auprĂšs de lÂŽĂ©lectorat de droite.

Notes

(1) Selon le sondage rĂ©alisĂ© par GAD3 pour le journal ABC, le PSOE (Parti Socialiste espagnol) obtiendrait 24.2 % des voix, ce qui lui donnerait 104 dĂ©putĂ©s, mais la dĂ©gringolade du parti Podemos (extrĂȘme gauche) avec 14,2 %, soit 38 dĂ©putĂ©s, permettrait Ă  la droite d’obtenir le pouvoir. Le PP obtiendrait 20,5 %, soit 89 dĂ©putĂ©s, Ciudadanos obtiendrait 20.7 %, soit 74 dĂ©putĂ©s, et le parti Vox obtiendrait 8.9 %, soit 19 dĂ©putĂ©s pour sa premiĂšre rentrĂ©e au Parlement National Espagnol. Logiquement, comme la droite souhaite s’unir, elle gagnerait facilement le pouvoir. Le sondage date de dĂ©cembre 2018, mais en fĂ©vrier 2019 les rĂ©sultats sont assez semblables, voir le sondage au lien suivant : https://www.gad3.com/single-post/Barometro-de-diciembre-de-2018-de-GAD3-para-ABC

(2) Le parti de droite radicale espagnole est passĂ© de 0 Ă  12 dĂ©putĂ©s, et de 18 000 Ă  400 000 voix entre l’annĂ©e de sa crĂ©ation (fin 2013) et 2018 ; voir l’article suivant : BLAVIGNAT, Yohan (9 janvier 2019), En Espagne, la droite obtient le soutien de l’extrĂȘme droite pour gouverner l’Andalousie, Le Figaro, France, link : http://www.lefigaro.fr/international/2019/01/09/01003-20190109ARTFIG00354-en-espagne-la-droite-obtient-le-soutien-de-l-extreme-droite-pour-gouverner-l-andalousie.php

(3) Idem.

(4) (3 décembre 2018), Qué significa la irrupción de Vox, ABC, Espagne, https://www.abc.es/espana/abci-significa-irrupcion-201812031108_noticia.html,

(5) Dans l’original : [
] « su objetivo serĂĄ pasar a ser una pieza clave a la hora de hacer pactos de Gobierno. »

(6) Dans l’original : [
] « Vox deja claro en su manifiesto fundacional en 2014 que su objetivo es abogar por la defensa de la unidad de la naciĂłn española », recuperar el protagonismo internacional, regenerar la polĂ­tica, aboliar las autonomĂ­as, buscar un poder judicial independiente y promover la cultura de la vida y la familia ». Par culture de la vie et de la famille, le Parti Vox entend revoir l’avortement, et protĂ©ger la famille traditionnelle, une mĂšre, un pĂšre. Ce parti est contre le mariage homosexuel.

(7) Leader du Parti Podemos, extrĂȘme gauche populiste. Une note intĂ©ressante sur ce politicien, il a perdu beaucoup de popularitĂ© auprĂšs de l’électorat espagnol, surtout aprĂšs qu’il ait achetĂ© une maison pour un peu plus de 660 000 euros. Quelques mois avant cet achat il avait twittĂ© des phrases telles que « tu donnerais la politique Ă©conomique du pays Ă  quelqu’un qui a achetĂ© un appartement de luxe de 600 000 euros ? » ou encore « livrer la politique Ă©conomique du pays Ă  un millionnaire Ă©quivaut Ă  livrer le MinistĂšre de l’Environnement Ă  un pyromane ». La polĂ©mique a empirĂ© aprĂšs que des journalistes dĂ©couvrent qu’il aurait reçu plus d’un million d’euros en hĂ©ritage.

(8) Santiago Abascal parle souvent de la Reconquista, cet Ă©pisode dans lequel les Espagnols, et les Portugais, il est bon de le rappeler, ont reconquis peu Ă  peu (7 siĂšcles) les territoires sous domination islamique. Il cite souvent une sĂ©rie de dates historiques, dont les prĂ©fĂ©rĂ©es sont la bataille de Covadonga (718), la Bataille de Navas de Tolosa (1212) ou la reddition de Grenade (1492). Il y a un rĂ©sumĂ© intĂ©ressant des choix historiques de Santiago Abascal dans l’article suivant : BARREIRA, David (23 janvier 2019), Los 10 episodios favoritos de Vox en la Historia de España : asĂ­ sucedieron de verdad, El Pais, Espagne, https://www.elespanol.com/cultura/historia/20190123/episodios-favoritos-vox-historia-espana-sucedieron-verdad/370464067_0.html

(9) Par droite bourgeoise je pense au parti Les RĂ©publicains dont les Ă©lecteurs sont souvent issus des classes moyennes, et par droite populaire je pense au Rassemblement National.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99