Le prĂ©sident sortant Hassan Rohan a Ă©tĂ© rĂ©Ă©lu pour un second mandat de quatre ans. Il ne faut toutefois pas surestimer l’action du prĂ©sident qui, bien que reprĂ©sentant l’État, n’est qu’un super-Premier ministre.

RĂ©publique islamique depuis 1979, l’Iran est une thĂ©ocratie dans laquelle le clergĂ© chiite joue un rĂŽle important. La Constitution du 3 dĂ©cembre 1980, adoptĂ©e par rĂ©fĂ©rendum, transcrit dans les faits la vision politique de l’ayatollah Khomeyni. Comme tous les clercs chiites, Khomeyni a lu et mĂ©ditĂ© les auteurs classiques grecs traduits en arabe et en perse farsi dont La RĂ©publique de Platon qui dĂ©peint la citĂ© idĂ©ale gouvernĂ©e par un philosophe-roi.

RĂ©visĂ©e par rĂ©fĂ©rendum en 1989, la Constitution distingue trĂšs nettement le pouvoir exĂ©cutif dĂ©tenu par un prĂ©sident qui nomme vice-prĂ©sidents et ministres, le pouvoir lĂ©gislatif, le Majlis ou AssemblĂ©e consultative islamique, Ă©lu pour quatre ans au suffrage universel direct, et le pouvoir judiciaire avec un Chef indĂ©pendant des deux autres pouvoirs. Ces trois pouvoirs sont placĂ©s sous la supervision du Guide suprĂȘme de la RĂ©volution islamique, soit le philosophe-roi platonicien.

Successeur de Khomeyni depuis 1989, Ali Khamenei, chef des armĂ©es, peut rĂ©voquer le prĂ©sident. Élu par l’AssemblĂ©e des experts (86 religieux Ă©lus par les Iraniens pour 8 ans) qui peut le rĂ©voquer, le Guide suprĂȘme dĂ©signe le Chef de la justice. Ce dernier nomme Ă  son tour les six religieux qui siĂšgent au Conseil des gardiens de la Constitution aux cĂŽtĂ©s des six juristes choisis par le Majlis. Ce conseil vĂ©rifie la conformitĂ© musulmane et constitutionnelle des lois et valide (ou pas) les candidatures aux Ă©lections.

Outre la suppression du poste de Premier ministre, la rĂ©vision de 1989 a entĂ©rinĂ© le Conseil de discernement du bien de l’État qui entend prĂ©server le Guide suprĂȘme des problĂšmes triviaux de la vie courante dont les interventions risqueraient de dĂ©sacraliser la fonction. Cet autre conseil se compose de 31 membres nommĂ©s par le Guide parmi lesquels s’y trouvent de droit le prĂ©sident, le prĂ©sident du Majlis et le Chef du pouvoir judiciaire. Cet organisme tranche les conflits entre l’exĂ©cutif, le lĂ©gislatif et le Conseil des gardiens de la Constitution Ă  propos des questions politiques, Ă©conomiques et sociales. Ainsi le Guide suprĂȘme se rĂ©serve-t-il l’essentiel tel l’accord nuclĂ©aire conclu avec l’Occident.

La RĂ©publique islamique d’Iran concilie par consĂ©quent un systĂšme thĂ©ocratique et l’élection populaire, ce qui donne toute sa plasticitĂ©, son originalitĂ© et sa longĂ©vitĂ© en dĂ©pit des crises politiques frĂ©quentes et des tentatives de dĂ©stabilisation venues de l’extĂ©rieur.

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire, n° 34, a été diffusée sur Radio-Libertés, le 19 mai 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, écrivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "Réfléchir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio Libertés". Il se désigne aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archéo-futuriste.

Articles similaires