(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

 

Adrien Abauzit.

Adrien Abauzit.

Quelle est la thĂšse principale de votre ouvrage La France divisĂ©e contre elle-mĂȘme publiĂ© aux Ă©ditions Altitude ?

J’ai tentĂ© de comprendre non le dĂ©clin de la France – toute nation connaĂźt des phases d’ascension et de dĂ©clin – mais sa dĂ©composition. Pour tout rĂ©sumer en une formule : pour faire la RĂ©publique, il faut dĂ©faire la France. La RĂ©publique, en France, ne se vit pas comme un rĂ©gime politique, mais comme une nation, qui, pour vivre, doit substituer une anthropologie basĂ©e sur les LumiĂšres Ă  l’anthropologie française. La dĂ©christianisation, l’immigration de masse, l’émigration, la lĂ©galisation de l’avortement, la promotion institutionnelle de la haine de la France, le mĂ©moricide, la soumission au mondialisme, tout cela procĂšde d’une mĂȘme logique : le phagocytage de la France par la RĂ©publique des LumiĂšres, baptisĂ©e par mes soins, pour ce motif, d’Antifrance.

Vous Ă©voquez une spĂ©cificitĂ© française, mais n’assiste-t-on pas Ă  des phĂ©nomĂšnes de dĂ©composition des nations dans toute l’Europe (Espagne, Royaume-Uni, Italie) ?

La dĂ©composition de la France se distingue car elle repose sur une volontĂ© de transformer le peuple français en un autre peuple, le peuple rĂ©publicain. Dans les pays prĂ©citĂ©s, le phĂ©nomĂšne est diffĂ©rent. Nous assistons Ă  une dĂ©composition des pays dont l’unitĂ© est historiquement plus bancale que celle de la France.

Ceci Ă©tant, le cas de la Catalogne est intĂ©ressant. Nous pouvons avoir l’impression que la Catalogne, terre aujourd’hui de bobocratie et de politiquement correct, cherche Ă  se dĂ©faire de la Couronne d’Espagne pour les mĂȘmes motifs que la RĂ©publique cherche Ă  se dĂ©faire de la France. Dans les deux cas, il s’agit de se dĂ©tacher d’un passĂ© jugĂ© contraire aux courants idĂ©ologiques dominants contemporains.

Votre livre ne se limite pas Ă  un diagnostic. Il se tourne aussi vers l’avenir en prĂ©conisant des marches Ă  suivre pour renverser la situation. Pouvez-vous nous Ă©voquer ce que vous appelez la nouvelle opinion publique ?

La nouvelle opinion publique est l’opinion publique nĂ©e sur internet. Cette opinion publique est stimulĂ©e par divers sites de rĂ©information (TVlibertĂ©s, Boulevard Voltaire, Fdesouche, La Gauche m’a tuer, MĂ©ridien ZĂ©ro, etc.) ou diverses figures de proue.

Quoique composĂ©e de personnes ayant des doctrines qui sont en opposition sur divers points, elle se caractĂ©rise notamment par le fait qu’elle tend vers des idĂ©es nationales. Ainsi, les individus qui s’alimentent intellectuellement dans le cadre de la nouvelle opinion publique s’affranchissent spontanĂ©ment de l’idĂ©ologie dominante, ce qui implique pour beaucoup un retour au patriotisme, au catholicisme, Ă  l’histoire de France et j’en passe.

Grùce à ce phénomÚne, les idées nationales se répandent en dehors de ses canaux historiques et touchent un nombre croissant de personnes. Les grands médias sont en quelque sorte court-circuités.

Si la nouvelle opinion publique arrive Ă  tisser des rĂ©seaux puissants – politiques, Ă©conomiques, mĂ©diatiques, intellectuels, spirituels – parallĂšlement aux rĂ©seaux d’influence dĂ©jĂ  existants, elle peut ĂȘtre la clĂ© vers des bouleversements historiques. La nouvelle opinion publique est une opportunitĂ© pour s’emparer de l’histoire.

Adrien Abauzit conference SynthĂšse.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.