Intervention de Nigel Farage au Parlement europĂ©en, lors du dĂ©bat sur l’avenir de l’Europe, le 3 mai 2018.

C’est tout de mĂȘme extraordinaire que, malgrĂ© la prĂ©sidence de M. Juncker, du Premier ministre belge Charles Michel, et des leaders de tous les principaux groupes, dans ce dĂ©bat qui porte sur l’avenir du projet europĂ©en, vous ayez Ă  peine mentionné l’évĂ©nement le plus important depuis la crĂ©ation de l’UE il y a 60 ans, le Brexit. Vous ne voulez pas parler du Brexit !

Si vous aviez fait quelques modestes concessions depuis que David Cameron est venu ici au PE nĂ©gocier afin d’obtenir votre accord pour le contrĂŽle des frontiĂšres, le Brexit n’aurait pas eu lieu.

Mais non : aujourd’hui encore, vous rĂ©pĂ©tez sans cesse que nos citoyens veulent plus d’Europe. Nous avons un problĂšme avec le chĂŽmage des jeunes dans le bassin mĂ©diterranĂ©en, rĂ©ponse : plus d’Europe. Le problĂšme de terrorisme : crĂ©er une CIA europĂ©enne. La taxations et les rĂ©gulations : aucun État membre ne peut dĂ©cider lui-mĂȘme, tout doit ĂȘtre dĂ©cidĂ© ici, nous avons besoin de plus d’Europe.

Pour le contrĂŽle de la migration, beaucoup d’entre vous ont dĂ©cidĂ© que les quotas de rĂ©partition étaient une bonne idĂ©e. Mais les pays membres de l’UE commencent Ă  se rĂ©veiller et Ă  comprendre qu’on ne peut pas ĂȘtre à la fois un Etat-nation dĂ©mocratique et membre de l’UE. Je pense donc qu’il s’avĂšrera que le Brexit n’est que la premiĂšre brique Ă  tomber du mur. Regardez les rĂ©sultats des votations en Italie, en Hongrie !

La survie ou non du projet europĂ©en dĂ©pend de notre comprĂ©hension ou non de ce qu’est une nation.

Quelle est l’unitĂ© Ă  laquelle nous donnons notre allĂ©geance, payons nos impĂŽts, et que nous serions prĂȘts Ă  dĂ©fendre s’il le faut ? La population europĂ©enne ne s’identifie pas avec le drapeau europĂ©en (contrairement par exemple Ă  M. Verhofstadt), ni avec les institutions de son parlement. Seule exception peut-ĂȘtre, la Belgique, qui n’est pas une nation, c’est une crĂ©ation artificielle britannique. Les deux parties de la Belgique ne parlent pas la mĂȘme langue, elles se dĂ©testent, elles n’ont pas de TV ou de presse nationales. La Belgique n’est pas une nation, et c’est peut-ĂȘtre pour cela que vous ĂȘtes si contents de pouvoir rejoindre le niveau supĂ©rieur europĂ©en.

Mais je peux vous dire, vous perdrez les Ă©lections. Le Brexit, c’est la premiĂšre brique qui tombe du mur. Vous n’avez tirĂ© aucune leçon de ce qui s’est passé : les jours du projet europĂ©en sont terminĂ©s. Nous voulons vivre dans des États-nations et pas dans une crĂ©ation artificielle et fausse.

Merci de votre attention, amusez-vous bien. Oh, et rĂ©jouissez-vous des Ă©lections europĂ©ennes de l’annĂ©e prochaine ! On va bien s’amuser !

Le prĂ©sident rappelle Ă  NF qu’il touche un bon salaire pour ĂȘtre dĂ©putĂ© au PE.

NF rĂ©pond que son job prendra fin avec le Brexit et qu’il a lui-mĂȘme militĂ© et votĂ© pour le Brexit.

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99