Le Parlement de Hongrie a adoptĂ© Ă  une large majoritĂ© ce mardi 7 mars des mesures de prĂ©caution drastiques vis Ă  vis de tous les migrants entrĂ©s clandestinement dans le pays, et cela afin de protĂ©ger le peuple hongrois de la submersion migratoire que connait l’Europe depuis plusieurs annĂ©es dĂ©sormais.

Cette mesure avait Ă©té supprimĂ©e en 2013 alors que des institutions non Ă©lues (UE etHaut-commissariat de l’ONU aux rĂ©fugiĂ©s (HCR) avaient fait pression et menĂ© un chantage (Ă©conomique notamment) sur la Hongrie, qui en votant cette mesure rĂ©affirme sa souverainetĂ© et sa volontĂ© de protĂ©ger sa population.

La nouvelle loi a Ă©tĂ© adoptĂ©e, par une large majoritĂ© des partis prĂ©sents dans le Parlement, par 138 voix contre 6 et 22 abstentions. Elle prĂ©voit que les migrants clandestins seront placĂ©s dans des « zones de transit » aux frontiĂšres serbe et croate, oĂč ils seront dĂ©tenus dans l’attente d’une dĂ©cision dĂ©finitive concernant leur demande d’asile.

Cette mesure s’appliquera tant aux nouveaux venus qu’aux demandeurs d’asile dĂ©jĂ  hĂ©bergĂ©s dans le pays, au nombre de 586 en fĂ©vrier.

Les migrants ne seront pas « dĂ©tenus » – ce qui sous entendraient qu’ils seraient en prison – comme l’indique la presse mainstream, mais logĂ©s dans des prĂ©fabriquĂ©s, Ă  l’écart de la population autochtone, en attendant la dĂ©cision administrative. De quoi dissuader une large partie des candidats Ă  l’immigration dans ce pays, et ainsi tarir le flux de migrants en provenance majoritairement d’Afrique et d’Asie.

En 2016, seuls 425 migrants ont obtenu l’asile en Hongrie (sur 29 432 demande dĂ©posĂ©es dans ce pays ) ; il s’agissait majoritairement de chrĂ©tiens fuyant les persĂ©cutions dans leur pays d’origine, les demandes dĂ©boutĂ©es concernant des populations musulmanes jugĂ©es « Ă  risque » ou des migrations principalement Ă©conomiques et n’entrant de facto pas dans le cadre du droit d’asile.

Les pays dits du Groupe de VisegrĂ d (RĂ©publique TchĂšque, Hongrie, Slovaquie, Pologne) sont aujourd’hui les seuls Ă  mettre en place des mesures dissuasives concernant l’immigration. Des mesures largement soutenues par la population sur place, comme tous nos correspondants locaux peuvent le confirmer.

Cet article est paru sur le site Breizh-info.com.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.