Pris par des crises frĂ©quentes de complotisme, l’Occident mĂ©diatico-politique voit l’ombre du Kremlin dans tous les Ă©vĂ©nements qui lui seraient dĂ©favorables. Cette attitude paranoĂŻaque cache le rĂŽle sournois du gouvernement polonais.

Des lĂ©gislatives se dĂ©rouleront Ă  l’automne prochain. Il est probable que les Ă©lecteurs reconduiront la majoritĂ© actuelle, Droit et Justice (PiS), de Jaroslaw Kaczynski. GrĂące Ă  une efficace politique nataliste et sociale, les couches populaires et moyennes des petites villes et des campagnes retrouvent leur dignitĂ© et forment un solide socle Ă©lectoral pour le PiS. Si l’actuel gouvernement de Varsovie mĂšne une politique sociale exemplaire, son action diplomatique est en revanche plus que critiquable !

À la fois hostile Ă  l’Allemagne et Ă  la Russie, ne pardonnant pas Ă  la France d’avoir « lĂąchĂ© » la RĂ©publique polonaise en 1939 et oubliant que la Pologne du colonel Beck s’empara, le 2 octobre 1938, du territoire tchĂ©coslovaque de Teschen avec l’accord de Berlin, le PiS agit en auxiliaire zĂ©lĂ© de l’atlantisme, de Donald Trump et des faucons nĂ©o-conservateurs. L’installation d’une base militaire Ă©tatsunienne est prĂ©vue non loin des frontiĂšres russes et bĂ©larussiennes. En contrepartie, le 45e prĂ©sident des États-Unis en campagne pour sa rĂ©Ă©lection bĂ©nĂ©ficie du soutien de la puissante communautĂ© amĂ©ricano-polonaise.

Par ailleurs, forte de ses 38 millions d’habitants, la Pologne, nostalgique de la RĂ©publique des Deux-Nations fondĂ©e en 1569 par l’union Ă  Lublin du Royaume de Pologne et du Grand-DuchĂ© de Lituanie, cherche Ă  redevenir la principale puissance de l’Europe centrale et Ă  regagner une influence certaine des rives de la Baltique aux rivages de la Mer Noire, des frontiĂšres de la Russie aux Carpates. Varsovie s’intĂ©resse au sort des Pays baltes, du BĂ©larus et de l’Ukraine. Alors que des centaines de milliers de Polonais s’expatrient chaque annĂ©e vers l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Autriche, la Pologne a accueilli des milliers de rĂ©fugiĂ©s ukrainiens, d’oĂč son refus d’accepter des immigrĂ©s extra-europĂ©ens. Droit et Justice Ɠuvre Ă  la reconstruction d’un bloc « polonocentré » autour du Groupe de Visegrad
 Cette volontĂ© hĂ©gĂ©monique indispose bien sĂ»r son voisinage.

La DiĂšte adopta l’annĂ©e derniĂšre une loi qui dĂ©nonçait les « massacres » de Polonais en Galicie par les nationalistes ukrainiens. Elle condamnait aussi la haute figure de Stepan Bandera. Ce vote mĂ©contenta le gouvernement pro-occidental de Kiev pour qui Bandera est un hĂ©ros national et non pas un criminel de guerre. Une autre loi mĂ©morielle indigna Tel-Aviv. Favorable Ă  l’État d’IsraĂ«l, le PiS veut que la justice sanctionne toute Ă©tude historique qui imputerait une quelconque participation de Polonais aux persĂ©cutions antisĂ©mites pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les intentions impĂ©rialistes sous-jacentes de la Pologne contrecarrent toute rĂ©alisation grande-continentale tangible autour d’un noyau gĂ©opolitique informel Madrid – Rome – Paris – Berlin – Moscou. Droit et Justice Ă©carte aussi toute autre rĂ©ponse nationale diffĂ©rente de la sienne. Lors de sa premiĂšre expĂ©rience gouvernementale entre 2005 et 2007, le PiS parvint Ă  Ă©liminer ses alliĂ©s gouvernementaux de la Ligue des familles polonaises et du mouvement populiste politico-syndical agricole Samoobrona dont le prĂ©sident-fondateur, Andrzej Lepper, se suicida en 2011. Aujourd’hui, il assĂšche le parti protestataire Kukiz’15 et les diverses formations nationalistes radicales. Au Parlement europĂ©en, les 27 Ă©lus du PiS ne siĂšgent pas dans le mĂȘme groupe que les Ă©lus du RN et de l’AfD bien trop russophiles selon eux.

Varsovie a enfin rĂ©cemment interdit l’accĂšs dans tout l’Espace Schengen Ă  l’essayiste dissident Ă©tatsunien Jared Taylor dont les propos indisposent certainement la bande de Kaczynski. Par cette dĂ©cision honteuse, le gouvernement polonais dĂ©montre que sa ligne souverainiste est aussi chauvine et cosmopolite. La Pologne du PiS pose donc un vrai problĂšme politique aux Libres-EuropĂ©ens.

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99