C’est un domaine dans lequel on n’arrĂȘte pas d’imaginer l’utilisation de la chose, et si le poĂšte a conclu que la chair Ă©tait triste, les prophĂštes des progrĂšs en la matiĂšre n’ont jamais manquĂ©.

Henry de Montherlant.

Henry de Montherlant.

Je crois me souvenir, qu’il y a dans les 80 ans, un Ă©crivain cĂ©lĂšbre, Montherlant je crois, avait eu un trait de gĂ©nie supplĂ©mentaire, en proposant Ă  nos politiques que dans les hĂŽpitaux oĂč l’on admettait les hommes en fin de vie, les sƓurs de charitĂ© fussent remplacĂ©es par des hĂ©taĂŻres rĂ©publicaines et chevronnĂ©es, capables de procurer une derniĂšre extase sexuelle aux agonisants


Mais l’époque Ă©tait encore obscurantiste, bien que LĂ©on Blum eĂ»t dĂ©crit dans un essai sur le mariage le trĂšs sĂ©duisant bordel que serait la citĂ© socialiste. Cependant, Montherlant, un tantinet misogyne, n’avait rien proposĂ© de semblable pour les femmes en fin de vie. C’était une lacune


Fort heureusement, le projet est revenu en discussion dans la sociĂ©tĂ© macronienne que l’on sait d’avant-Garde. Le projet de donner aux invalides mourant un secours charitable pour leur offrir un ultime plaisir du bas-ventre sera probablement approuvé ; nous sommes dans une atmosphĂšre qui fait des plaisirs du sexe une prioritĂ©.

C’est ainsi que depuis quelques annĂ©es, dans les catalogues de vente par correspondance, nous avons vu offrir des « masturbateurs » aux citoyens trop solitaires. Mais bien sĂ»r, ces effusions avec une machine manquent un peu de chaleur ; il est donc louable de procurer aux mĂąles handicapĂ©s des fonctionnaires fĂ©minines du genre, avec horaires garantis, vacances de neige en cas d’échauffements dangereux et retraite indexĂ©e sur celle de nos ministres.

Jusqu’Ă  prĂ©sent, les professionnelles du trottoir Ă©taient exposĂ©es Ă  divers dangers ; les insĂ©rer dans les services de la rĂ©publique est une amĂ©lioration sociale de taille. Et il n’est pas dit que certains Ă©vĂȘques n’approuveront pas ce genre de charité 

Ce qui me paraĂźt plus difficile, ce sera de recruter des jeunes gens, bien sous tous les rapports, pour apporter Ă  des femmes infirmes parvenues Ă  un grand Ăąge, l’hommage qu’elles sont en droit d’attendre. Je me souviens que Jeanne Moreau dans La vieille qui marchait sur la mer, avait Ă©voquĂ© l’intense dĂ©sir de sentir la chose se frotter contre « sa vielle peau ! ».

Mais ce n’était Ă  l’époque qu’une fiction cinĂ©matographique, dont je ne pensais pas qu’elle ferait Ă©cole.

Peut-ĂȘtre pourra-t-on cependant compter sur le volontariat de quelques « chances » pour la France, puisqu’on a pu constater que quelques mĂ©mĂšres trĂšs ĂągĂ©es avaient Ă©tĂ© ainsi honorĂ©es contre leur grĂ©. Faire de ces intermittents du viol des fonctionnaires sera une noble intĂ©gration rĂ©publicaine.

Mais avec les prĂ©tentions du « gender », et l’assurance donnĂ©e par Madame Badinter qu’une bonne mĂšre doit ĂȘtre incestueuse pour Ă©veiller son bĂ©bĂ© aux diverses possibilitĂ©s de la chose, nous sommes entrĂ©s dans un progrĂšs qui va faire pĂąlir l’attrait des Houris cĂ©lestes.

Le temps n’est probablement pas Ă©loignĂ© ou une citoyenne libĂ©rĂ©e pourra Ă©pouser son loulou de PomĂ©ranie, ou bien, pour les Ăąmes fortes, un Saint-Bernard.

On ne voit pas non plus dĂ©sormais ce qu’on pourrait argumenter contre la polygamie ou la polyandrie. Nous en sommes au triomphe de « l’interdiction d’interdire », exigĂ©e en 1968. Avec les progrĂšs gĂ©nĂ©tiques, on pourra, demain, loin de toute morale contraignante, remplacer un vagin impotent ou des gĂ©nitoires Ă©puisĂ©es par de vigoureux organes porcins qui, paraĂźt-il, sont tout Ă  fait compatibles avec notre animalité 

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Alexis Arette

PrĂ©sident FĂ©dĂ©ral de la Jeunesse Agricole catholique a 18 ans, titulaire de nombreux prix de poĂ©sie, Combattant vo­lon­taire en Indochine. EmprisonnĂ© pour cause d’« AlgĂ©rie Française », il le sera Ă  nouveau, en tant que PrĂ©sident National de la FĂ©dĂ©ration Française de l’Agriculture, pour s’opposer Ă  la mise en ser­vi­tude des paysans français. Auteur de nombreux livres d'histoire, de poĂ©sie et sur la religion.

Articles similaires