02/10/2016 – 08H15 Newry (Breizh-info.com) –  Saoradh, qui veut dire « libĂ©ration » en Irlandais est un nouveau parti politique fondĂ© en septembre 2016 lors d’une confĂ©rence donnĂ©e Ă  Newry dans le comtĂ© de Down, en Irlande du Nord. Le prĂ©sident du nouveau parti politique rĂ©publicain dĂ©crit celui-ci comme « un parti radical et rĂ©volutionnaire ». Le logo du parti est aux couleurs de l’Irlande, avec un soleil et une Ă©toile rouge, et le slogan « unfinished revolution », « la rĂ©volution n’est pas terminĂ©e ».

Des militants RĂ©publicains de toute l’Irlande – mais principalement d’Irlande du Nord, dont de nombreuses femmes – ont participĂ© a cet Ă©vĂšnement, durant lequel l’ex prisonnier (IRA) David Jordan a Ă©tĂ© dĂ©signĂ© comme prĂ©sident du parti. D’autres adhĂ©rents – d’anciens militants radicaux – sont venus de Newry comme Colin Duffy et son frĂšre Paul, Dee Fenell et Nuala Perry.

David Jordan, qui est actuellement en libertĂ© conditionnelle pour avoir tentĂ© de tuer un officier du PNSI (la police nord irlandaise) en 2008, a notamment dĂ©clarĂ© vouloir donner une vitrine politique aux  idĂ©es radicales dĂ©fendues actuellement par les armes par la nouvelle IRA ; les observateurs irlandais notent que le groupe, qui est composĂ© actuellement de quelques centaines de membres, est soutenu par la nouvelle gĂ©nĂ©ration de l’IRA, celle qui a repris les armes en Irlande du Nord notamment (Real IRA notamment).

Durant la confĂ©rence, le rĂ©publicain Thomas Ashe Mellon a lu un message de soutien venant de prisonniers appartenant Ă  la nouvelle IRA (ArmĂ©e RĂ©publicaine Irlandaise), et emprisonnĂ©s Ă  Maghaberry et Portlaoise expliquant qu’ils : « rejetaient le sectarisme et le sexisme qui Ă©taient trop rĂ©pandus dans le passĂ© ».

Pour lire la suite de cet article sur Breizh info, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.