02/10/2016 – 08H15 Newry (Breizh-info.com) –  Saoradh, qui veut dire « libération » en Irlandais est un nouveau parti politique fondé en septembre 2016 lors d’une conférence donnée à Newry dans le comté de Down, en Irlande du Nord. Le président du nouveau parti politique républicain décrit celui-ci comme « un parti radical et révolutionnaire ». Le logo du parti est aux couleurs de l’Irlande, avec un soleil et une étoile rouge, et le slogan « unfinished revolution », « la révolution n’est pas terminée ».

Des militants Républicains de toute l’Irlande – mais principalement d’Irlande du Nord, dont de nombreuses femmes – ont participé a cet évènement, durant lequel l’ex prisonnier (IRA) David Jordan a été désigné comme président du parti. D’autres adhérents – d’anciens militants radicaux – sont venus de Newry comme Colin Duffy et son frère Paul, Dee Fenell et Nuala Perry.

David Jordan, qui est actuellement en liberté conditionnelle pour avoir tenté de tuer un officier du PNSI (la police nord irlandaise) en 2008, a notamment déclaré vouloir donner une vitrine politique aux  idées radicales défendues actuellement par les armes par la nouvelle IRA ; les observateurs irlandais notent que le groupe, qui est composé actuellement de quelques centaines de membres, est soutenu par la nouvelle génération de l’IRA, celle qui a repris les armes en Irlande du Nord notamment (Real IRA notamment).

Durant la conférence, le républicain Thomas Ashe Mellon a lu un message de soutien venant de prisonniers appartenant à la nouvelle IRA (Armée Républicaine Irlandaise), et emprisonnés à Maghaberry et Portlaoise expliquant qu’ils : « rejetaient le sectarisme et le sexisme qui étaient trop répandus dans le passé ».

Pour lire la suite de cet article sur Breizh info, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.