La rentrĂ©e trouve les populistes europĂ©ens prĂȘts Ă  faire face Ă  plusieurs dĂ©fis. Les Ă©lections europĂ©ennes de mai ont montrĂ© que les forces de la Droite Nationaliste, Radicale et Identitaire vont continuer d’influencer la vie politique d’Europe. Or, de Salvini et des Ă©lections qu’il propose pour l’Italie Ă  l’éclipse parlementaire d’Aube DorĂ©e en GrĂšce, un passage Ă  un nouveau niveau de politique, qui surpassera l’automatisme et les stĂ©rĂ©otypes imposĂ©s, est de rigueur.

Aube dorée

Aube dorée

Pour ceux qui pensent autrement, il faut signaler que le rĂŽle des partis serait de prĂ©senter leur vision et en mĂȘme temps de rĂ©pondre aux questions du peuple ; de diriger le public vers cette vision, tout en tenant compte des besoins rĂ©els des Ă©lecteurs.

À part le quotidien de chaque pays, les thĂšmes prĂ©sentĂ©s au grand public, comme l’écologie, le sont par des entitĂ©s qui ne s’affichent pas comme politiques, mais qui labourent le terrain sur lequel la bataille politique va se dĂ©rouler d’ici cinq mois ou cinq ans. Les grandes questions se renouvellent pour que le SystĂšme et ses agents se renouvellent et se rĂ©inventent.

Tel est le cas de l’antifascisme qui se mĂ©tamorphose depuis la fin de la IIe Guerre europĂ©enne et se traduit en anti-tradition, anti-europĂ©anisme, anti-diversitĂ©. Un thĂšme de la dĂ©mocratie post-1945 qui persĂ©cute toute voix qui ose s’opposer Ă  la propagande reçue, si la voix n’est pas contrĂŽlĂ©e ou contrĂŽlable.

En GrĂšce, le cas d’Aube DorĂ©e est, dirait-on, formĂ© sur le thĂšme d’une tragĂ©die Grecque. Une Ă©lĂ©vation spectaculaire et des actions hors de l’ordinaire, par des personnages se formant auprĂšs de Leonidas, suivie par des persĂ©cutions par l’État de la Droite LibĂ©rale en 2013, l’emprisonnement de dizaines de cadres dont son SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral et des dĂ©putĂ©s du parti – sans mĂȘme la levĂ©e de leur immunitĂ© parlementaire –, et l’assassinat de deux jeunes militants, le 1er novembre 2013.

Le parti prometteur essuie en mai 2019 une mauvaise surprise Ă©lectorale, tel PromĂ©thĂ©e qui voulut apporter le feu aux hommes : des Ă©lections mal menĂ©es, des ex-dĂ©putĂ©s qui s’expriment soudain contre les dirigeants d’un parti dont ils furent candidats aux derniĂšres Ă©lections , et qui quittĂšrent le vaisseau Ă  quelques jours des Ă©lections perdues, en considĂ©rant, les uns comme les autres, qu’ils se battent pour le Nationalisme clair et net.

La grande majorité des militants, par contre, lui reste fidÚle, et espÚre que le parti trouvera son pas à la rentrée. Sophocle aurait beaucoup de matiÚre pour travailler dessus.

Quelles leçons à tirer ?

Aube DorĂ©e fut exclue de toute prĂ©sence dans les mĂ©dias. Le « traitement du silence » de la part de l’« arc constitutionnel » autoproclamĂ© – comme s’il ne va pas de soi que si on participe aux Ă©lections on accepte le parlementarisme et on adhĂšre Ă  la dĂ©mocratie –qui a uni des libĂ©raux jusqu’aux communistes, fut beaucoup plus efficace que les persĂ©cutions pour Ă©puiser le parti et ses supporters. Sans la subvention de l’État, prĂ©vue pour tout parti parlementaire, Aube DorĂ©e a survĂ©cu grĂące Ă  la bonne volontĂ© de quelques-uns de ses dĂ©putĂ©s, eurodĂ©putĂ©s, employĂ©s et supporters.

Or, sans argent versĂ© aux actions pour lesquels le parti a Ă©tĂ© connu, comme la distribution de nourriture aux Grecs dĂ©favorisĂ©s, la ferveur de 2013 Ă  2015 dont a bĂ©nĂ©ficiĂ© Aube DorĂ©e a laissĂ© la place au «  j’ai entendu dire »  Le systĂšme sait bien comment polluer les Ăąmes et le jugement, si on lui laisse le terrain.

Le procĂšs d’Aube DorĂ©e, commencĂ© le 20 avril 2015, est loin d’ĂȘtre achevĂ©. On connaĂźtra la dĂ©cision dans les premiers mois de 2020 ; il y a donc encore quelque six mois d’attente. À noter que c’est la premiĂšre fois depuis le procĂšs de Nuremberg qu’un parti politique est accusĂ© d’ĂȘtre « une organisation criminelle » dont les membres ont « commis des actes violents ».

En outre, les Ă©lections de 2019 marquent la montĂ©e d’un parti-produit des programmes payants de la tĂ©lĂ©vision. Son prĂ©sident/prĂ©sentateur, un ex-dĂ©putĂ© populiste du nom de Kyriakos Velopoulos utilise les thĂšmes d’Aube DorĂ©e, mĂȘlĂ©s Ă  un complotisme similaire Ă  celui d’ArtĂ©mis Sorras, un conspirationniste qui n’arrive pas Ă  ĂȘtre Ă©lu, mais qui promet de payer la dette du pays avec une fortune hypothĂ©tique et qui construit autour de lui un culte quasi sectaire.

À l’image d’un Raspoutine manquĂ©, Velopoulos fait sa fortune en vendant des crĂšmes miraculeuses du Mont Athos, ainsi que des lettres Ă©crites par JĂ©sus Christ en personne. Son parti obtient 4,18 % aux EuropĂ©ennes et 3,70 % aux lĂ©gislatives, et fait Ă©lire un dĂ©putĂ© au parlement EuropĂ©en et dix au parlement grec. Le silence forcĂ© d’Aube DorĂ©e paye.

Sept ans aprĂšs son entrĂ©e au parlement grec avec 7 % et 21 dĂ©putĂ©s en mai 2012, en passant par le succĂšs d’ĂȘtre devenu le troisiĂšme parti politique de GrĂšce aux Ă©lections de janvier et de septembre 2015, Aube DorĂ©e n’a plus de reprĂ©sentant Ă©lu. Avec 2,93 % des voix aux Ă©lections lĂ©gislatives anticipĂ©es du dimanche 7 juillet, cette formation n’a pas rĂ©ussi Ă  franchir le seuil des 3 % nĂ©cessaire Ă  une reprĂ©sentation.

Au parlement Européen, aprÚs avoir obtenu 9,4 % aux élections de 2014 (trois députés), le parti a fait 4,9 % (deux députés) en 2019, dont un quittera le parti aprÚs les législatives.

Cependant, 2019 n’est pas 2012. Il y a sept ans, les Grecs Ă©taient fĂąchĂ©s contre l’Union EuropĂ©enne et les politiciens Grecs qui leur ont imposĂ© des mesures d’austĂ©ritĂ© qui ont fait baisser de deux tiers leur niveau de vie. Aube DorĂ©e a exprimĂ© cette fureur.

Or, comme l’expĂ©rience de la grenouille – on fait bouillir une grenouille en Ă©levant progressivement la tempĂ©rature, au lieu de la jeter dans l’eau bouillante d’oĂč elle saute immĂ©diatement –, les Grecs se sont adaptĂ©s aux nouvelles conditions. La vie continue, comme elle le doit, malgrĂ© les exercices thĂ©orĂ©tiques qu’on veut lui imposer.

En plus, les chiffres montrent une certaine croissance de l’économie et la rĂ©duction du chĂŽmage, mĂȘme s’il s’agit d’emplois Ă  mi-temps et si elle s’accompagne du dĂ©part de quelque 500 000 jeunes diplĂŽmĂ©s et de salaires de 250 Ă  400 euros.

FatiguĂ©e par la longue crise, dĂ©sillusionnĂ©e par la Gauche de SYRIZA qui a fait du NON au rĂ©fĂ©rendum de juillet 2015 un « Yawohl, Madame Merkel », une certaine partie de la population n’est plus attirĂ©e par l’appel Ă  une rĂ©volution par les « extrĂȘmes », l’Aube DorĂ©e incluse.

Que cela plaise ou pas, on a besoin de promesses – que l’Aube DorĂ©e ne fait pas de par son idĂ©ologie – et de rĂ©sultats qu’elle ne peut pas produire, Ă©tant Ă  la marge du SystĂšme. Dans tous les cas, le silence, imposĂ© n’est pas dĂ©sirĂ©.

Le jeu tourne alors vers le centre de l’échiquier politique et des solutions testĂ©es et connues.

Mais si le vote de protestation est peut-ĂȘtre parti ailleurs, le vote de conviction reste auprĂšs d’Aube DorĂ©e. Les accusations exprimĂ©es aprĂšs les Ă©lections (et pas pendant la longue pĂ©riode entre les Ă©lections de 2015 et celles de 2019), montrent que le pouvoir vrai ou imaginĂ© « huile les diffĂ©rences » ; le systĂšme ayant l’argent et la presse (officielle comme « jaune », des blogs et des sites tels Facebook ou Twitter) sĂšment le doute avec une rĂ©ussite certaine


MĂȘme si les t-shirts noirs au mĂ©andre ne sont plus nombreux dans les rues d’AthĂšnes, il y a un hĂ©ritage auquel Aube DorĂ©e ne renoncera pas. C’est grĂące Ă  elle que le nationalisme grec a connu son Printemps. Reste Ă  voir si le parti trouvera la force de se redresser en faisant sa critique honnĂȘte et profonde.

Ce qu’on peut dire avec certitude c’est que 2019 a sonnĂ© le dĂ©but d’une autre forme de nationalisme en GrĂšce, une forme qui sera plus proche du paradigme Salvini. Il y aura sans doute d’autres partis ou organisations qui essaieront de gagner du terrain. Il y aura en parallĂšle des personnes coulĂ©s Ă  la nostalgie des annĂ©es passĂ©es, et peut-ĂȘtre d’autres qui profiteront de cet « entre-deux-actes » pour construire un nationalisme bien informĂ© et soucieux de sa mission. L’essentiel est de faire progresser ce que l’Aube DorĂ©e a rĂ©ussi avec ses grands moments de gloire et ses faiblesses.

La politique se mesure par son succĂšs Ă  rendre le peuple heureux. C’est ce que les grands hommes d’État du siĂšcle dernier ont accompli. Satisfaire sa passion pour l’histoire, la littĂ©rature ou la philosophie est une chose. Se mettre Ă  la tĂȘte de son peuple, une autre.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

IrĂšne Dimopoulou

IrĂšne Dimopoulou–Pappa est directrice de l’hebdomadaire national Grec “Empros” (En avant) depuis juillet 2013. NĂ©e Ă  AthĂšnes, elle est diplĂŽmĂ©e en Lettres Classiques et ArchĂ©ologie de l’UniversitĂ© de Londres (Queen Mary and Westfield College), et Psychologie (AthĂšnes) ainsi qu’en langue anglaise et française. Elle a travaillĂ© pour la television (journal-infos). CrĂ©atrice et prĂ©sentatrice de l’émission hebdomadaire d’informations internationaux « La terre et ronde ». InspirĂ©e depuis toujours par la Tradition et la Nature, ancienne chef de Scouts et membre du LycĂ©e des Femmes Grecques, en section Dance et Litterature, laurĂ©ate du Prix Laskaridou de LittĂ©rature.

Articles similaires