Lorsque les Ă©lections quĂ©bĂ©coises ont Ă©tĂ© lancĂ©es, la Coalition Avenir QuĂ©bec (CAQ) trĂŽnait dans les sondages. Cette formation de centre-droit n’ayant aucun adversaire Ă  droite avait alors Ă©tabli comme stratĂ©gie de recentrer son message prenant pour acquis que l’électorat de droite, n’ayant aucune alternative, voterait pour eux. Avec une ou deux petites mesures visant Ă  contenter les identitaires, conservateurs et nationalistes François Legault pouvait espĂ©rer remporter une victoire facile, il fallait seulement Ă©viter des dĂ©rapages, d’oĂč le recentrage du parti et des thĂšmes, ce qui explique l’abandon du terme « natalité » dans le programme officiel.

Mais depuis le dĂ©but de la campagne, les tuiles se multiplient et le parti qui avait une victoire majoritaire assurĂ©e pourrait ne pas remporter la mise. Le parti est passĂ© de 35 % Ă  30 %, ce qui compromet son Ă©lection Ă  la tĂȘte d’un gouvernement majoritaire. Cet Ă©tat des choses a eu un impact plus que positif : Legault a dĂ» sortir de son mutisme et commencer Ă  traiter des thĂšmes qui le diffĂ©rencient de ses adversaires politiques, soit l’immigration et l’identitĂ©. Seul candidat ouvert Ă  discuter de ces sujets sans langue de bois, il a commencĂ© Ă  adopter un ton qui se veut plus populiste, question de se dĂ©marquer et d’éviter la chute.

Abordant l’immigration Ă  plusieurs reprises cette semaine, Legault osa la lier Ă  la survie de la langue française et de notre identitĂ©. Dans une invective Ă  l’égard du Premier ministre Couillard, il lança ainsi : « Il y a un risque que nos petits-enfants ne parlent plus français. Je ne voudrais pas avoir Ă  me reprocher ça. Le QuĂ©bec, en AmĂ©rique du Nord, entourĂ© de centaines de millions d’anglophones sera toujours dans une position vulnĂ©rable. M. Couillard n’a pas compris ça. »

S’il parle de la menace que reprĂ©sente l’immigration, la solution qu’il prĂ©sente est nettement trop conservatrice pour protĂ©ger notre langue, culture et identitĂ© de façon efficace. Il faudrait parler de remigration, mais Legault propose plutĂŽt une simple diminution de 20 % de l’immigration qui serait effective dĂšs la premiĂšre annĂ©e d’un mandat caquiste.

Cette mesure aura l’effet d’un simple bandage sur une plaie ouverte, mais on peut se rĂ©jouir qu’un parti sorte du lot dans ce domaine et ne fasse pas que promouvoir une hausse ou un maintien des seuils d’immigration. Le fait qu’il soit Ă©lectoralement gagnant de proposer des baisses d’immigration pourrait changer le paradigme actuel et d’autres partis pourraient Ă©ventuellement emboĂźter le pas et peut-ĂȘtre pousser la rĂ©flexion plus loin.

Pour le moment, avec cette approche populiste, qui semble ĂȘtre une tentative de sauver les meubles, Legault semble reprendre du poil de la bĂȘte. Pour l’électorat moyen, composĂ© des QuĂ©bĂ©cois de souche, l’immigration et l’identitĂ© sont un sujet primordial et seule la CAQ semble l’avoir compris. Certes, il y a une bonne part de calcul Ă©lectoral dans les rĂ©centes sorties du chef caquiste, mais le rĂ©sultat est qu’enfin le dĂ©bat sur l’immigration est lancĂ© dans la sphĂšre publique et ne comprend pas que des protagonistes intĂ©ressĂ©s Ă  maintenir le systĂšme actuel.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires